La Louvière | Les libéraux veulent peser dans la balance socialiste

©IMAGEGLOBE

Derrière les jeux politiques, notamment entre le PS et le MR, l’emploi et l’attractivité de la ville restent les principaux enjeux pour les élections à La Louvière.

Plombée par un taux de chômage qui frôle les 20%, un passé industriel en décrépitude qui a terni la ville ces dernières années, La Louvière fait de l’emploi son principal cheval de bataille. Le consensus politique est d’ailleurs unanime autour de cet enjeu.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Pour le bourgmestre sortant Jacques Gobert , il s’agit là d’un enjeu vital. En coalition avec les libéraux ces 6 dernières années malgré sa confortable majorité absolue obtenue en 2012, le socialiste mise sur les zones d’activités économiques. "La priorité est de remplir les zonings. Nous avons 100 hectares qui doivent permettre d’accueillir de nouvelles entreprises et de l’emploi. C’est ce qui doit guider notre action. Nous devons absolument capitaliser sur les investissements qui ont été faits autour sur ces terrains."

Besoin d'attractivité

Du côté du partenaire libéral, Olivier Destrebecq reste malgré tout inquiet face aux positions affichées par les socialistes locaux. "Il y a un enjeu capital pour transformer cette ville que le pouvoir socialiste préférerait voir paupérisée. Il faut relancer l’emploi. L’outil de développement de notre ville ce sont les entreprises et pas le CPAS, et pour y arriver il faut peser autrement que ce que le pouvoir socialiste local pèse. Il faut arrêter de laisser les entreprises partir à Charleroi ou à Mons. Messieurs Di Rupo et Magnette ont un pouvoir d’attraction dans leur ville. Nous ne l’avons pas encore à La Louvière. Il y a véritablement un problème de rapport de force au sein du Parti socialiste. C’est pourquoi je pense qu’il est absolument nécessaire de rééquilibrer le rapport de force au sein de la majorité à La Louvière et de mettre un terme à cette majorité absolue du PS, insiste le libéral qui reconnaît qu’il est important de travailler sur une image plus moderne de la ville. Il faut développer l’attractivité de la ville en la rendant plus sexy. C’est très important. Il y a un véritable travail de communication à avoir sur l’image de La Louvière pour qu’on n’en parle plus uniquement au niveau du chômage."

Au-delà des enjeux liés à l’emploi et à l’attractivité de la ville pour les entreprises, le bourgmestre Jacques Gobert parie sur les nouveaux quartiers qui vont sortir de terre ces prochaines années. "On va avoir l’arrivée d’ici 10 ans de 3.000 nouveaux logements et 5.000 habitants supplémentaires à La Louvière."

Derrière ces chantiers, La Louvière y voit une opportunité pour attirer de nouveaux habitants en provenance de Bruxelles. "Nous voyons énormément de personnes arriver de Bruxelles pour s’installer chez nous car le foncier est encore abordable. C’est une opportunité que nous devons saisir pour le développement de la ville."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n