Exercice d'équilibriste

Ben Bernanke, le nouveau patron de la Réserve fédérale, n'a guère eu la vie aisée depuis son intronisation le 1er février dernier. Phénomène rare, sans même bénéficier d'un quelconque état de grâce, il a dû essuyer de très sévères critiques.

Avant même d'avoir prononcé le moindre discours ou pris la moindre décision monétaire, Bernanke faisait surtout face à une première difficulté d'envergure: succéder à un homme comme Alan Greenspan, dont on a cru, de manière erronée, qu'il pouvait à lui seul réguler la planète financière. Or Greenspan a commis des erreurs. Et Bernanke devra s'en inspirer. De tout temps, la tentation pour une banque centrale a été de «sur-réagir» face à une menace.

C'est le cas aujourd'hui avec l'inflation, qui (re)pointe le bout du nez. En relevant trop drastiquement ses taux d'intérêt, la Fed pourrait saper les bases de la croissance économique et provoquer de rudes secousses sur les marchés financiers. C'est précisément ce qui s'est produit avec Alan Greenspan en 1994 lorsque la Fed a remonté ses taux de manière cadencée. Cette politique a eu d'énormes effets collatéraux: un ralentissement de l'économie, une crise au Mexique et un krach obligataire, qui s'est transmis des Etats-Unis à l'Europe. A cette occasion, certains investisseurs ont même découvert que les Sicav obligataires pouvaient perdre de leur valeur!

C'est dans cette situation difficile que se trouve Bernanke. Il lui faut à la fois asseoir sa crédibilité sur les marchés financiers, lutter efficacement contre les pressions inflationnistes (liées au prix de l'énergie et à l'étroitesse du marché du travail) tout en ne provoquant pas trop de dégâts sur la croissance ou sur les marchés.

La décision prise hier est le reflet de cette volonté de ménager un subtil équilibre.

Une chose est sûre: en soulignant à diverses reprises qu'il serait attentif aux différents indicateurs statistiques publiés au fil des jours, Bernanke a obligé les marchés à se braquer sur ces mêmes chiffres, ce qui a accentué la volatilité sur les Bourses. Là aussi, il conviendra de retrouver un certain équilibre.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés