Publicité

Les femmes dépressives sont plus souvent saoules pendant les fêtes

Le lien entre une dépression et l'ivresse due à l'alcool pendant les fêtes est plus important chez les femmes que chez les hommes, selon une étude menée conjointement par un centre de santé au Canada et l'université américaine du Dakota Nord, réalisée auprès de 6.009 hommes et 8.054 femmes diffusée jeudi sur le site web de la BBC.

(belga) L'étude démontre que les femmes qui se saoulent régulièrement pendant les fêtes souffrent plus souvent d'une dépression clinique que les hommes. En cas de consommation modérée, les risques pour les deux sexes n'existent plus. L'étude a mesuré la prise d'alcool de la semaine dernière par rapport à celle de l'année dernière. Il a été tenu compte de la régularité de la consommation, de la quantité consommée à chaque fois et du maximum consommé. Les chercheurs ont aussi pris en considération si la consommation d'alcool a été plus importante pendant les fêtes; ils ont également tenu compte des participants qui souffraient ou non d'une dépression. Cet élément a été défini en fonction des personnes qui répondent aux critères d'une dépression clinique ou des sentiments dépressifs qu'elles ont pu récemment éprouver. Selon les chercheurs, les femmes tentent de régler leurs problèmes avec l'alcool quand elles souffrent d'une lourde dépression. "Ce modèle est plus fréquent chez les femmes qui boivent pour lutter contre leur dépression, que chez les dépendantes chroniques à l'alcool qui en deviennent dépressives", a expliqué Sharon Wilsnack.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés