Publicité

Ordinateur saboté, astronautes ivres: la Nasa accumule les déboires

L'agence spatiale américaine a annoncé qu'un ordinateur censé être installé à bord de la navette Endeavour, dont le lancement est prévu le 7 août, avait été victime d'un "dommage intentionnel".

(afp) La Nasa accumule les déboires depuis le début de l'année et la liste s'est allongée jeudi avec les révélations qu'un ordinateur devant bientôt voler à bord de la navette spatiale avait été saboté et que des astronautes ivres avaient été autorisés à effectuer des missions. Ce sabotage s'est produit sur le site d'un sous-traitant et a été notifié à la Nasa il y a quelques jours, a indiqué une porte-parole de l'agence spatiale, Katherine Trinidad.Une enquête est en cours, a-t-elle précisé, sans donner davantage de précisions sur le nom du sous-traitant ni où le sabotage s'était produit. En attendant, l'ordinateur qui était destiné à la Station spatiale internationale (ISS) est en train d'être réparé, a précisé Mme Trinidad.Endeavour doit être lancée du Centre spatial Kennedy près de Cap Canaveral en Floride (sud-est). Durant leur mission à la Station spatiale internationale, les sept membres d'équipage d'Endeavour, dont un astronaute canadien, doivent poursuivre la construction de l'avant-poste orbital avec la livraison et l'installation de plusieurs équipements.Jeudi également, le magazine spécialisé Aviation Week & Space a révélé, citant un rapport interne de la Nasa, que des astronautes américains avaient été autorisés à effectuer des missions spatiales alors qu'ils étaient ivres.Ces astronautes éméchés ont été autorisés à voler "au moins à deux occasions", selon le magazine qui n'a pas donné davantage de précisions. La Nasa n'a pas fait de commentaires dans l'immédiat.Le rapport interne de l'agence spatiale indique avoir relevé une consommation d'alcool importante chez les astronautes y compris dans les 12 heures précédant un vol alors que la règle interdit toute consommation d'alcool par les membres d'équipage.

"Si ces informations sur des astronautes ivres autorisés à voler s'avèrent exactes, je pense que l'agence aura à donner des explications", a réagi le président de la commission des sciences et technologies de la Chambre des représentants, Bart Gordon.Cette révélation écorne l'image de la Nasa où les astronautes durement entraînés et soumis à des situations extrêmes sont supposés faire preuve d'un sang-froid à toute épreuve.Elle vient s'ajouter aux autres déboires de l'agence spatiale qui se sont multipliés depuis le début de l'année.

En février, une astronaute jalouse, Lisa Nowak, avait agressé une rivale amoureuse et a été inculpée de tentative d'enlèvement et d'aggression, ternissant l'image de son corps d'élite.Mme Nowak, 43 ans, avait fait 1.500 km en voiture du Texas (sud) à la Floride (sud-est) pour agresser Colleen Shipman, officier de l'armée de l'air américaine de 30 ans, qu'elle soupçonnait d'entretenir une liaison avec l'astronaute William Oefelein qu'elle convoitait.

Elle a plaidé non coupable de tentative d'enlèvement.En avril, un consultant de la Nasa a tué un employé de l'agence avant de se suicider au centre spatial à Houston.Et même la météo a joué des tours à la Nasa.

En février, la grêle a sérieusement endommagé le réservoir externe de la navette Atlantis, forçant la Nasa à ramener l'engin spatial dans son hangar pour effectuer les réparations.Atlantis, qui devait être lancée à la mi-mars, a dû attendre trois mois de plus et ce contre-temps a forcé la Nasa à supprimer le 5e lancement prévu en 2007.

Photo belga

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés