Publicité

Le défi citoyen de Strasbourg

"Immobilisme et scepticisme sont les mots les plus souvent utilisés ces derniers mois pour qualifier la construction européenne. Et l'arrivée de Hans-Gert Pöttering à la tête du Parlement européen n'y changera rien.

l'écho) - Certes, l'ancien chef des conservateurs européens est un Européen convaincu qui se bat depuis 27 ans pour l'Union européenne, mais le nouveau chef de l'Assemblée ne jouit pas du charisme dont les présidences des institutions européennes ont besoin. Un faible Parlement face à une faible Commission ne permettra pas à l'Union de sortir de sa crise d'apathie et de séduire le citoyen.

Cependant, les relations étroites que cet Allemand entretient avec un autre Allemand, le chef de groupe du PSE Martin Schulz, ainsi qu'avec la chancelière Merkel - qui préside jusqu'en juin le Conseil européen - pourraient être bénéfiques dans la crise constitutionnelle que connaît l'Europe. Espérons-le car, jusqu'à présent, le Parlement européen n'a pas réussi à faire émerger un vrai projet citoyen impliquant les populations des Vingt-sept. Certes, les caméras se font plus rares dans l'hémicycle européen que dans les hémicycles nationaux, mais quelles initiatives citoyennes les eurodéputés ont-ils prises depuis le rejet de la Constitution par la France et les Pays- Bas?

Aucune, alors qu'il appartient avant tout aux élus de traduire vers leurs opinions publiques nationales les bienfaits de l'UE et de la Constitution. Le Parlement porte donc une lourde responsabilité dans la crise. La formation du nouveau groupe d'extrême droite au Parlement est également une formidable illustration de cette crise d'apathie.

Aujourd'hui, les groupes ne s'accordent pas sur la manière dont il faut traiter les eurodéputés de ce groupe qui s'apprêtent à s'installer à des postes clefs. Pourtant, ils ont eu largement le temps d'y réfléchir. Car en 2000 déjà, l'Europe a vécu sa première crise du genre lorsque le FPÖ arriva au pouvoir en Autriche. Ainsi, alors que l'extrême droite s'infiltre au Parlement, tisse ses réseaux anti-européens et diffuse ses idées basées sur l'exclusion, les députés se tâtent. Et le citoyen s'impatiente...

Le Parlement européen a pris peu d'initiatives citoyennes depuis le rejet de la Constitution par la France et les Pays-Bas."

Magali Uytterhaeghe, Journaliste Économie internationale

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés