27 nouveaux cas de coronavirus en Belgique

Une tente a été installée à l'entrée des urgences de l'hôpital Saint-Pierre à Bruxelles ©BELGA

Le service public fédéral de Santé publique a présenté un nouveau décompte des cas d'infection au Covid-19 ce jeudi en fin de matinée. 27 nouveaux cas sont confirmés, ce qui porte à 50 l'ensemble des contaminations constatées en Belgique.

Vingt-sept nouvelles infections au coronavirus ont été confirmées ce jeudi par le Service public fédéral de Santé publique. Seize patients habitent en Flandre, deux à Bruxelles et neuf en Wallonie. On dénombre au total cinquante infections détectées jusqu'ici sur le territoire belge, selon les autorités sanitaires fédérales. Les patients sont isolés et soignés à domicile ou à l’hôpital, précise le SPF Santé publique. 

 

La transmission du Covid-19 ne se limite pas au contact direct

 

Ce nombre n'est pas une surprise. Marc Van Ranst, virologue à la KULeuven, annonçait mercredi que de nouveaux cas étaient déjà connus. Il n'écartait pas une explosion de tests positifs en Belgique, comme ça avait été le cas chez nos voisins dans les premiers jours de l'apparition du virus à l'intérieur de leurs frontières.

Le premier patient belge porteur du Covid-19 n'ayant aucun lien direct avec une zone contaminée a été détecté, mais les spécialistes s'attendent à voir ce genre de cas se multiplier rapidement. En effet, le virus peut être transmis via quelqu'un qui ne présente pas de symptôme. C'est la contamination secondaire. Les grands lieux de rassemblements, l'échange d'argent, etc. peuvent donc accélérer la transmission. 

Le rôle de l'environnement

Mais comment le virus se transmet-il si facilement? Une nouvelle étude montre le rôle de l'environnement. Au-delà de la toux, la contamination environnementale est en effet un facteur important dans la transmission de la maladie, selon  des chercheurs de Singapour (du Centre national des maladies infectieuses et du DSO National Laboratories). Ceux-ci ont examiné les chambres de trois patients gardés en isolement

Une des chambres a été testée avant son nettoyage de routine, alors que les deux autres ont été analysées après des mesures de désinfection. Le patient dont la chambre était testée avant le nettoyage présentait une simple toux, alors que les deux autres montraient des symptômes plus graves avec de la toux, de la fièvre, des essoufflements pour l'un et du crachat de mucus pulmonaire pour l'autre.

Fenêtre, lit, sol, lavabo...

Le savon tue le virus dans 100% des cas... mais le gel hydroalcoolique n'apporte aucune valeur ajoutée.
Philippe Leroy
CHU Saint-Pierre

Malgré ses symptômes bénins, le premier patient avait contaminé 13 des 15 surfaces analysées, dont sa chaise, son lit, sa fenêtre et le sol. Dans ses toilettes, trois surfaces sur les cinq testées, dont son lavabo et sa cuvette, présentaient des traces du virus. Les échantillons d'air de sa chambre se sont révélés négatifs, mais ceux prélevés sur ses grilles d'aération sont revenus positifs, montrant que les gouttelettes contaminées pouvaient être transportées par les flux d'air. En revanche, les deux autres chambres testées après avoir été nettoyées ne présentaient pas de traces du virus.

Bref, en déduisent les scientifiques, "une stricte adhésion à des mesures d'hygiène de l'environnement et des mains" est primordiale. Laver, nettoyer... Philippe Leroy, le directeur général du CHU Saint-Pierre, insistait encore ce matin sur Bel RTL: ce sont "les mains auxquelles il faut être attentif. Le savon tue le virus dans 100% des cas... mais le gel hydroalcoolique n'apporte aucune valeur ajoutée."  

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

Voyages à l'étranger suspendus, événements annulés, activité ralentie: la propagation du nouveau coronavirus affecte de plus en plus la vie quotidienne des Belges, inquiets, mais aussi l'économie dans son ensemble.

> Toutes les infos dans notre dossier

Lire également

Publicité
Publicité