Isabelle Simon (Cercle de Lorraine): "J'ai trouvé qu'il s'agissait d'une parenthèse enchantée"

En début de semaine, Isabelle Simon, la directrice générale du Cercle de Lorraine, a annoncé à ses membres que le cercle d'affaires se mettait en réorganisation judiciaire.

Après avoir dû mettre le personnel du Cercle de Lorraine à l'arrêt à cause du Covid-19, Isabelle Simon, la directrice du cercle d'affaires, a dû se résoudre à demander la réorganisation judiciaire.

"J'attendais votre appel. Je mange une mangue dans mon bureau avec mon chat sur mes genoux." Isabelle Simon, la directrice générale du Cercle de Lorraine, a eu une semaine difficile. Lundi, les responsables du cercle d'affaires créé par Stéphan Jourdain en 1997 ont annoncé à leurs membres le passage par la case tribunal et la réorganisation judiciaire (PRJ) pour sauver l'activité. Le Cercle de Lorraine se cherchant un repreneur, nous pensions qu'Isabelle Simon se déroberait à notre entretien prévu de longue date. Mais ce n'est pas le genre de la maison, semble-t-il. 

"Nous continuons toutes nos activités virtuelles, rien ne change. Nous cherchons à organiser la suite pour le repreneur."
Isabelle Simon
Directrice générale du Cercle de Lorraine

Comme d'autres avant elle, Isabelle Simon aborde d'abord le volet personnel de ce confinement qui, doucement, touche à sa fin. "Je n'ai pas honte de le dire, mais avec les renforcements des liens familiaux, j'ai trouvé qu'il s'agissait d'une parenthèse enchantée", nous explique Isabelle Simon qui avoue s'être réapproprié son lieu de vie pour cause de télétravail. Mais de son propre aveu, cette façon de travailler à distance "n'est pas sa came". Mais elle apprécie ce temps retrouvé, de ne plus être obligée de courir contre la montre.

En affaires courantes

Sur le plan professionnel, on l'a dit, les choses sont plus compliquées. Au début de la crise du Covid-19, il a d'abord fallu mettre le personnel à l'arrêt, mais le temps avançant, il a fallu se rendre à l'évidence. "Les frais fixes étaient trop lourds, nous n'avions plus de rentrées. Nous avons dû prendre une décision qui était un mal nécessaire", explique Isabelle Simon, qui assure travailler aujourd'hui comme un gouvernement en affaires courantes. "Nous continuons toutes nos activités virtuelles, rien ne change. Nous cherchons à organiser la suite pour le repreneur", explique la directrice générale du Cercle de Lorraine. 

Même si elle n'a plus toutes les cartes en mains, une chose est certaine, Isabelle Simon se tient à la disposition du futur repreneur, et si celui-ci veut qu'elle garde la barre, elle le fera. "Je reste convaincue qu'il y a plein de choses à faire pour le développement du Cercle. Nous préparons la relance en espérant que le repreneur sera dans la même optique", assure-t-elle, glissant qu'elle espère de tout cœur que l'aventure continue avec elle. "J'ai tellement travaillé pour le développement du Cercle, je trouve que le produit est magnifique et l'endroit est exceptionnel", ajoute-t-elle avant de préciser qu'elle a encore plein d'idées. 

"Ce que je vise, c'est la pérennité et le sauvetage du Cercle de Lorraine."
Isabelle Simon
Directrice générale du Cercle de Lorraine

On l'a dit, la directrice n'a plus les cartes en main: si les activités peuvent se poursuivre, la date et les conditions de la reprise du Cercle de Lorraine dépendront du mandataire de justice qui sera désigné par le tribunal de l'entreprise pour gérer le transfert des activités. "Ce que je vise, c'est la pérennité et le sauvetage du Cercle de Lorraine." 

Confinement, arrêt des activités et annonce de la PRJ, les semaines écoulées n'ont pas été de tout repos. Mais Isabelle Simon en tire malgré tout quelques enseignements. "Ce que je tire comme enseignement de tout ceci, c'est qu'être confrontée à ce genre de situation m'ont permis de recourir à des compétences que je ne soupçonnais même pas." Cette crise aura permis à Isabelle Simon de gagner en expérience et en compétence, "même si j'aurais préféré quelque chose de plus heureux". Tirer un enseignement positif de toute expérience. Et tenir la barre dans la tempête, la directrice du Cercle fait face, même si elle reconnaît avoir perdu quelques heures de sommeil dans l'aventure. Mais, c'est dit, elle ne se débinera pas. "Je regarde l'avenir et je suis sereine."

 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité