Une "blague" sur Sarkozy coûte sa place à un traducteur télé

Dans ce journal, diffusé le 23 avril en début de soirée sur plusieurs chaînes du câble aux Etats-Unis et notamment à New-York, on pouvait lire à l'écran, au moment ou M. Sarkozy s'exprimait, qu'il invitait les Français "to rally my inflated ego" ("à rallier mon ego surdimensionné"), alors qu'il était en train de les inviter à "s'unir à moi".

(afp) Une "blague" dans le sous-titrage en anglais d'un journal télévisé de la chaîne publique France 2, prêtant un "ego surdimensionné" au candidat de droite Nicolas Sarkozy, a entraîné le licenciement de son auteur, a indiqué à l'AFP Philippe Baudillon, directeur général de France 2.

Dans ce journal, diffusé le 23 avril en début de soirée sur plusieurs chaînes du câble aux Etats-Unis et notamment à New-York, on pouvait lire à l'écran, au moment ou M. Sarkozy s'exprimait, qu'il invitait les Français "to rally my inflated ego" ("à rallier mon ego surdimensionné"), alors qu'il était en train de les inviter à "s'unir à moi".

Ce dérapage était aussitôt signalé sur un web magazine à l'intention des Français de New-York, French Morning NY (frenchmorning.com), et rapporté par le journaliste français Jean-Marc Morandini, sur son blog. Selon French Morning NY, un élu des Français de l'étranger, M. Jean Lachaud, s'était plaint de l'incident auprès de France 2.

Interrogé par l'AFP, Phillipe Baudillon a précisé que ce service de traduction du journal télévisé était rendu par France 2 "à la demande du ministère des Affaires étrangères".

"Un certain nombre de pigistes de nationalité américaine réalisent ce sous-titrage. J'ai été avisé de cette affaire il y a quelques jours", a précisé Philippe Baudillon.

"Ces sous-titreurs se font quelques blagues entre eux en sous-titrant de manière décalée. Mais il y a eu des problèmes informatiques et moins de sous-titreurs que d'habitude et la "blague" est restée à l'antenne", a expliqué Philippe Baudillon, soulignant que l'incident était "inadmissible" et que son auteur ne travaillerait plus pour France 2.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés