Les 3 stades du burn-out

©Ã‚© Jimmy Collins /Corbis

Qu’est-ce que le burn-out? Psychologue et professeure à l’ULiège, Isabelle Hansez le définit comme un état d’esprit négatif persistant lié au travail, caractérisé par l’épuisement, un sentiment d’inefficacité, une démotivation et des comportements dysfonctionnels au travail.

Le burn-out, ou épuisement professionnel, c’est une histoire qui va crescendo. Avant d’atteindre le stade du burn-out avéré, plusieurs stades sont observés. Isabelle Hansez en résume les grandes caractéristiques.

Stade 0: l’enthousiasme

C’est le stade qui précède les problèmes. Le travail est idéalisé, le travailleur est engagé, ambitieux. Performance élevée, autonomie, bon contact avec les collègues. Il s’identifie fortement à son organisation, s’investit dans son travail, ce qui lui procure beaucoup d’énergie. Bref, tout va bien.

Stade 1: le surinvestissement

L’idéal se fragilise, sous l’effet de contradictions vécues au travail (conflit de valeurs, objectifs irréalisables,…).

Baromètre de l'épuisement

"Ça va, toi? T’as l’air crevé."

1 salarié belge sur 5 est en risque d’épuisement. C’est le cas d’Olivier, un quadra qui frôle le burn-out. Découvrez son histoire et faites le point sur votre situation. Découvrez notre grand format >

Le travailleur commence à avoir des doutes sur son efficacité, sur la pertinence et la valeur du travail qui se vide de sens. Et il compense: hyperactivité, surinvestissement, rythme de travail excessif, jusqu’à l’épuisement.

Stade 2: la désillusion

Le travailleur bascule dans la déception, la désillusion: remise en cause du travail comme voie d’épanouissement, rejet des valeurs associées au travail. Les premiers signes cliniques apparaissent: impatience, irritabilité, troubles somatiques. Le comportement se modifie (cynisme, isolement, retrait protecteur), le travailleur devient insensible, ne ressent plus d’émotions, il éprouve des difficultés à garder une image positive de lui-même. Absences régulières et difficultés d’adaptation au retour. Le mal-être au travail contamine la sphère privée.

Stade 3: le burn-out avéré

Le passage au stade du burn-out avéré est souvent caractérisé par un événement ou un incident, comme par exemple une incapacité complète et subite à démarrer la journée. L’idéal d’un travail épanouissant s’éteint complètement. Le doute s’étend à toute l’identité du travailleur. Son incapacité à travailler s’accompagne d’un sentiment de honte. Perception d’incompréhension par l’entourage, risque de développer un état dépressif. Besoin de temps pour accepter ce qui arrive et admettre le diagnostic.


Lire également

Publicité
Publicité