Publicité

Arthus de Bousies, Natura Bister: "Certains clients ont de plus en plus de mal à payer" (vidéo)

Pour Arthus de Bousies, CEO de Natura Bister: "l'aspect humain est redevenu la partie la plus importante."

Interview express en visioconférence pour prendre la température auprès de quelques patrons qui nous livrent leur vision de leur business sous confinement. Arthus de Bousies craint des conséquences à long terme.

Pour le groupe Natura Bister, tout tourne, après une dizaine de jours d’arrêt pour la production de mayonnaise et de sauces de Natura. "On fonctionne au jour le jour et c’est assez sportif", explique Arthus de Bousies, le CEO du groupe agroalimentaire.

Arthus de Bousies, CEO de Natura Bister: "Certains clients ont de plus en plus de mal à payer"

Les ventes de la moutarde Bister ont véritablement explosé dans la distribution, alors que le marché professionnel (Horeca et industrie), qui représente tout de même 30% du chiffre d’affaires, s’est naturellement effondré.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

"On ne peut pas encore mesurer l’impact réel de la crise sur nos activités. Il y aura un effet à retardement", estime de Bousies. "Certains clients ont de plus en plus de mal à payer. Cela risque de se prolonger à plus long terme", craint-il.

Si la production a bien repris, elle a dû s’adapter aux mesures de distanciation sociale. "On ne peut tourner que sur une ligne au lieu de deux", précise le patron.

Présent aux Pays-Bas, en Belgique et en France, le groupe Natura-Bister constate des différences notables dans le soutien des autorités. Aucune aide n'est venue aux Pays-Bas, contrairement à ce qui s'est passé en France et en Belgique. "Notre pays a particulièrement vite réagi en matière de soutien aux entreprises. C’est vrai de la part du gouvernement, mais aussi des banques et des investisseurs institutionnels. Il faut le souligner", souligne de Bousies.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité