Deux tiers des Suisses ont déjà hérité ou vont hériter

Les Suisses héritent plus et plus souvent que les habitants d'autres pays. Deux tiers d'entre eux ont déjà touché ou toucheront une succession, selon une étude publiée mardi par le Fonds national suisse de la recherche scientifique.

(belga/ats) - En 2000, le patrimoine qui est passé d'une génération à l'autre s'est élevé à 28,5 milliards de francs. Cela représente plus de 6 pc du produit national brut, indiquent les auteurs de l'enquête. Cette valeur est deux fois plus élevée qu'en Allemagne. L'écart ne s'explique pas uniquement par l'existence de fortunes privées plus importantes, expliquent les chercheurs.

Dans la Suisse épargnée par la seconde guerre mondiale, les héritages se sont poursuivis de manière plus continue que dans les pays voisins.Les sommes léguées par les hommes sont supérieures d'un cinquième à celles que lèguent les femmes. De plus, les hommes procèdent plus fréquemment à des donations, dont les montants sont par ailleurs beaucoup plus élevés, notent également les auteurs de l'étude.

L'héritage est une affaire de famille. La majeure partie de la somme léguée demeure au sein de celle-ci: 58 % reviennent aux enfants, 15 % à la conjointe ou au conjoint et à d'autres membres de la famille.

La part léguée à des personnes extérieures à la famille représente 6 %. Enfin, les organismes d'utilité publique touchent 4 % des sommes transmises.Du fait de l'allongement de l'espérance de vie, l'héritage entraîne des bouleversements dans la structure des générations. Les fortunes sont de plus en plus concentrées dans la génération des retraités. Alors qu'en 1980 plus des deux tiers des héritages revenaient à des personnes de moins de 55 ans, cette proportion ne sera plus que d'un tiers en 2020.

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect