L'Europe suspend les règles de discipline budgétaire

La présidente de la Commission européenne a annoncé la suspension inédite des règles budgétaires européennes. ©REUTERS

La Commission européenne est passée à la vitesse supérieure en autorisant les gouvernements européens à déroger aux règles de discipline budgétaire afin qu'ils puissent dégager le plus de moyens possible pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

La Commission européenne a annoncé vendredi la suspension des règles budgétaires prévues dans le Pacte de stabilité, ce qui permettra aux États européens d’injecter autant d'argent que nécessaire dans leur économie afin de lutter contre les retombées de l’épidémie de Covid-19.

"Aujourd’hui, c’est nouveau, et cela n’a jamais été fait auparavant, nous déclenchons la clause dérogatoire générale."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

"Aujourd’hui, c’est nouveau, et cela n’a jamais été fait auparavant, nous déclenchons la clause dérogatoire générale", a déclaré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. "Cela signifie que les gouvernements nationaux pourront injecter dans l’économie autant qu’ils en auront besoin. Nous assouplissons les règles budgétaires pour leur permettre de le faire."

La décision d’activer la clause dérogatoire générale n’avait jamais été prise, ce qui signale l’ampleur de la crise économique à laquelle l’Europe est confrontée. Cette suspension doit encore être approuvée par les ministres des Finances de la zone euro, la semaine prochaine lors d’une vidéoconférence.

3%
du PIB
Le Pacte de stabilité et de croissance prévoit, entre autres, que les Etats de la zone euro doivent limiter leur déficit public à 3% du PIB et leur dette publique à 60% du PIB.

Le Pacte de stabilité et de croissance prévoit, entre autres, que les Etats de la zone euro doivent limiter leur déficit public à 3% du PIB et leur dette publique à 60% du PIB.

L’exécutif européen, gardien de la discipline budgétaire, évalue régulièrement l’application des règles par les gouvernements et, au besoin, les rappelle à l’ordre. 

Forte intervention européenne

Une récession sévère menace l’économie mondiale, et l’UE est décidée à intervenir. Ursula von der Leyen a félicité la décision prise jeudi par la Banque centrale européenne de lancer un plan de 750 milliards d’euros pour soutenir la zone euro : "Cela ajoute à la puissance de feu dont nous avons besoin en Europe pour soutenir l’économie."

La Commission a également fixé jeudi un cadre temporaire pour autoriser les aides d’Etat de la manière la plus flexible qui soit afin que les gouvernements européens puissent soutenir les entreprises.

"Le budget de l’Union prendra sa part", a ajouté la présidente de la Commission, faisant allusion au plan d’investissement de 37 milliards d’euros destiné au soutien des PME et des secteurs les plus en difficulté en raison de l’épidémie de Covid-19. Un montant de 8 milliards d’euros sera dégagé à partir des fonds structurels afin de lever des investissements à hauteur de 29 milliards d’euros.

La présidente de la Commission européenne n’a pas exclu la création d’"obligations corona", comme le demande l'Italie, lors d’une interview à la radio allemande Deutschlandfunk. Ces obligations mutualiseraient les dettes des pays de la zone euro afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Lire également

Publicité
Publicité