Des archives montrent que le Japon a organisé l'esclavage sexuel (historien)

Un historien japonais a affirmé lundi avoir découvert des documents d'archives prouvant que les autorités nippones ont contraint des femmes asiatiques à se prostituer pendant la Seconde guerre mondiale.

(afp) Cette découverte pourrait raviver la polémique provoquée en Asie par les récentes déclarations du Premier ministre.

Ce dernier a récemment déclenché un tollé en affirmant qu'il n'existait "aucun témoignage fiable" prouvant que l'armée nippone avait eu recours à la "coercition" pour recruter des femmes comme chair à soldats.Hirofumi Hayashi, historien de l'université Kanto Gakuin, a affirmé à l'AFP avoir découvert sept documents prouvant le contraire, dans les archives constituées entre 1946 et 1948 pendant le Procès de Tokyo qui avait été mis en place par les Alliés pour juger 28 criminels de guerre japonais.

Le professeur Hayashi rendra publics ces documents mardi.Dans un des documents rédigé par les procureurs néerlandais et daté du 13 mars 1946, sont rapportés les propos d'un employé de l'armée impériale japonaise évoquant la prostitution forcée des femmes sur l'île occupée de Bornéo."Nous avons détenu (des femmes) sur ordre de l'officier en chef chargé de la sécurité pour trouver le prétexte de les placer dans des maisons closes", a déclaré cet employé japonais, selon le professeur Hayashi.

Selon certains historiens, l'esclavage sexuel aurait concerné jusqu'à 200.000 femmes asiatiques, appelées par euphémisme "femmes de réconfort".Le gouvernement de Shinzo Abe a affirmé s'en tenir aux termes des "excuses et regrets sincères" officiels exprimés par Tokyo en 1993.Les autorités avaient alors reconnu que l'armée impériale avait été impliquée "directement ou indirectement" dans l'esclavage sexuel.

Photo belga

Publicité
Publicité

Echo Connect