Publicité

Les actes de piraterie maritime en baisse pour la 3e année consécutive

Les actes de piraterie en mer ont reculé l'an dernier, pour la troisième année consécutive, a indiqué lundi le Bureau maritime international (IMB). Le Bureau a enregistré 239 attaques en 2006, contre 276 en 2005 et 329 en 2004.

(afp) "Cela montre un recul systématique inconnu depuis la mise en place en 1991 du PRC", le Centre d'informations sur le piratage, basé à Kuala Lumpur et qui dépend de l'IMB de Londres, indique le Bureau dans un communiqué.L'Indonésie, qui reste la région du globe la plus touchée par le phénomène, connaît une nette chute du nombre des attaques, passées de 79 en 2005 à 50 l'an dernier, précise le PRC.

Le Centre impute ce recul à une plus grande disposition à rapporter les attaques aux autorités, et au renforcement de la lutte des gouvernements. "La stratégie fonctionne et il y a dorénavant des signes que la guerre contre la piraterie peut être gagnée", a déclaré le directeur du Bureau, Pottengal Mukundan.

L'organisation souligne cependant la hausse des attaques au Bangladesh (qui ont doublé à 47 cas en 2006) et dans le port de Santos, au Brésil (sept attaques l'an dernier contre aucune auparavant). Le Nigeria est également pointé du doigt: douze attaques y sont survenues en 2006 et 49 personnes y ont été enlevées.Le Bureau s'inquiète particulièrement de la situation en Somalie, où la chute des islamistes, "qui avaient adopté une position ferme face à la piraterie", n'est pas de bon augure.

"Dans les jours qui ont suivi le retrait (des islamistes), il y a eu une tentative d'attaque contre un cargo américain dans les eaux somaliennes, la première depuis des mois", souligne le PRC.Le gouvernement intérimaire doit contrôler les milices ou "faire face à la perspective d'un retour à leur précédent niveau des attaques de piraterie", avertit le Centre.Dans l'ensemble du monde, quinze personnes ont été tuées en 2006 et 188 prises en otage, a précisé le directeur du Centre, Noel Choong, soulignant que "plus de la moitié des cas ne sont pas rendus public".

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés