Pour vivre vieux, il vaut mieux être une femme et ....diplômée

L'espérance de vie varie non seulement en fonction du sexe, les femmes vivant plus longtemps que les hommes, mais aussi du diplôme, les plus diplômés des deux sexes âgés de 86 ans pouvant espérer vivre environ un an de plus que les non-diplômés, selon une étude de l'institut français Insee.

(afp) Les femmes âgées de 86 ans et au moins bachelières peuvent espérer vivre encore en moyenne 7,1 ans, contre 6,1 ans pour les non-diplômées, dans les conditions de mortalité des années 2000-2002, selon l'étude publiée mercredi.

Pour les hommes, la durée de vie restante est moindre, mais, comme pour les femmes, elle est plus longue pour les plus diplômés: 5,2 ans contre 4,5 ans.

Pour les deux sexes, les plus diplômés peuvent donc espérer à cet âge vivre environ un an de plus que les non-diplômés.

Les différences s'estompent avec l'avancée en âge, jusqu'à disparaître chez les plus de 94 ans.Toutes catégories confondues, quel que soit le niveau de diplôme, l'espérance de vie à 86 ans est de 4,8 ans pour les hommes, et 6,1 ans pour les femmes.

Les risques annuels de décès des personnes âgées de 85 ans ou plus sont 6% plus élevés pour les anciens ouvriers ou employés que pour les anciens artisans-commerciaux et 11% plus élevés que pour les anciens cadres ou professions intermédiaires.

Le constat est identique pour les femmes avec une sur-mortalité des anciennes ouvrières et employées.

Etre en mesure de vivre seul lorsqu'on a un âge élevé suppose un assez bon état de santé, et les personnes vivant en collectivité ont un risque de décès nettement plus élevé que les personnes vivant en logement ordinaire, selon l'étude, qui porte sur les personnes nées en France.

Photo Belga

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés