11% des PME perdent des contrats à cause des langues

Quelque 11% des PME européennes estiment perdre des contrats, faute d'avoir les compétences linguistiques nécessaires, selon une étude publiée vendredi par la Commission européenne.

(afp) L'étude, menée auprès d'un échantillon de 2.000 PME, "conclut qu'il existe pour les petites entreprises en Europe un potentiel considérable d'accroissement de leurs exportations totales si elles consentent à investir davantage dans les langues".

"Loin de représenter une charge indésirable pour les entreprises, l'investissement dans les langues peut améliorer considérablement leurs opportunités commerciales", a déclaré Leonard Orban, le commissaire roumain chargé du multilinguisme, en fonction depuis le 1er janvier.

Près de la moitié des PME exportatrices interrogées envisagent de s'étendre à de nouveaux marchés étrangers au cours des trois prochaines années, note-t-il.

De l'étude, réalisée en 2006 par le centre national britannique des langues pour la Commission, il ressort que, si "l'anglais est une langue clé pour l'accès aux marchés mondiaux", cela ne suffit souvent pas.

"Le russe est utilisé en Europe de l'Est, comme l'allemand et le polonais. Le français est utilisé en Afrique et l'espagnol en Amérique latine", relève-t-elle.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés