Publicité

Les stations de moyenne altitude souffrent du manque de neige

La montagne française offre actuellement un panorama très contrasté entre les riches stations alpines, enneigées car situées au dessus de 1.700 m, et de nombreuses stations de moyenne altitude privées de neige et parfois fermées à cause de la chaleur qui empêche de faire fonctionner les canons.

(afp) Cette situation préoccupante, avec une quarantaine de stations fermées dans les Alpes, n'est pas exceptionnelle puisque la montagne avait déjà connu des hivers sans neige, notamment en 1994-95 et 1996-97.

Mercredi, des professionnels des remontées mécaniques et des élus de la montagne ont été reçus au ministère du Tourisme et ont demandé des aménagements ou des reports dans le versement de la TVA, des cotisations URSSAF et Assedic, comme cela avait été accordé pour les deux derniers hivers sans neige.

Dans les Alpes, qui représentent près de 80% des activités neige en France, les grandes stations savoyardes --Tignes, Val d'Isère, Méribel, Courchevel, les Ménuires, la Plagne et les Arcs--, l'Alpe d'Huez et les Deux Alpes (Isère), Avoriaz (Haute-Savoie), Serre-Chevalier et Montgenèvre (Hautes-Alpes), Isola-2000 (Alpes-Maritimes) arrivent à garantir un taux d'ouverture des domaines skiables oscillant entre 70 et 90%, selon l'organisation Ski France.

Des stations un peu moins hautes tirent leur épingle du jeu en Savoie comme Valloire (1.430 m), où le domaine skiable est ouvert à 70%, et les Saisies (1.650 m) où on indique que "la station de ski alpin est ouverte à 74% et le domaine nordique compte 95 km de pistes accessibles".

En revanche, les stations du Vercors --Villard-de-Lans ou Autrans qui vient d'annuler la Foulée Blanche-- et de la Chartreuse sont toutes fermées ou presque. Dans le massif de Belledonne en Isère, Chamrousse et les Sept-Laux ont ouvert seulement entre 20 et 30% de leur domaine.

Dans les Pyrénées, à Saint-Lary, une des stations les plus importantes du massif, 20% des pistes sont ouvertes. L'inquiétude grandit à l'approche des vacances de février, pendant lesquelles sont réalisés 70% du chiffre d'affaires.

"Contrairement à la période des fêtes, avec des séjours de type familial, la fréquentation des stations est axée essentiellement sur le ski, souligne David Carlier, directeur délégué de la Confédération pyrénéenne du tourisme. Or, il n'y a pas ou peu de neige. Nous n'avons pas connu d'hiver aussi peu favorable pour l'activité depuis 1990-91".

Les stations vosgiennes, auvergnates et jurassiennes sont fermées.

Les Vosges sont "entièrement vertes", remarque Bruno Poizat, le directeur de Gérardmer, deuxième station du massif. "L'isotherme zéro degré doit être à 2.000 mètres d'altitude. Notre domaine skiable culmine à 1.100 mètres, c'est à dire que les températures sont largement positives sur le massif", explique-t-il.

Seul réconfort, on attend dans les Alpes des chutes de neige conséquentes dimanche et lundi, suivies d'une vague de froid intense, qui devraient améliorer la situation de nombreuses stations, indique Météo France à Chamonix.

Mais les chutes de neige sur les Vosges ne devraient pas être significatives: "cela ne permettra pas de skier", estime un météorologue de Météo France à Epinal.

Photo Belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés