Grâce-Hollogne | Après ses déchirures, le PS arrivera-t-il à garder la main?

L’aéroport de Liège est situé sur la commune de Grace-Hollogne. ©Bloomberg

Zoom sur les élections communales | La confection des listes s’est faite dans la douleur à Grâce-Hollogne, où le PS a été à deux doigts de saborder sa majorité absolue.

La vie politique et médiatique est tout sauf tranquille à Grâce-Hollogne, séparée de Liège par Saint-Nicolas et de la Meuse par Flémalle. Peuplée de quelque 22.000 âmes, cette entité abrite l’aéroport de Liège et concentre une série de difficultés, partagées pour la plupart par ses voisines directes. Le chômage y est relativement élevé (13,25%) et dépasse la moyenne provinciale (10,6%), tout comme la criminalité – de leur côté, les revenus des habitants et les prix de l’immobilier sont à la traîne.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Le moins que l’on puisse écrire, c’est que Grâce-Hollogne est une bonne cliente des gazettes, produisant son lot de titres plus ou moins gros. Personnes âgées agressées par une bande d’adolescents, affaire de mœurs ou concentration d’amiante dans l’air d’une école. Sans parler des scandales politiques. Visant le président du CPAS, accusé d’avoir fait appel aux ouvriers du CPAS afin d’effectuer des travaux à son domicile – ce qui lui a valu d’être éjecté de la liste PS. Ou la tête de liste MR, poursuivi pour abus de confiance.

Rien d’étonnant dès lors à ce que la confection des listes pour le scrutin communal ait été chahutée dans ce bastion socialiste (16 sièges sur 27).

C’est au PS que cela a le plus chauffé – il faudra une mise sous tutelle par la fédération liégeoise et de longues séances de massage pour éviter le dépôt de deux listes concurrentes. Résumons. Fin 2015, le bourgmestre empêché Maurice Mottard annonce qu’il ne sera plus candidat – le 2e échevin Manuel Dony se profile alors pour la tête de liste. Sauf que deux ans plus tard, Maurice Mottard a changé d’avis et refuse d’être sur la même liste que Manuel Dony si la compagne de ce dernier, échevine elle aussi, y figure. Crispations. Et solution, in extremis, fin mai: Dony tirera la liste, que Mottard poussera, Deborah Colombini étant "exfiltrée" vers la liste provinciale. Mais tant la tête que le dernier de liste visent le trône mayoral.

Si aucun drame n’est à signaler du côté du cdH, les portes ont aussi claqué chez les écologistes, pareillement mis sous tutelle: ils sont plusieurs à avoir quitté le navire Ecolo pour embarquer dans la nouvelle liste ULP – pour Union des libertés et du progrès –, fondée par un ancien conseiller MR. Ajoutez à cela l’arrivée de DéFI. Et celle de l’écurie PTB, qui nourrit de grandes ambitions en terres liégeoises. Et, cerise sur le gâteau, le parti La Droite qui aligne Gilbert Bodart – à présent autant connu pour ses exploits footballistiques que pour ses déboires judiciaires – en tête de liste. Soit un total de huit listes différentes, deux fois plus qu’en 2012. Il va y avoir du sport.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content