Durbuy | La vie comme elle va à "Couckeland"

©Photo News

Philippe Bontemps, bourgmestre sortant, juge que l’arrivée du milliardaire Marc Coucke est une fameuse plus-value pour la localité.

En selle depuis 10 ans à l’hôtel de ville de Durbuy, Philippe Bontemps est bourgmestre en majorité absolue depuis 2012. C’est là que ce cdH a laissé ses coalisés PS et MR sur le côté. Aujourd’hui, alors qu’il brigue donc un troisième mandat, il dit: "J’ai encore des projets pour vingt ans pour Durbuy."

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

La vie dans la pittoresque commune ardennaise est, plus que nulle part ailleurs en Wallonie, rythmée par le tourisme. Particularité locale: Durbuy, c’est 11.500 habitants en semaine durant l’année, entre 15.000 et 20.000 les week-ends mais jusqu’à 30.000 résidents pendant les vacances. "On a 2.000 résidences secondaires sur le territoire de notre commune, explique le bourgmestre, nous sommes la plus importante destination touristique de Wallonie." Et rayon recettes, à 650 euros de taxe par résidence secondaire, le budget communal en profite amplement.

Conseiller communal depuis 30 ans, Philippe Bontemps rappelle qu’à Durbuy, on investit énormément dans l’enseignement (plus de 1.000 élèves) et dans les voiries (650 km): "C’est assez lourd en termes de dépenses pour le budget." Celui-ci est de l’ordre de 20 millions d’euros par an.

"J’ai encore des projets pour 20 ans pour Durbuy."
Philippe Bontemps
Bourgmestre

"Mais notre mine d’or, c’est le patrimoine, la nature, les paysages. On va continuer à développer ce tourisme écoresponsable."

Un écosystème fragile que l’arrivée de Marc Coucke et de ses euros perturbe, se plaint-on parfois dans l’opposition. Que nenni, répond le bourgmestre. "Marc Coucke a investi environ cent millions d’euros dans l’économie ici et cela profite aux entreprises locales, c’est vraiment quelqu’un avec qui on est dans la concertation, la discussion. Pas question de grande roue, nous, c’est la nature, la gastronomie, la ruralité. Les gens viennent à Durbuy pour les magnifiques paysages et la qualité de vie, c’est cela que nous allons poursuivre."

Plusieurs projets de développement et de rénovation – de la vieille ville notamment – sont lancés. Des villages de la commune comme Wéris et le centre de Barvaux vont également voir des chantiers de rénovation apparaître. "Durbuy doit rester la première destination touristique wallonne", martèle Philippe Bontemps.

Nous aurions souhaité joindre Marc Coucke pour connaître ses plans pour le futur de Durbuy, mais il n’a pas donné suite.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect