eFarmz triple la capacité de son site web (vidéo)

Muriel Bernard, directrice générale de eFarmz

Interviews express en visioconférence pour prendre la température auprès de quelques patrons qui nous livrent leur vision de leur business sous confinement. Muriel Bernard, fondatrice et directrice de eFarmz tente de suivre le rythme.

"C'est l'explosion, le délire." Muriel Bernard, la fondatrice et directrice de eFarmz n'en revient pas. Depuis le début du confinement, le site de la société de livraison de boites-repas en circuit court est littéralement pris d'assaut. Les achats y ont été multipliés par trois dès le soir du 16 mars, veille du confinement. 

Muriel Bernard, directrice générale de eFarmz

Pas question donc de chômage technique chez eFarmz qui a même du engager une quinzaine d'intérimaires pour assurer l'emballage des produits. Et l'équipe fixe travaille 7 jours sur 7 depuis trois semaines...", constate Muriel Bernard. 

Dans cette effervescence, la jeune société a réalisé son plan de croissance à trois ans en quelques jours seulement. "Mais il faut tenir sur la distance et surtout ne pas tomber malade!"

Ces derniers jours, eFarmz a dû fermer régulièrement le site pour réguler l'afflux de commandes. "Nous avions parfois jusqu'à 300 personnes dans la file d'attente", s'exclame Bernard. "On a limité volontairement l'augmentation de la capacité du site. On aurait pu multiplier par dix au lieu de trois."

La base de clients existants a considérablement augmenté la fréquence de ses commandes et le site a recruté plus de 7.000 nouveaux clients. Combien resteront? C'est tout l'enjeu de cette crise. "On dit qu'il faut 21 jours pour créer une habitude", fait remarquer Muriel Bernard au 22e jour du confinement.

Lire également

Publicité
Publicité