Les 200 millions de francophones à la fête ce mardi

Festivals, gastronomie, concerts, poésie rythmeront mardi la Journée internationale de la Francophonie du 20 mars, intitulée cette année "Vivre ensemble, différents" et célébrée sur les cinq continents qui comptent désormais 200 millions de francophones.

(afp) Selon un rapport publié à l'occasion de cette journée par l'Organisation internationale de la Francophonie (0IF), les francophones ont franchi la barre des 200 millions dans le monde en 2006 contre 175 millions deux ans plus tôt.

Côté institutionnel, le secrétaire général Abdou Diouf fêtera cette journée dans la principauté d'Andorre, devenue membre de plein droit de l'OIF lors du sommet de la Francophonie de Bucarest en septembre. Un concert d'Ismaël Lô, membre de la famille des grands chanteurs populaires du Sénégal dont Abdou Diouf est l'ancien président, y clôturera la journée.

En France, le président Jacques Chirac qui ne se représente pas à la présidentielle après 12 ans de pouvoir, offrira une réception lundi sous les ors du Palais de l'Elysée.

Pour cette journée, "chacun est entièrement libre d'organiser ses évènements", explique Anissa Barrack de l'OIF. A l'honneur cette année: "les mots migrateurs" et les emprunts de vocabulaire d'une langue à l'autre, selon le site dédié à l'événement (http://www.20mars.francophonie.org).

A Québec, qui accueillera le prochain sommet en 2008, comme dans le reste du Canada majoritairement anglophone, les rendez-vous de la Francophonie du 9 au 25 mars sont organisés autour du thème: "Reconnaissance de l'apport autochtone". Et radio-Canada dévoilera mardi le gagnant d'un vaste concours sur l'expression la plus "colorée, bizarre, originale".

En Europe de l'Est, une dégustation de plats de pays francophones est prévue au centre culturel français de Belgrade et à Bucarest, un concert d'une chorale est prévu où sera lu un message du président Traian Basescu.

En Belgique, Liège devient "la ville des mots" dans le cadre de la semaine de la langue française du 17 au 25 mars.

En vedette, "le slam" "courant novateur en Belgique", annoncent les organisateurs. "Né en 1987 à Chicago, le slam se situe aux confins de la poésie, de l'impro et de la joute oratoire", explique leur site internet. "Seul compte le texte qu'il soit lu, scandé, crié, improvisé, chuchoté ou récité".

Le slam est également à l'honneur au Sénégal ou un "slam opéra" sera présenté par Mike Sylla dans le cadre du Printemps des poètes organisé pour la première fois dans le pays avec pour thème l'amour.

"Allégeance. Dans les rues de la ville, il y a mon amour / Peu importe où il va dans le temps divisé / Il n'est plus mon amour, chacun peut lui parler / Il ne se souvient plus, qui au juste l'aima ?", déclamera notamment Emilie Mendy.

Mais cette journée est aussi l'occasion pour certains d'exprimer des critiques de l'OIF, en pleine réorganisation.

Pour le poète sénégalais Amadou Lamine Sall, considéré comme le fils spirituel de Léopold Sédar Senghor, l'un des fondateurs de l'actuelle OIF, la francophonie ne "remplit plus sa mission" et "s'est fourvoyée en politique".

L'artiste, conseiller du ministre sénégalais de la Culture, fustige "la francophonie des bureaux" qui s'est rendue invisible des artistes dans leur "quotidienneté", alors que les oeuvres des poètes, plasticiens, écrivains, cinéastes francophones du Sud ont du mal à circuler dans les pays francophones du Nord.

La Journée internationale de la Francophonie est célébrée depuis 1990.

La date du 20 mars a été retenue en commémoration de la signature, en 1970 à Niamey, du traité portant création de l'Agence de coopération culturelle et technique, ancêtre de l'OIF qui compte 68 Etats et gouvernements membres dont 13 pays observateurs.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés