Gare au retour de flamme

Frustrés, fâchés, vexés. Pas contents du tout, les Russes. L'européenne Arcelor promise au russe Severstal s'est finalement jetée dans les bras de l'indien Mittal. La presse et le patronat russes sont furax, le Kremlin bouillonne.

(l'echo) Moscou apparaît en effet comme le grand perdant de la saga Arcelor-Mittal. Et pourtant... Voilà typiquement le genre d'échec qui appelle une revanche de la part d'une nation obnubilée par son statut.

Car il ne faudrait pas s'y tromper, les grandes man?uvres industrielles russes ne font que commencer et risquent même de s'accélérer. Abramovitch, la première fortune du pays, pourrait venir laver l'affront en s'associant avec Mordachov, le patron éconduit de Severstal, et créer ainsi un nouveau géant de la sidérurgie. Relancer une attaque sur Arcelor? Et pourquoi pas. Une chose est sûre, les Russes ne vont pas en rester là. Soutenus par une conjoncture pétrolière extrêmement favorable et les poches pleines de dollars, les patrons russes sont très motivés à l'idée de partir à l'assaut d'entreprises étrangères. Et si la défaite de Severstal sonne comme une fausse note, la partition va bien crescendo. Mines, sidérurgie, énergie... partout où c'est possible, les oligarques tissent leur toile et bombent le torse.

La pétrolière Rosneft a ainsi quintuplé son chiffre d'affaires l'an dernier tandis que Rusal, le géant de l'aluminium, multiplie ses emplettes à l'étranger. Gazprom, le monstre gazier, figure, lui, désormais parmi les plus grandes entreprises mondiales et s'intéresse de près à la Grande-Bretagne, où il vient de racheter un distributeur de gaz, et à la France, où il vise 10% du marché gazier. La Belgique aussi figure comme un point encore un peu flou sur les écrans de contrôle russes.

Severstal a été floué par Arcelor, estime-t-on côté russe. Qu'à cela ne tienne, les Russes ont encore beaucoup de belles cartes à jouer. Hasard du calendrier, la sécurité énergétique sera au c?ur du sommet du G8 en juillet prochain à... Saint-Pétersbourg. L'occasion rêvée pour le maître du Kremlin de rappeler aux Européens d'où provient un quart du gaz qu'ils consomment...

par Serge Vandaele

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés