Les Danoises se plaignent des contrôles intimes à l'aéroport de Copenhague

Des passagères et hôtesses à l'aéroport de Copenhague se plaignent quotidiennement des contrôles jugés trop rapprochés des agents de sécurité pour vérifier d'éventuelles armes dissimulées dans leur soutien-gorge, rapporte vendredi le quotidien gratuit Nyhedsavisen.

(afp) Des mesures renforcées ont été instaurées l'automne dernier obligeant les préposés à la sécurité à toucher le pourtour des seins des femmes car l'armature métallique des soutiens-gorges déclenche le système d'alarme aux portiques de détection de l'aéroport."Nous enregistrons cinq plaintes par jour de femmes qui sentent que les agents de sécurité vont trop loin", a indiqué Mogens Kornbo, directeur-adjoint de l'aérport international Kastrup.

Le président du syndicat des hôtesses de l'air de Scandinavian Arlines (SAS), Verner Lundtoft, a reçu également des plaintes de ses membres "offensées", qui "sentent qu'on leur caresse les seins". Interrogée par l'AFP, la porte-parole de l'aéroport, Anette Haaning, a souligné que "60% des agents de sécurité sont des femmes.

Mais il arrive qu'à un certain moment de la journée, il y en ait peu aux portiques de sécurité"."Mais nous sommes contraints d'effectuer ces contrôles très minutieux imposées par l'aviation civile", a-t-elle insisté, observant qu'"on peut toujours exiger d'être contrôlé par une personne du même sexe".

Le porte-parole de l'aviation civile, Thorbjoern Ancher, a défendu ces contrôles intimes. "Les agents doivent tout simplement sentir si les passagers ont des armes sous les vêtements. Pensez-donc (aux réactions) si des femmes pouvaient passer avec des grenades entre les seins car nous ne les avions pas contrôlées", a-t-il dit.

Photo belga

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect