Coronavirus: de retour de vacances, ils sont consignés au travail à domicile

Chez BNP Paribas Fortis, les collaborateurs qui reviennent d’une zone "à risque" doivent travailler à distance pendant 14 jours. © Frank Toussaint

Des travailleurs rentrés de vacances dans des régions exposées au coronavirus font l'objet de mesures spécifiques comme le télétravail. Dans certains cas, on limite au maximum les rassemblements collectifs.

Le congé de carnaval terminé, les entreprises doivent gérer le retour des employés partis dans des régions exposées au coronavirus. Bon nombre d'entreprises obligent leurs travailleurs partis en congé dans le nord de l'Italie d'opter pour le télétravail durant une période allant d’un à 14 jours.

"À la STIB, le personnel rentré d'une région à risques reprend le travail normalement s'il ne présente pas de symptômes suspects."
Françoise Ledune
Porte-parole de la STIB

Ce n'est pas toujours possible. À la STIB, le personnel rentré d'une région à risques reprend le travail normalement s'il ne présente pas de symptômes suspects. Si c'est le cas, le travailleur doit rester chez lui et consulter son médecin. "Ces mesures valent aussi pour les collaborateurs dont des proches ont séjourné dans une zone exposée au coronavirus", précise Françoise Ledune, porte-parole de la société bruxelloise de transport.

À l'aéroport de Liège, qui déploie une importante activité cargo avec la Chine, on note un ralentissement sensible. Difficile de déterminer quelle est la part prise par le coronavirus dans une baisse d'activité saisonnière liée au Nouvel An chinois. Pour le personnel, on suit les consignes du SPF Santé publique.

Dans les banques

La question de la poursuite d'activité dans le contexte du coronavirus se pose surtout dans les secteurs "transactionnels", où les activités ne peuvent être interrompues. C'est le cas des banques et des énergéticiens.

"Nous nous basons sur l'avis d'experts qui estiment à 7 jours le temps d'incubation du coronavirus."
Ulrike Pommée
Porte-parole de Belfius

Chez BNP Paribas Fortis, les collaborateurs qui reviennent d’une zone "à risques" (Chine, Thaïlande, Singapour, Corée, Vénétie, Lombardie et Emilie-Romagne) sont consignés chez eux pendant 14 jours et travaillent à distance. Tous les déplacements vers des régions à risques sont suspendus jusqu'à nouvel ordre. Même chose pour les réunions internationales rassemblant plus de 10 personnes.

Chez Belfius, le télétravail est imposé pendant 7 jours aux employés rentrés du nord de l'Italie. "Nous nous basons sur l'avis d'experts qui estiment à 7 jours le temps d'incubation du coronavirus", précise Ulrike Pommée, porte-parole. Autre mesure: la suppression des formations jusque fin mai.

Chez Engie

Les collaborateurs d'Engie partis en vacances en Italie du nord reprennent avec un jour de télétravail.

1
jour
Chez Engie, les collaborateurs partis en vacances en Italie du nord reprennent avec un jour de télétravail. Ils doivent également avoir un contact avec leur médecin traitant avant de revenir au bureau.

"Ils doivent également avoir un contact avec leur médecin traitant avant de revenir au bureau", dit Anne-Sophie Hugé, porte-parole de l'énergéticien. Les voyages professionnels vers la Chine, Macao, Hong Kong, la Corée et le Vietnam sont interdits, sauf cas de force majeure. 

Les travailleurs revenus de Chine doivent télétravailler durant 14 jours. Dans les bureaux, les cadences de nettoyage ont été renforcées et le renouvellement de l'air se fait avec de l'air extérieur.

Lire également

Publicité
Publicité