Assistant(e)s de direction, un métier à responsabilités (étude)

Les assistant(e)s de direction (ou management assistants) belges se sentent bien dans leur peau, respectés, considérés et impliqués dans le processus de décision de leur entreprise, révèle une étude d'Office Team dont les résultats ont été publiés mardi à l'occasion de la journée des management assistants qui aura lieu ce jeudi.

(belga) Pour Véronique Bruliau, Metro branch manager d'Office Team, la profession de management assistant souffre encore de stéréotypes alors que cette fonction occupe un rôle prédominant au sein d'une société et endosse une responsabilité de plus en plus grande. L'étude révèle en effet que 83 % des assistants de direction se disent respectés par leur patron et appréciés au sein de l'entreprise. Ce respect s'exprime principalement pas la confiance que leur accorde leur patron (60 %) et la considération qu'ils reçoivent pour le travail accompli (50 %). De plus, 8 % seulement déclarent suivre leur patron lorsque celui-ci change de fonction. "L'image selon laquelle le management assistant serait un subordonné asservi à son manager est donc tout sauf exacte. La fonction de management assistant nécessite de l'autonomie et offre la possibilité d'évoluer à l'intérieur de l'entreprise, indépendamment du manager pour lequel on travaille", souligne Véronique Bruliau. En outre, 60 % des management assistants estiment qu'ils sont suffisamment impliqués dans les décisions de l'entreprise et que leur avis est entendu et sollicité. Toujours selon cette étude, 82 % des management assistants considèrent le stress comme un élément journalier important du travail, l'augmentation de la pression sur les entreprises les contraignant à soutenir leur supérieur dans la lutte contre le stress. "Le métier de management assistant est un métier méconnu alors qu'il existe beaucoup d'opportunités de carrière, déplore Véronique Bruliau. Il y a une distorsion entre l'offre et la demande de plus en plus forte", ajoute-t-elle. Les perspectives de carrière des management assistants vont de la gestion de projets (47 %), à l'analyse économique (36 %), ou la planification des tâches (18 %) et les activités de Ressources humaines (12 %). Bien qu'il existe un bachelor en management assistance, les sociétés d'interim s'orientent souvent vers des universitaires en sciences économiques, politiques ou en communication, d'après Mme Buriau. Les principales compétences requises pour exercer cette fonction sont, d'après les sondés, la capacité d'établir des priorités (69 pc), l'organisation (63 pc), la communication (62 pc), la résolution créative des problèmes (50 %), la flexibilité (47 %) ou encore la discrétion (45 %).

L'étude a été réalisée par dans plusieurs pays européens (Belgique, France, Allemagne Grande Bretagne et République tchèque). En Belgique, 400 personnes y ont participé.

Photo belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés