Le prix de la liberté de la presse de l'Unesco décerné à Anna Politkovskaïa

L'Unesco a décerné vendredi son Prix mondial de la liberté de la presse, à titre posthume, à la journaliste d'opposition russe Anna Politkovskaïa, assassinée en octobre dernier à Moscou alors qu'elle enquêtait sur des atteintes aux droits de l'Homme en Tchétchénie.

Paris (AFP) "Anna Politkovskaïa a fait preuve d'un courage et d'une ténacité incroyables en continuant de couvrir les événements de Tchétchénie alors que le monde entier s'était désintéressé de ce conflit", rappelle l'Unesco dans un communiqué."Son dévouement et sa quête téméraire de la vérité en font une référence pour le journalisme, tant en Russie que dans le reste du monde.

De fait, le courage et l'engagement d'Anna étaient si admirables que nous avons décidé, pour la première fois, de décerner le Prix mondial de la liberté de la presse à titre posthume", ajoute l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture.

Anna Politkovskaïa, une des rares journalistes russes à couvrir le conflit tchétchène et à dénoncer les atteintes portées aux droits de l'Homme, a été assassinée dans l'entrée de son immeuble à Moscou le 7 octobre dernier.Ce meurtre, qui n'a pas été élucidé et à la suite duquel des opposants et des défenseurs des droits de l'Homme ont accusé le Kremlin, a eu un grand retentissement international.Le Comité de Protection des Journalistes (CPJ), une organisation présidée par Paul Steiger, rédacteur en chef du Wall Street Journal, a affirmé en janvier que l'enquête des autorités russes menait à des responsables de la police tchétchène pro-russe.Le Prix mondial de la liberté de la presse de l'Unesco, doté de 25.000 dollars, avait été décerné en 2006 à la journaliste libanaise antisyrienne May Chidiac, gravement blessée dans un attentat.

Photo Belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect