L'Allemagne adopte un plan de sauvetage économique sans précédent

La chancelière allemande Angela Merkel, confinée à son domicile, a proposé un plan de sauvetage économique géant pour faire face à l'épidémie de coronavirus. ©Photo News

Le gouvernement d'Angela Merkel a adopté lundi un plan sans précédent de 756 milliards d'euros pour soutenir son économie touchée par l'épidémie de coronavirus.

Le gouvernement allemand a adopté ce lundi un plan de mesures exceptionnelles pour stabiliser son économie confrontée à l'épidémie de coronavirus.

"L'Allemagne devrait connaître une récession au moins aussi élevée qu'en 2008-2009."
Peter Altmaier
Ministre allemand de l'Économie

La première économie européenne devrait connaître cette année une récession "au moins aussi élevée qu'en 2008-2009", selon le ministre allemand de l'Économie, Peter Altmaier. Lors de la dernière crise économique et financière, sa croissance s'était contractée de 5%.

Le gouvernement d'Angela Merkel propose un plan d'aides d'État allant jusqu'à 756 milliards d'euros pour soutenir les entreprises. C'est sans précédent. L'Allemagne va contracter une dette supplémentaire de 156 milliards d'euros, pour des aides d'État et des dépenses sociales directes. Cela représente 10% du PIB allemand.  

600
milliards d'euros
Le gouvernement allemand a décidé de constituer un Fonds de secours pour les grandes entreprises doté de 600 milliards d'euros.

Le gouvernement allemand a également décidé d'alimenter le Fonds de secours pour les grandes entreprises à concurrence de 600 milliards d'euros, soit 400 milliards d'euros pour constituer des garanties, 100 milliards pour renflouer les entreprises et 100 autres milliards pour soutenir des prêts.

Cet argent servira à fournir des aides directes, mais également à acquérir des participations dans les entreprises en difficulté afin d'éviter des rachats étrangers hostiles. L'État allemand prévoit de procéder à des nationalisations partielles ou totales, comme il l'a fait lors de la crise de 2008-2009. La compagnie aérienne Lufthansa, maison mère de Brussels Airlines, devrait en bénéficier.

Dérogation à la discipline budgétaire

Le pays, en surplus budgétaire depuis au moins cinq ans, dispose des réserves nécessaires pour s'autoriser cette dérogation à la sacro-sainte règle du déficit public équivalent à zéro, le "schwarze Null". Ce plan de soutien nécessite de suspendre la clause constitutionnelle n'autorisant pas le gouvernement allemand à dépasser les 0,35% du PIB. 

Le parlement allemand sera appelé à se prononcer mercredi sur le plan du gouvernement Merkel. La coalition entre les démocrates-chrétiens (CDU) et les sociaux-démocrates (SPD) devrait l'approuver. L'Union européenne autorise depuis la semaine dernière les dépassements budgétaires au-delà des règles prévues par le Pacte de stabilité ainsi que les aides d'État. 

Angela Merkel est toujours bien aux commandes, malgré la crise et son récent confinement à domicile en raison d'un contact avec un médecin infecté par le coronavirus. Les grandes entreprises allemandes ont ralenti leurs activités en raison de l'épidémie, lorsqu'elles ne sont pas à l'arrêt comme c'est le cas des constructeurs automobiles VW et Mercedes. 

Lire également

Publicité
Publicité