Publicité

Le vert leur va si bien

Le développement durable fait son chemin. Non plus seulement dans la communauté scientifique et, désormais, dans l'ensemble du monde politique mais aussi, et c'est plus neuf, dans la sphère économique.

Le développement durable fait son chemin. Non plus seulement dans la communauté scientifique et, désormais, dans l'ensemble du monde politique mais aussi, et c'est plus neuf, dans la sphère économique. Ainsi, les préoccupations environnementales ont-elles été un des thèmes les plus débattus cette année au récent Forum économique mondial de Davos. Et aujourd'hui les entreprises rivalisent d'imagination pour proposer à leurs clients des prestations marquées du label de la durabilité. Jusqu'à la City de Londres, dont les stars ne semblaient jusqu'à présent pas trop préoccupées par le climat, où l'on ne parle plus aujourd'hui que de commandes d'électricité verte, de traçabilité, d'empreinte écologique voire? de travail à domicile. C'est ce que préconise l'opérateur de télécoms BT, histoire de réduire les trajets polluants. Même si cela comporte un petit air de pré-révolution industrielle, c'est certainement une piste d'avenir. Les entreprises qui donnent l'exemple en matière de développement durable, donc? Pourquoi pas? Le coût de ce choix éthique est évidemment plus facile à digérer pour elles que pour les particuliers. Ainsi, la décision du distributeur Delhaize de se fournir dorénavant uniquement en énergie verte lui coûtera, par an, entre 180.000 et 190.000 euros de plus. Mais cet investissement ne devrait pas être à fonds perdus. Car le fait de mettre l'accent sur le durable - et de le faire savoir - est évidemment aussi une très bonne chose pour les groupes concernés. Ce n'est sans doute pas pour rien que les entreprises les plus "vertes", celles qui ont annoncé récemment leur intention de se fournir en énergie propre ou de mettre l'accent sur l'empreinte écologique de leurs produits, les Delhaize, Colruyt, Fortis ou, à l'étranger, BT ou Marks & Spencer, ces sociétés ont toutes un point commun: celui d'être actives dans des secteurs en contact direct avec le consommateur. Lequel pourrait bien, c'est en tout cas l'objectif, avoir un petit faible pour le prestataire le plus? durable.

par Martine Maelschalck, rédactrice en chef

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés