Un tsunami dans le Pacifique dévaste des villages des Salomon

Un tsunami a "entièrement dévasté" lundi des villages des îles Salomon, après un violent séisme de magnitude 8 survenu dans le Pacifique, mais les craintes d'un vaste raz-de-marée à l'échelle régionale ne se sont pas matérialisées.

Un tsunami a "entièrement dévasté" lundi des villages des îles Salomon, après un violent séisme de magnitude 8 survenu dans le Pacifique, mais les craintes d'un vaste raz-de-marée à l'échelle régionale ne se sont pas matérialisées.

"Certains villages (de l'ouest de l'archipel) ont été entièrement dévastés", a indiqué à la presse le président du Conseil national des catastrophes de l'archipel, Fred Fakari, s'exprimant depuis la capitale des Salomon, Honiara.

Alex Lokopio, Premier ministre de la Province Occidentale, la plus touchée, a indiqué que "plus de quinze personnes étaient mortes, simplement aux alentours de Gizo", capitale de la province. "Mais pour les autres îles, je ne peux pas vous dire", a-t-il indiqué dans un entretien à Radio Nouvelle-Zélande.

"Nous avons cruellement besoin d'eau, de tentes et de nourriture car près de trois à quatre mille personnes vivent sur la colline surplombant Gizo", ville située à un quarantaine de km seulement de l'hypocentre du séisme, a ajouté le responsable.

Les habitants craignent de rentrer chez eux en raison des nombreuses répliques, a-t-il précisé, précisant que la plupart des édifices publics et des commerces de Gizo avaient été détruits, tout comme l'ensemble des habitations situées le plus en contrebas.

Le porte-parole du gouvernement, Alfred Maesulia, a indiqué que "dans certains villages côtiers, des vagues pouvant atteindre dix mètres de hauteur ont détruit les maisons et les propriétés".

Robert Iroga, rédacteur en chef du quotidien Solomon Star, a indiqué que des habitants lui avaient déclaré que "des corps flottaient" autour d'une île proche de l'aéroport provincial de Gizo, ville touristique réputée pour ses plages paradisiaques.

"Des informations non confirmées que nous avons obtenues indiquent qu'une île a été totalement recouverte par la vague et que des habitants, tués, flottent dans l'eau", a déclaré Robert Iroga, basé à Honiara.

Les informations restent très parcellaires, les lignes téléphoniques et l'électricité étant coupées à Gizo. Aucune donnée ne filtrait d'autres îles de la région proche de l'hypocentre, comme Bougainville, ou la Papouasie-Nouvelle Guinée toute proche.

L'archipel des Salomon, situé à 2.575 km à l'est de l'Australie, est peuplé par un peu moins de 500.000 habitants répartis sur des dizaines d'îles.

Les craintes d'un tsunami régional, du type de celui qui avait fait plus de 200.000 morts le 26 décembre 2004 dans l'océan Indien, ne se sont pas matérialisées.

Le Centre d'alerte pour les tsunamis dans le Pacifique, basé à Hawaï, a ainsi levé en milieu de journée l'avertissement qu'il avait émis pour de nombreux pays de la région, dont l'Australie.

"Quand aucune vague importante n'a été observée dans les deux heures qui suivent l'heure estimée (...), alors les autorités locales peuvent partir du principe que la menace est passée", a précisé le Centre dans un communiqué.

Les autorités de Nouvelle-Calédonie, territoire français d'outre-mer situé environ à 1.000 km au sud des Salomon, ont décidé d'évacuer les populations exposées des îles Loyauté et sur la côte est. Aucun dégât n'a cependant été signalé dans ce territoire finalement touché par une vague estimée à 15 cm, selon les autorités.

En Australie, les plages du littoral oriental ont été fermées pendant quelques heures et certains services de ferry annulés dans la baie de Sydney. Mais la mesure de précaution a été levée dans l'après-midi en l'absence de toute vague majeure.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect