Publicité

Maastricht aguiche touristes et investisseurs

Maastricht, ville la plus ancienne et la plus méridionale des Pays-Bas, au coeur de l"'Eurégio", la région transfrontalière Néerlando-belgo-allemande, fait valoir ses charmes et compte sur une nouvelle ligne de train internationale pour séduire les parisiens et les londoniens.

(afp) D'un geste, le bourgmestre de Maastricht Geert Leers embrasse les collines entre lesquelles le fleuve s'est creusé un passage, et la ville qui fleurit depuis 2000 ans le long ses berges. Dans ce pays de polders, "même les Néerlandais se croient à l'étranger", s'exclame-t-il.Pour le premier citoyen de cette cité de 120.000 habitants, Maastricht est plus que des remparts médiévaux, des cathédrales, des faïenceries, un traité européen, une université ou un centre-ville coquet et animé."Nous voulons faire de la ville le Monaco de la Meuse", s'enflame le maire. Si ses projets aboutissent, le plus grand casino des Pays-Bas devrait bientôt s'y établir, une salle de spectacle avec une capacité de 5.000 places sera bâtie, et des thermes devraient être construites à proximité de la ville. Soit quelque 100 millions d'euros d'investissements.En attendant, le maire vient de réaliser le premier, et peut-être le plus important pas dans la réalisation de ses projets. Depuis décembre, "Maastricht est devenue une gare belge, reliée directement par le +Maastricht-Bruxelles Express+ en 1H20 à la capitale européenne, où arrivent les Thalys et les Eurostar."Nous voilà à moins de trois heures de Paris, quatre heures vingt de Londres, moins qu'au départ d'Amsterdam", s'enflamme le maire rappelant le slogan du lancement du train "le plus fast".L'exemple des convoyeurs parisiens qui grâce au Thalys se sont établis à Bruxelles fait rêver M. Leers.Au coeur de l'Eurégio Meuse-Rhin (3,6 millions d'habitants), avec les villes frontalières d'Aix-la-Chapelle (Allemagne) et Liège, Maastricht envisage de poser sa candidature pour être un an durant, en 2015, "capitale européenne de la culture".Il s'agirait d'une édition transfrontalière de l'événement, à l'exemple de Luxembourg qui le sera en 2007 et a décidé de déborder du Grand-Duché en associant à la manifestation des régions de l'ouest de l'Allemagne, de Lorraine et la province du Luxembourg belge.

Pour l'heure, Maastricht prépare 2007 et s'apprête à célébrer 15 ans de Traité de Maastricht, un des textes fondateurs de l'Union européenne dans lequel a été lancé l'euro, et 50 ans de Traité de Rome par une année riche en programme de conférences, festival de cinéma, rencontres, dégustations de cuisines européennes, ou encore championnat de feux d'arifices européens.La ville compte sur ses "classiques", tels que le musée des beaux-arts Bonnefanten et la foire annuelle des antiquaires de réputation mondiale Tefaf pour attirer les amateurs de culture, mais rappelle qu'elle propose également un festival de musique sacrée et un festival de danse.De musée en théâtre et en festival, de boutique en restaurant, chaque pavé semble avoir été briqué soigneusement. Difficile de s'imaginer qu'il y a 15 ans, la ville peinait à faire peau neuve, et à se relever de son passé industriel."On n'est pas au bout du boulot, mais Maastricht est une ville avec un fort potentiel culturel", résume Guido Wevers, directeur du Theater aan het Vrijthof.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés