Hannut | La population galope, les services doivent suivre

©Wikipedia

Le MR entend conserver sa majorité absolue, qu’il ouvrira au second parti.

Quelque part, c’est ce qui s’appelle un "problème de riche". La démographie n’est pas loin de galoper, dans ce coin de Hesbaye qui dessine la frontière entre Wallonie et Flandre, entre Liégeois et Namurois. "En 18 ans, nous sommes passés de 12.000 à quasiment 17.000 habitants, souligne le bourgmestre Emmanuel Douette (MR). Ce n’est pas rien!"

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Et ce n’est pas sans conséquences non plus. Pour les finances locales, déjà, la hausse des recettes ayant permis de sortir les comptes de l’ornière. Surtout, il faut suivre, côté infrastructures. Du logement, évidemment, avec la réhabilitation du quartier de la gare, avec l’aide du privé – le projet rentre dans la dernière phase administrative.

Mais pas que. Sur le plan sportif et récréatif, cela bouge pas mal. Le projet-phare, assure le maïeur, c’est l’érection d’un nouveau parc aquatique Plopsa, main dans la main avec la commune voisine de Landen. Mais on parle également de la construction d’un nouveau hall "indoor" dédié à l’athlétisme, pour lequel la Wallonie vient de libérer un subside de 1,1 million d’euros, pour la plus grande joie de la commune. Et hier soir, le conseil communal a acté l’achat de 2,5 hectares de terrain, qui seront rétrocédés au club de hockey – 250 membres au compteur –, afin que celui-ci les transforme… en terrains.

Il y a eu, aussi, l’ouverture de classes et d’un pôle jeunesse à la Saline. Et l’on discute de l’extension de la caserne des pompiers.

"En 18 ans, nous sommes passés de 12.000 à quasiment 17.000 habitants. Ce n’est pas rien!"
Emmanuel Douette
Bourgmestre (MR)

Si le sport a été au centre de l’attention de cette législature, la suivante sera plus marquée par la culture, avance Emmanuel Douette, qui a pris la tête d’Hannut depuis qu’Hervé Jamar est parti jouer les gouverneurs. C’est que l’académie de musique arrive à saturation, et qu’il rêve d’une salle culturelle polyvalente, couplée à un centre d’affaires. Autre souhait, dans un tout autre registre: équiper de caméras à même de reconnaître les plaques d’immatriculation sur les nationales menant aux autoroutes E40 et E42 qui encerclent la commune. Une situation qui fait de Hannut une cible de choix pour les cambriolages.

Côté politique, l’offre pour le scrutin d’octobre 2018 ressemblera assez fort à celle de 2012: MR, PS, cdH et Ecolo – qu’il s’agisse ou non de "listes d’ouverture". Le MR compte évidemment conserver sa majorité absolue (15 sièges sur 25), mais annonce qu’il continuera à s’ouvrir à un partenaire, probablement celui qui arrivera second – en 2012, c’était le PS (5).

Dans les rangs de l’opposition, Ecolo (2) milite pour moins de "conservatisme" et davantage d’énergie et de mobilité – le vélo cherchant sa place dans l’espace public. Conservatisme qui n’a pas empêché Hannut de se prononcer contre le projet de visites domiciliaires porté par le MR au Fédéral.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content