Publicité

La Russie va renforcer son système de missiles intercontinentaux

Le ministre russe de la Défense Sergueï Ivanov a prévenu vendredi que la Russie allait devoir renforcer son système de missiles intercontinentaux, à cause du bouclier antimissile que les Etats-Unis veulent installer en Pologne et en République tchèque.

(afp) Le ministre russe de la Défense Sergueï Ivanov a prévenu vendredi que la Russie allait devoir renforcer son système de missiles intercontinentaux, à cause du bouclier antimissile que les Etats-Unis veulent installer en Pologne et en République tchèque.

"Nous allons devoir suivre en y donnant une réponse asymétrique qui consistera à développer notre propre système stratégique (de fusées intercontinentales) car nous devons avoir la capacité de battre tout système antimissile", a-t-il déclaré à l'issue d'un Conseil Otan-Russie informel avec ses collègues de l'Alliance atlantique.

"Cela n'est menaçant pour personne" et "nous n'allons pas jouer le jeu de la course aux armements", a-t-il souligné, "mais nous voulons avoir la certitude de n'être dans aucune circonstance soumis à des pressions politiques ou militaires".

Washington a officiellement demandé le 22 janvier à la République tchèque et à la Pologne de servir de bases européennes au bouclier antimissile américain, s'attirant immédiatement les protestations les plus énergiques de Moscou.

Pour parer à d'éventuelles attaques en provenance notamment d'Iran, le Pentagone souhaite déployer un radar en République tchèque et dix intercepteurs en Pologne d'ici à 2011-2012.

Le premier entretien d'une demi-heure qu'ont eu jeudi soir à Séville (sud) le secrétaire américain à la Défense Robert Gates et M. Ivanov, a permis aux deux hommes d'aborder cette question.

M. Gates a indiqué à la presse qu'il avait lui-même "soulevé le sujet", et "expliqué ce que nous planifions et que cela ne représentait pas une menace pour la Russie".

"La sécurité de la Russie ne va pas être menacée par la présence de dix missiles intercepteurs" en Pologne, a reconnu M. Ivanov, mais "on se demande quand même ce qu il y a derrière tout ça" car ce système antibalistique censé être dirigé contre la Corée du Nord et l'Iran n'a, du point de vue de la Russie, aucune justification technique.

Selon M. Ivanov, "en ce qui concerne la Corée du nord ça n'a aucune logique étant donné la position géographique" de ce pays d'Extrême-Orient.

"Quant à l'Iran, il dispose de fusées de portée intermédiaire, de 1.400 à 1.600 km maximum. Ces missiles peuvent atteindre les territoires de la Russie et d'Israël, ça c'est exact, et donc la Russie doit tenir compte de ce nouveau facteur pour sa sécurité", a-t-il indiqué. M. Ivanov a invoqué un "argument supplémentaire" : "tout le monde sait que tout missile qui a une trajectoire balistique peut être intercepté plus facilement pendant la phase initiale de lancement. Donc pourquoi les Etats-Unis ne mettent-ils pas des intercepteurs ailleurs, en Turquie, en Irak, ou en Afghanistan, où il serait possible d'intercepter des missiles durant la phase d'accélération? ".

(c) Tijd Nieuwslijn (tel: +32 2 4231769; fax: 32 2 4231610)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés