interview

"Ce ne sera pas facile de trouver des solutions chez Carrefour"

©Photo News

Alors que syndicats et direction de Carrefour Belgium se retrouvent pour une première réunion, le ministre de l'Emploi s'interroge sur l'issue de ce dossier: la direction belge a-t-elle véritablement une marge de manoeuvre pour négocier?

Kris Peeters est inquiet. Le ministre de l'Emploi reconnaît que les salariés de Carrefour vivent un véritable "drame social". L'objectif du ministre est donc de discuter avec la direction et les syndicats afin de réduire la facture. Et c'est là que le bât blesse.

Sur les ondes de Bel RTL, Kris Peeters s'interroge: quelle est la véritable marge de manoeuvre de la direction belge face aux décisions de la maison-mère française? Et dans le rang syndical: comment concilier les intérêts avec des partenaires sociaux remontés face au gouvernement et les décisions relatives au flexi jobs et l'e-commerce? "Je suis inquiet parce que ce ne sera pas facile de trouver des solutions."

Le ministre a d'ores et déjà pris contact avec son homologue français afin de prendre le pouls de la situation dans l'Hexagone et de l'orientation des négociations. "J'ai appelé mon collègue français afin d'organiser des réunions pour être sûr que la direction belge pourra trouver des solutions. Celle-ci nous a dit être responsables mais cela ne semble pas évident."

Alors que faire? 

Le ministre rappelle que sa proposition de modifier la loi Renault a été refusée par les partenaires du groupe des 10. Il rappelle aussi le leitmotiv du gouvernement : "jobs, jobs, jobs" "Nous ne sommes pas responsables de la situation de Carrefour ou des banques où l'économie numérique est présente." Il ajoute que les chiffres montrent que des emplois ont été créés; des emplois de qualité. "C'est notre but." Il insiste aussi: sur le plan de l'emploi, la BNB est claire: la situation s'améliore partout en Belgique, même à Bruxelles et en Wallonie. "L'économie numérique est une nouvelle économie importante pour créer de l'emploi!"

Rappelons que Carrefour a annoncé la semaine dernière la suppression de 1.233 emplois et la fermeture de magasins. Syndicats et direction se retrouvent cet après-midi pour une première réunion.

L'interview de KRIS PEETERS dans son intégralité

Contenu sponsorisé

Partner content