Coca-Cola et Pepsi interdits en Inde

Six états indiens ont interdit totalement ou partiellement la vente des boissons produites par les compagnies américaines PepsiCo et Coca-Cola, une semaine après la publication d'une étude locale selon laquelle ces sodas contiennent un taux de pesticide inacceptable.

(l'écho) Cette étude a été effectuée sur 57 échantillons de 11 boissons de Coca-Cola et Pepsi-Cola par le Centre for Science and Environment (CSE), une organisation non gouvernementale basée à New Delhi. Selon le CSE, les Coca et autres Pepsi contiennent un cocktail de trois à cinq pesticides différents, qui proviendraient de l'eau utilisée, les nappes phréatiques souffrant probablement d'un problème de pollution.

Quatre semaines pour obéir

Dans les six états concernés, les boissons litigieuses ont été bannies des écoles locales, et des groupes de pression demandent aujourd'hui une interdiction nationale. De son côté, la Cour suprême indienne a intimé l'ordre à Pepsi-Cola et à Coca-Cola de lui fournir la liste des ingrédients rentrant dans la composition de leurs sodas, considérés par ces compagnies comme un secret de fabrication. Coca et Pepsi ont un délai de quatre semaines pour obéir à cet ordre.

Précédent

En 2003, le même CSE avait déjà fait une étude négative sur le taux de pesticides contenu dans les boissons des deux géants américains, ce qui avait provoqué un recul des ventes pour Coca-Cola et Pepsi qui avaient cherché l'aide du gouvernement. Celui-ci avait alors affirmé, le 21 août par un communiqué du ministère de la santé, que les tests effectués montraient la sûreté de consommation des boissons produites par les deux firmes.

Problème plus vaste

Les deux entreprises ont environ une centaine d'usines en Inde et occupent 95 % du marché des boissons non alcoolisées dans un pays où 80% de la population n'a pas accès à l'eau potable, selon des experts.

Dès 1994 et pendant des années, les deux firmes ont dû faire face à des manifestations quotidiennes organisées à l'appel des nationalistes hindous opposés à la libéralisation économique.

En 2005, Coca-Cola et Pepsi ont été notamment accusées de pomper abusivement les nappes phréatiques des régions dans lesquelles leurs usines sont installées et de polluer l'eau par leurs rejets. Un long mouvement de protestation et des manifestations avaient abouti à la suspension du travail à l'usine de Plachimada dans le sud de l'Inde.

Plus d'informations:

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés