Publicité

Les Experts sur les traces des voleurs d'un scooter volé chez Sarkozy fils

L'emploi de grands moyens, y compris de tests ADN, pour arrêter les voleurs du scooter du fils de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence en France et ministre de l'Intérieur, a été dénoncé mardi par le leader centriste François Bayrou après avoir suscité les sarcasmes des motards. "Il y a tous les jours, en France, des événements de cet ordre qui ne donnent pas lieu à des déploiements policiers de cette ampleur", a souligné François Bayrou, également candidat à l'élection présidentielle d'avril-mai.

(afp) La police a fait procéder à des recherches d'empreintes et d'ADN pour confondre trois jeunes soupçonnés d'avoir volé le scooter d'un des trois fils du ministre de l'Intérieur à Neuilly-sur-Seine, une banlieue huppée de Paris dont Nicolas Sarkozy est l'élu.Tous trois ont été inculpés pour "vol en réunion" et laissés libres.

Le scooter, déclaré volé le 7 janvier, avait été retrouvé dix jours plus tard à Bobigny, une banlieue populaire du nord de Paris."Nous vivons dans la France des deux poids, deux mesures", a déploré François Bayrou.

Un policier, interrogé sur les moyens mis en oeuvre, a affirmé que l'enquête avait été "bien menée" avec les moyens "classiquement utilisés". Mais le représentant d'une Fédération de motards, Frédéric Brodziak, a souligné que d'ordinaire la police refusait de se mobiliser pour des vols de deux-roues. "Si désormais on utilise l'ADN pour retrouver les scooters volés, c'est super!", a déclaré Frédéric Brodziak.Les opposants à Nicolas Sarkozy, notamment le camp de sa rivale socialiste Ségolène Royal, l'accusent de profiter de son poste de ministre de l'Intérieur pendant la campagne et réclament sa démission du gouvernement.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés