chronique

Quand l'incertitude atteint des sommets

Chroniqueur, newsmanager

Différents indices d’incertitude ont dépassé les niveaux de toutes les crises précédentes: 11 septembre 2001, krach de 2008 après la chute de Lehman ou crise de la dette au sein de la zone euro…

"Nous vivons dans l’incertitude la plus totale." Combien de fois n’a-t-on pas entendu cette petite phrase pour caractériser la situation économique actuelle? Mais comment mesurer cette incertitude liée à la guerre commerciale USA-Chine, aux risques d’une récession ou aux craintes liées au Brexit? Surtout, comment la comparer à des épisodes précédents de grande incertitude: les attentats du 11 septembre 2001 ou la crise de 2008 après la chute de Lehman Brothers (voici exactement 11 ans, jour pour jour)…

Quand il s’agit de déterminer la réalité d’une canicule, les choses sont assez simples, nous disposons de l’instrument ad hoc: un thermomètre permettant de comparer les températures d’une année à l’autre et même d’un siècle à l’autre.

Alors pourquoi ne pas créer une sorte de thermomètre de l’incertitude internationale? C’est un peu ce que le Fonds monétaire international (FMI) s’est évertué à faire. Cette semaine, le FMI a présenté le "World Trade Uncertainty Index". Cet indice n’est qu’une déclinaison d’un indice plus large, le "World Uncertainty Index".

Ces accès de fièvre sont inquiétants car ils préfigurent une baisse significative de la production.

Ces indices, qui portent sur 143 pays et qui remontent jusqu’à l’année 1996, sont basés sur les rapports sur les pays publiés par l’Economist Intelligence Unit (EIU). En l’occurrence, il s’agit de calculer le nombre de fois que les termes "uncertain", "uncertainty" et "uncertainties" apparaissent dans ces rapports.

Pour l’aspect "commerce mondial", il s’agit plus précisément de croiser le mot "incertitude" avec les mots protectionnisme, commerce ou encore tarifs.

Alors qu’il avait été stable pendant quelque 20 années, ce "trade index" a connu une poussée quasi à la verticale depuis le début du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine. Ces accès de fièvre sont évidemment inquiétants car ils préfigurent une baisse significative de la production tant l’incertitude est la grande ennemie de l’industrie. Ainsi, selon les concepteurs de l’indice, la hausse de l’incertitude observée depuis le début de l’année est suffisante pour réduire la croissance globale de 0,75% en 2019.

©REUTERS

Même topo pour le "World Uncertainty Index" qui avait enregistré des pics lors des attentats du 11 septembre 2001, lors de la seconde guerre du Golfe, de la crise de la dette en zone euro, du référendum sur le Brexit ou de l’élection de Trump. Là aussi, ce sont des sommets inégalés qui ont été touchés très récemment.

Volatilité des marchés

Ces nouveaux indices du FMI viennent compléter avantageusement ceux créés par trois économistes américains (Scott Baker, Nick Bloom et Steven Davis). Leur "Economic Policy Uncertainty Index" se concentre sur les références à l’incertitude mentionnées dans les grands journaux. Cet indice, qui démarre en 1985 pour les Etats-Unis, montre que tous les records d’incertitude ont été franchis récemment, avec des niveaux plus élevés que lors du krach boursier de 1987, de la première guerre du Golfe ou encore du 11 septembre 2001. Ces pics d’incertitude sont toujours associés à une plus grande volatilité des marchés boursiers et à un impact négatif sur le PIB.

Notre avenir est donc entièrement entre les mains de Donald Trump, Xi Jinping ou Boris Johnson, ce qui est loin d’être rassurant. On peut y ajouter au niveau monétaire les noms de Jerome Powell, Mario Draghi et bientôt Christine Lagarde. Cette semaine, la BCE, en déployant un nouveau bazooka monétaire, a démontré que la crise apparaissait profonde au sein de la zone euro. Les taux d’intérêt risquent de demeurer au plancher pendant de longues années. C’est presqu’une invitation déguisée de Mario Draghi à investir en actions. Tout au moins pour ceux qui sont prêts à affronter la volatilité des marchés et à surfer sur ces hautes vagues d’incertitude.

Lire également