GP de Malaisie: Ferrari prêt à affronter ses concurrents

Felipe Massa auteur du meilleur temps de chacune des deux séances d'essais libres, Kimi Räikkönen rassuré sur l'état de son moteur: le Grand Prix de Malaisie de Formule 1 se présente bien.

(afp) Au dire même de leurs concurrents, comme Giancarlo Fisichella (Renault), "les Ferrari sont un cran au-dessus". Alors, peut-on s'attendre à un doublé de la Scuderia à Sepang?

"Je ne sais pas, répond prudemment Räikkönen. Nous verrons après les qualifications. Mais tout peut arriver car c'est une course très difficile pour la voiture comme pour les pilotes".

Le Finlandais ne veut pas spéculer sur l'avantage, si criant en Australie, de Ferrari sur ses adversaires. "On ne le saura qu'après la course... même les qualifications ne permettront pas de le dire", estime-t-il.

Vendredi, en tout cas, malgré son 4e temps de la journée, le leader du championnat du monde pilotes n'était "pas content à 100%" de sa monoplace. "Les réglages ne sont pas aussi bons (qu'en Australie), quelque chose a changé... nous devons retrouver de l'adhérence", explique-t-il à la manière d'un apprenti ventriloque, semblant faire plus d'efforts pour ne pas remuer les lèvres que pour parler de façon intelligible.

Mais les craintes nées d'une petite fuite d'eau à la fin du GP d'Australie et qui l'avaient obligé à ralentir, ont été levées et, avec elles, la menace d'un changement de moteur et d'une relégation de dix places sur la grille. Vendredi, le pilote a sobrement annoncé qu'il "n'y avait pas de raison de changer" le propulseur.

En piste, le matin comme l'après-midi, Massa a réussi le meilleur temps, signant le meilleur chrono du jour lors de la première séance en 1 min 34 sec 972/1000. Räikkönen, lui, a obtenu deux fois le quatrième temps: le matin derrière les deux McLaren-Mercedes de Fernando Alonso et Lewis Hamilton ; l'après-midi derrière les deux Renault de Giancarlo Fisichella et Heikki Kovalainen.

Chez Renault, où la première course a été un ratage général, les déclarations se veulent plutôt optimistes.

"Nous avons fait un pas en avant depuis l'Australie... nous sommes un peu meilleurs", assure Fisichella, cinquième temps cumulé de la journée. "Mais cette année, la voiture n'est pas aussi bonne que celle de l'an passé", regrette l'Italien, estimant que "au vu de Melbourne", les Ferrari semblent encore imbattables.

"Ils ont aussi fait de bons essais privés la semaine dernière et aujourd'hui (vendredi) ils sont devant... mais tout peut arriver", poursuit-il.

Alors, le vainqueur de l'épreuve malaisienne 2007 espère cette année "monter sur le podium". Et pour cela, "l'important sera d'adopter une bonne stratégie".

Les qualifications sont programmées samedi à 14h00 (06h00 GMT), après la troisième et dernière séance d'essais libres.

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect