Publicité
Publicité

L'Ukraine installe un "brouillard de guerre" avant sa contre-offensive

Jeudi, le président ukrainien Zelensky affirmait que son pays est prêt pour la contre-offensive, en ajoutant qu'il faudra encore attendre car "nous perdrions beaucoup de monde, et c'est inacceptable". ©AFP

Kiev reste mystérieux sur la date et le lieu de sa contre-offensive afin de préserver un effet de surprise. Deux grands scénarios se dessinent pour cette opération.

Rarement une contre-offensive a été aussi attendue que celle que l'Ukraine prépare contre l'envahisseur russe. Quand, et où, l'opération aura-t-elle lieu? C'est le secret le mieux gardé au monde. "Attaque ton ennemi quand il n'est pas préparé, apparais quand tu n'es pas attendu", conseillait le stratège Sun Tzu. L'Ukraine a fait sienne cette devise. Au fur et à mesure que le déclenchement de la contre-offensive approche, le "brouillard de guerre" s'épaissit.

"On assiste à des coups de sonde de la part de l'Ukraine sur le dispositif russe."

Patrick Chevallereau
Vice-président du think tank Institut Open Diplomacy

Moscou et Kiev sont engagés dans une guerre de communication et de nerfs. Vendredi, l'Ukraine revendiquait une avancée de 2 km à Bakhmout. La Russie démentait, prétendant au contraire que l'armée russe avait repoussé 26 attaques ukrainiennes sur un front de 95 km, du côté de Soledar.

Publicité

La veille, le président ukrainien Volodymyr Zelensky affirmait que son pays est prêt pour la contre-offensive, en ajoutant qu'il faudra encore attendre car "nous perdrions beaucoup de monde, et c'est inacceptable". Certains analystes estiment que cette déclaration est une manière d'entretenir l'effet de surprise.

Coups de sonde

L'Ukraine est occupée à tester la résistance des défenses russes, un front bâti durant plusieurs mois sur près de 1.000 km, défendu par des dispositifs antichar, des champs de mines, des tranchées et des bunkers.

"L'installation d'un brouillard côté ukrainien fait partie de l'équation."

Patrick Chevallereau
Vice-président du think tank Institut Open Diplomacy

"On assiste à des coups de sonde de la part de l'Ukraine sur le dispositif russe. On reconnaît les positions, on teste leur solidité", explique Patrick Chevallereau, vice-président de l'Institut Open Diplomacy, un think thank dédié à l'étude des conditions d'une paix durable.

"La contre-attaque ukrainienne devrait démarrer avant la fin mai."

Une source proche de services de renseignements occidentaux

"Avant la fin mai"

Spéculer sur la date et le lieu exacts de la contre-offensive est un exercice hasardeux. "L'installation d'un brouillard côté ukrainien fait partie de l'équation. Il faut rester extrêmement prudent avec toute prévision", ajoute Patrick Chevallereau.

Toutefois, selon nos informations, ce serait une question de jours. "Mon sentiment est que la contre-attaque ukrainienne devrait démarrer avant la fin mai. Une telle opération doit s'étendre sur plusieurs semaines pour réussir. Si les forces ukrainiennes attendent trop longtemps, juin ou juillet, elles risquent de se retrouver enlisées l'hiver prochain", confie une source proche de services de renseignements occidentaux.

Une chose est sûre, c'est que les Ukrainiens résistent à la pression russe à Bakhmout et qu'ils ont repris des forces depuis plusieurs mois.

L'armée ukrainienne s'est préparée à un contre-offensive majeure. Grâce à l'aide occidentale, elle a constitué un stock de chars ultra-modernes, de missiles et de munitions. Plus de 60.000 soldats ont été formés par les forces occidentales. De plus le Royaume-Uni vient de briser un tabou en livrant à Kiev des missiles à longue portée Storm Shadow capables de frapper les lignes arrière russes jusqu'à 250-300 km.

60.000
soldats ukrainiens
Plus de 60.000 soldats ukrainiens ont été formés par les forces occidentales.

Une percée unique à Zaporijia

Les multiples hypothèses circulant sur la contre-offensive peuvent être résumées en deux grands scénarios.

Le premier est celui d'une percée ukrainienne à Zaporijia, à l'aide de tanks lourds Leopard et de blindés légers AMX-10 français et Marder allemands, face auxquels les chars russes ne font pas le poids. L'armée ukrainienne déploierait ensuite des unités spéciales pour consolider l'avancée.

Pour être durable, l'attaque devrait être poursuivie jusqu'à la mer d'Azov, afin de couper en deux le front russe. Le terrain, une plaine sans obstacle naturel, est favorable à une telle poussée. La réussite de cette opération briserait le moral de l'armée russe, au plus bas suite à l'échec de l'invasion et aux pertes vertigineuses déjà subies. L'effet sur l'opinion publique russe serait délétère, jusqu'à assombrir encore un peu plus l'aura du président Poutine.

L'usage de la composante aérienne lors de la contre-offensive est rarement cité, mais c'est un facteur à ne pas négliger. "On ne peut exclure qu'il y ait une dimension air en complément des troupes au sol. L'Ukraine a préservé sa flotte aérienne depuis le début de la guerre", dit Patrick Chevallereau.

Des attaques sur plusieurs points

Le deuxième scénario envisage une attaque ukrainienne sur plusieurs points du front, au sud, au centre et au nord. Cette hypothèse n'aurait pas la faveur des alliés occidentaux. Pour eux, l'Ukraine n'a probablement pas assez d'hommes pour réussir une telle opération en peu de temps.

"Pour gagner rapidement une contre-offensive de cet ordre, il faudrait trois attaquants pour un défenseur", dit une source européenne. Or la Russie a massé 300.000 hommes en Ukraine, ce qui nécessiterait 900.000 soldats ukrainiens.

La longueur du front et sa forme concave jouent, toutefois, en faveur de l'armée ukrainienne, les lignes de communication russes étant plus longues que celles des Ukrainiens.

La Russie, de son côté, a intérêt à maintenir le statu quo le plus longtemps possible, deux ans au moins, afin de reconstituer son armée à bout de souffle.

Parallèlement à la contre-offensive, la préparation de négociations de paix devrait s'intensifier les jours prochains. La Chine, qui vient de dépêcher un envoyé à Kiev et Moscou, veut y jouer un rôle de plus en plus visible.

Le résumé
  • La date et le lieu de la contre-offensive ukrainienne est le secret le mieux gardé du moment. L'Ukraine, occupée à tester la résistance des défenses russes, a installé un "brouillard de guerre" afin de préserver l'effet de surprise.
  • Selon nos informations, cette contre-offensive devrait avoir lieu "avant la fin mai" si l'Ukraine veut préserver toutes ses chances de finaliser l'opération avant l'hiver prochain.
  • Deux scénarios prédominent concernant la portée de cette-offensive.
Dossier | Guerre en Ukraine

Dossier spécial sur la guerre en Ukraine, lancée le 24 février 2022 par Vladimir Poutine: toute l'actu et les dernières infos sur le conflit armé entre l'Ukraine et la Russie.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité