La population mondiale souffre plus d'obésité que de faim

Les statistiques parlent d'elles-mêmes: pour 800 millions de personnes qui souffrent de la faim, il y en a 1,4 billion en surpoids, et le taux de croissance de l'obésité est deux à quatre fois plus élevé dans les pays en voie de développement que dans les pays occidentaux.

(l'écho) Ce sont les résultats d'une étude présentée par le Professeur Barry Popkin, Professeur en Nutrition, à une conférence de l'International Association of Agricultural Economists à Sydney.

Ses recherches, basées sur le changement des habitudes nutritionnelles en Chine, Egypte et au Mexique, démontrent que l'obésité ne se limite plus aux pays occidentaux. Sur 300 millions de personnes considérées comme obèses, 115 millions se trouvent aujourd'hui dans les pays en voie de développement.

Obésité rime avec pauvreté

L'alimentation des populations pauvres pendant les années 1960 était simple et plutôt monotone: du riz accompagné de légumes ou de poisson. Aujourd'hui, les habitudes alimentaires dans les pays en développement évoluent rapidement. Les subventions agricoles vont en priorité à la culture du sucre et de l'huile, et les plats riches en graisses et en sucres à moindre prix remplacent peu à peu la nourriture traditionnelle. Conséquence: les classes défavorisées sont les plus touchées par l'obésité, car bien se nourrir coûte cher.

Un signe de réussite sociale

Dans nombre de cultures, le fait d'être gros équivaut à être en bonne santé. Le mode de vie occidental et le comportement alimentaire qui en découle sont considérés comme un signe de réussite sociale. En Chine, par exemple, l'amélioration du niveau de vie se traduit par un accroissement significatif de la consommation d'huile.

Baisse de l'activité physique

Il y a eu à travers le monde un bouleversement important de l'activité physique: des activités impliquant une forte dépense d'énergie comme l'agriculture, le travail minier et forestier sont remplacées par des emplois sédentaires. La généralisation des moyens de transport et une activité réduite pendant les heures de loisirs sont également à la base de changements importants. En Chine toujours, 14 % des ménages ont fait l'acquisition d'une voiture entre 1989 et 1997, ce qui a doublé la proportion d'hommes en surpoids. Le nombre de propriétaires de téléviseurs a explosé, encourageant l'inactivité pendant les heures de loisirs. A l'heure actuelle, plus de 97 % des ménages chinois possèdent au moins un téléviseur.

Conséquences pour l'avenir

La modification des comportements alimentaires et les changements au niveau de l'activité physique ont de lourdes conséquences pour l'avenir. D'un point de vue sanitaire, l'obésité est en passe de devenir le principal facteur de risque de maladies cardio-vasculaires et de maladies associées. L'impact financier de l'obésité est loin d'être négligeable: selon les estimations de l'Organisation Mondiale de la Santé, 2 à 8 % du coût total des soins dans les pays occidentalisés seraient dus à l'obésité.

Plus d'informations:

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés