Publicité

Les Belges en savent trop peu sur la grippe

Les Belges en savent encore trop peu sur la grippe saisonnière, la grippe aviaire et une éventuelle pandémie de grippe, d'après une enquête réalisée par le comité de coordination interministériel Influenza et la Fondation Roi Baudouin et dont les résultats ont été présentés mercredi lors d'une conférence de presse.Cette enquête avait pour objectif de déterminer les connaissances des Belges en ce qui concerne les différents types de grippes, de connaître quelles sont leurs craintes et d'identifier leurs besoins en terme de communication.

(belga) Pour cela, une enquête quantitative a été réalisée par internet auprès de 1.000 Belges entre novembre et décembre 2006. Parallèlement, une enquête qualitative a été effectuée par le biais de 10 groupes de discussions regroupant des profils particuliers tels que les personnes âgées, les personnes défavorisées ou les médecins. Les résultats montrent que si la population connaît la grippe saisonnière (79%) et la grippe aviaire (90%), seulement 47% des personnes interrogées savent ce qu'est une pandémie de grippe. En ce qui concerne la grippe saisonnière, le Belge n'en a pas peur et ne cherche donc pas d'information à ce sujet. La moitié de la population pense que les médicaments aident peu dans ce cas et seulement 49% des personnes interviewées savent que les antibiotiques ne sont pas efficaces contre la grippe. La communication à ce niveau peut donc être améliorée, notamment concernant la prévention, les symptômes et les mesures à prendre. La grippe aviaire pour sa part n'est pas considérée comme une menace. Le fait que l'an dernier notre pays ait été épargné procure un sentiment d'apaisement. En matière de communication, 57% de la population a estimé que les informations diffusées par les médias étaient claires même si elles n'étaient pas toujours pertinentes et 66% jugent que les informations des autorités étaient suffisantes. Les personnes interrogées n'accordent pas beaucoup d'attention à une éventuelle pandémie de grippe. Celle-ci est considérée comme un danger futur qui ne les concerne pas directement. Cette relativisation du danger proviendrait d'un manque de connaissance. Par ailleurs, les personnes interrogées souhaitent n'être informées qu'en cas de menace réelle de pandémie de grippe. "Attendre pour communiquer qu'une situation d'urgence se présente peut provoquer une angoisse collective, ce qui met les autorités dans une situation difficile", soulignent les responsables de cette enquête. "Si la menace se concrétisait, les gens auraient tout à coup besoin d'informations et se demanderaient pourquoi ils n'ont pas été informés plus tôt." La population souhaite donc des directives explicites, des informations actualisées et très claires sur la meilleure façon de se prémunir et de protéger sa famille. Cette enquête a également été l'occasion d'évaluer plusieurs moyens et outils de communication.

"Nous allons maintenant revoir notre plan en fonction de ces résultats avec le SPF Santé publique et l'adapter aux attentes de la population", a conclu le commissaire interministériel Piet Van Themsche. La grippe saisonnière est attendue dans notre pays dans les prochaines semaines. Le nombre de patients atteints est actuellement en légère augmentation. Comme l'an dernier, le pic ne devrait pas être spectaculaire, selon les projections effectuées. En ce qui concerne la grippe aviaire, le virus reste présent de manière endémique notamment en Asie ou en Egypte. Depuis début 2007, aucun cas n'a encore été constaté en Europe. Au total, l'OMS a recensé 163 décès dans le monde dus au virus H5N1.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés