Gerpinnes | Tempête en eaux calmes

Les loyers de Gerpinnes font fuir les plus jeunes. ©Photo News

La commune de la banlieue verte de Charleroi offre le calme rural des grosses bourgades qui cultivent la tradition. Face à cette quiétude, l’agitation des politiques fait des remous.

CdH ou Horizons. Voici, actuellement, le choix de listes proposé aux citoyens gerpinnois. La première, celle de l’actuel bourgmestre Philippe Busine. La seconde, un regroupement des deux partis de l’opposition (PS et Ecolo) et de l’allié de majorité actuelle, le MR.

Parce que le confort gerpinnois attire, l’immobilier grimpe et les jeunes s’en vont.

L’annonce de sa création en mai avait suscité de vives réactions, notamment face au revers de l’échevin MR de la majorité, Laurent Doucy. L’apparent éclectisme de ce cartel se résume en peu de mots pour Marcellin Marchal (PS), un des trois membres fondateurs du cartel: "Nous sommes gerpinnois, nous faisons de la politique pour les Gerpinnois. Et il est temps pour eux de leur proposer du changement."

Peu de renouveau à l’inverse pour le cdH, qui présente 6 nouveaux candidats sur les 23. Et encore, sur les 6 places qui se libèrent, certains départs ont été contraints, notamment concernant les jeunes. "Nous avons des jeunes candidats qui ont dû déménager de la commune, notamment à cause du prix des loyers", explique Philippe Busine. Mettant par la même occasion le doigt sur une problématique majeure pour la commune: le vieillissement de la population.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Parce que le confort gerpinnois attire, l’immobilier grimpe et les jeunes s’en vont. "C’est clairement un problème. On va mettre des choses en place. ça passe notamment par le soutien aux mouvements de jeunesse, aux initiatives de jeunes. Pas par la création d’une salle de spectacle pour accueillir du théâtre wallon pour lequel suffit déjà la salle actuelle", confie Marcellin Marchal. Le cdH porte en effet le projet d’une salle de spectacle en plein centre de Gerpinnes, qui devrait profiter du Plan communal de développement rural du gouvernement wallon. "On va également aménager des constructions en land trusts. Cela va permettre de faire baisser le prix de l’immobilier et de laisser une place aux jeunes dans la commune", explique Philippe Busine.

Choisir la stabilité?

Si tout va bien, pourquoi changer? "C’est ce que nous défendons avec le cdH. La stabilité. Notons quand même que j’ai redressé la situation financière de la commune. Lorsque mon prédécesseur me l’a léguée (Roland Marchal – PS et père de Marcellin, NDLR), il restait 20.000 euros sur les comptes. Aujourd’hui, nous sommes à 3 millions, malgré de nombreux investissements."

"Plutôt continuité: celle des projets lancés par les législatures précédentes, notamment par mon père. Inutile de dépenser des millions, il faut plein de petits projets pour les habitants", répond pour Horizons le jeune socialiste. Difficile, à l’heure actuelle, d’avoir un aperçu précis des projets portés par le cartel. La concertation à trois, ça prend du temps.

>> Retrouvez toute l'actualité des élections communales dans notre dossier <<

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content