Rixensart | Des cartes rebattues, un suspens accru

La question de la mobiilité et du logement sera portée au coeur de la campagne électorale, notamment par Ecolo.

PS et Ecolo comptent mener la vie dure à la tête de liste libérale, Patricia Lebon.

Commune chamboulée l’an dernier par la disparition de son bourgmestre, le libéral Jean Vanderbecken, Rixensart va connaître des élections moins prévisibles que ce que cette commune brabançonne a l’habitude de vivre.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

En 2012, la liste NAP-MR avait obtenu haut la main la majorité absolue, récoltant 15 sièges sur les 27 à pourvoir. Ses principaux rivaux, PS et Ecolo, n’ont pas voulu se coaliser pour tenter de renverser la donne. Mais ils comptent bien mener la vie dure à la tête de liste libérale, Patricia Lebon, placée au mayorat suite au décès de Jean Vanderbecken.

Ecolo ambitionne clairement de forcer la porte de la majorité, afin de porter les dossiers mobilité et logement qui lui tiennent à cœur. La mobilité, c’est le gros point faible de la commune de Rixensart. "La pression immobilière est très forte, Rixensart est l’une des communes les plus denses du Brabant wallon. Mais la tentation de la majorité actuelle, c’est d’accepter de plus en plus de logements, sans réflexion sur la mobilité", dit Bernard Buntinx, tête de liste Ecolo.

Le parti vert rêve donc d’être en position de force pour faire face à l’autre défi qui traverse toutes les communes, le vieillissement.

"Nous sommes la 2e force politique, et notre électorat est en hausse structurelle. Il y a une demande de plus en plus forte en termes de développement durable: aménagement du territoire, mobilité apaisée, on pense pouvoir faire la différence. C’est l’axe fort de notre programme", dit le candidat Ecolo.

Numérique, sécurité, mobilité

Face à lui, la bourgmestre sortante Patricia Lebon ne se démontera pas. Sa liste, dite d’ouverture, présente non seulement un profil libéral, mais intègre des composantes cdH et pluralistes, apolitiques dit-elle. "C’est une vraie représentation de ce qu’est aujourd’hui la commune de Rixensart."

La liste NAP-MR compte porter le fer sur la transition numérique de la commune. "Nous voulons avoir une administration communale performante et proche du citoyen, dit la bourgmestre. Plus en phase avec le monde actuel, et se réorganiser de manière à dégager du temps que le personnel pourra consacrer à d’autres tâches." Et tout cela, sans augmenter les taxes communales.

À quoi pense-t-elle? "Il y a un mouvement fort qui tend vers la participation citoyenne, il faudra gérer tout cela et l’organiser, explique Patricia Lebon. Il faut que tous les citoyens soient égaux face à cela, et qu’on ne se retrouve pas avec des groupes de pression qui joueront la loi du plus fort pour se faire entendre."

"La tentation de la majorité actuelle, c’est d’accepter de plus en plus de logements, sans réflexion sur la mobilité."
Bernard Buntinx
Tête de liste Ecolo

L’autre axe fort de la liste NAP-MR sera la sécurité et la mobilité. "Mais sur ce point, nous comptons faire pression sur les autres niveaux de pouvoir, notamment régionaux, car les mesures locales ne suffisent plus face à l’engorgement, notamment dû au report de circulation venant de l’autoroute vers Bruxelles."

En matière de sécurité, la liste portée par la libérale a dans ses cartons des projets d’installation de caméras de sécurité dans certains nœuds de la commune ainsi que le renforcement des partenariats locaux de prévention.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content