Publicité
Publicité

"Changemakers" | Isoler des bâtiments en utilisant de l'herbe, le pari de Gramitherm

Florent Timmermans et Christian Roggeman, les deux associés à la tête de Gramitherm. ©Kristof Vadino

Gramitherm est l’une des nominées pour Changemakers, un prix décerné par L’Echo et De Tijd à des entreprises qui génèrent un impact positif sur l’environnement.

Réduire la consommation des bâtiments, tout en séquestrant du CO2, c'est la promesse de Gramitherm. L'entreprise wallonne, fondée en 2019, récupère l'herbe fauchée le long des routes et des cours d'eau, la sèche, et en fait des panneaux isolants pour les bâtiments. "On est le seul produit biosourcé dans le monde de la construction qui n’utilise pas de culture ou de terre agricole", avance Florent Timmermans, managing partner de l'entreprise. "Cette herbe est une matière première qui ne convient pas à l'alimentation animale et dont le CO2 serait relâché dans l'atmosphère si on la laissait pourrir sur place ou si on l'incinérait."

"Financièrement, ce genre de procédé est très difficile."

Florent Timmermans
Managing partner de Gramitherm
Publicité

Le processus, qui donne aussi du jus lorsque l'herbe est pressée, lequel est utilisé en biométhanisation pour produire de l'électricité, a été breveté en 2008 par Stefan Grass, chercheur à l'École polytechnique de Lausanne, en Suisse. Quelques années plus tard, Christian Roggeman lance la production en Autriche, mais se limite à la matière première isolante. Quand le sous-traitant qui fabrique ses panneaux est racheté, l'aventure s'arrête.

En 2019, Roggeman procède à une levée de fonds pour se relancer, mais cette fois en Belgique, à Auvelais, dans la province de Namur. Il est alors question de fabriquer tant l'isolant biosourcé que les panneaux eux-mêmes. Quelques mois plus tard, la jeune entreprise subit de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire et ne bénéficie pas d'aide, raconte Florent Timmermans, qui s'associera à l'aventure début 2022.

Des volontés de diversification et d'exportation

On l'a dit, les panneaux séquestrent du CO2, en étant composés à 70% d'herbe. Le solde provient de fibres de sacs de jute recyclés (20%) et de polyester (10%), qui agit comme liant pour augmenter la durée de vie du produit. Ce mix permet au produit d'avoir une empreinte carbone négative à la sortie de l'usine, avance l'entreprise.

En 2023, Gramitherm a réalisé un chiffre d'affaires de 1,1 million d'euros. Depuis 2020, l'entreprise a produit 35.000 m³ de panneaux, et aimerait atteindre à nouveau ce chiffre sur la seule année 2024. De quoi séquestrer 2.000 tonnes de CO2 en douze mois, avance Timmermans.

80%
80% de la production est vendue dans un rayon de 300 km de l'usine d'Auvelais.

"Financièrement, ce genre de procédé est très difficile. On est dans un monde où il y a des grands acteurs déjà présents [avec des techniques classiques, NDLR], on a donc peu de levier sur le prix", reconnait-il. Surtout que l'entreprise investit dans la recherche pour développer de nouveaux produits, comme des panneaux rigides structurels, des panneaux acoustiques ou de la litière pour animaux de compagnie fabriquée à partir de poussière d'herbe. Timmermans, qui travaille déjà avec Bouygues, Eiffage ou Vinci, espère cependant finir 2024 en ebitda positif.

Si 80% de la production est actuellement vendue dans un rayon de 300 km autour de l'usine, Gramitherm espère développer dans les prochaines année une installation en Allemagne et une autre en France, "pour desservir les marchés locaux avec une biomasse locale." Avant de, peut-être, s'attaquer à l'Amérique du Nord.

Gramitherm
  • Fondée en 2019, à Auvelais
  • Actionnaires: Florent Timmermans et Christian Roggeman
  • Emploi: Une vingtaine de collaborateurs
  • Chiffre d'affaires: 1,1 million d'euros en 2023
  • Production: 35.000 m³ de panneaux vendus depuis 2020
  • Exportation: France, Pays-Bas, Allemagne, Luxembourg, Italie, Danemark
Dossier | Changemakers

L'Echo et De Tijd lancent le prix "Changemakers". Le gagnant? Une entreprise qui opère la transition environnementale la plus exemplaire.

Publicité
©Filip Ysenbaert
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité