Marshall externalisé

Vendredi dernier, le gouvernement wallon a sélectionné 16 dossiers dans les quatre "pôles de compétitivité" identifiés comme les secteurs clés du redéploiement économique de la Wallonie. C'était le véritable coup d'envoi du plan Marshall.

(l'écho) Les "sciences du vivant", le transport et la logistique, l'agroalimentaire et l'aérospatial seront donc les quatre axes de la relance tant attendue de l'économie wallonne. Pour aboutir à ce résultat - rapide : un an, quand il s'agit d'arbitrages politiques, ce n'est pas long -, le gouvernement a le mérite d'avoir fait appel à des "extérieurs". Une sorte d'externalisation de la gestion du dossier, en quelque sorte.

Universités et entreprises ont uni leurs efforts pour tenter de déterminer, dans l'ensemble du tissu économique de la région, quelles compétences seraient les plus à même de servir de moteur à la reprise. Ces experts ont même eu le courage de recaler un des axes proposés, le "génie mécanique", qui devra revenir avec un projet plus abouti.

à la tête de ces penseurs, et c'est un autre exploit, pas de créature politique, mais un homme de terrain, Flamand de surcroît : Luc Vansteenkiste, ancien président de la FEB et patron de Recticel, une entreprise qu'il a lui-même remise en selle il y a quelques années. Dont la parole et l'expérience font donc autorité.

Il est certes trop tôt pour dire si ces premières réalisations augurent bien de la suite. Mais en tout cas, la décision tombe à pic, après une semaine de déprime au niveau de l'emploi. Dans toute la Belgique, pas moins de 500 emplois vont prochainement passer à la trappe dans une demi-douzaine d'entreprises, et non des moins technologiques: Eli Lilly, Total, Siemens...

En cause, clairement, l'absence de centres de décision de ces entreprises en Belgique. Un facteur avec lequel la Belgique est définitivement contrainte de vivre. Mais aussi le manque de compétitivité de notre pays par rapport à ses voisins européens. C'est sur ce paramètre-là que la Wallonie a i décidé de mettre le paquet.

par Martine Maelschalck

Rédactrice en chef

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés