La RTBF injecte 13,4 millions dans la production

Parmi les nouveaux nouveaux projets qu'entend développer la RTBF, figurent des séries (ici, Ennemi public)

Pour relancer la production, la chaîne publique va débloquer 8,1 millions pour de nouveaux projets, le solde venant de la réallocation de budgets.

Comme la plupart des médias, la RTBF a vu ses audiences augmenter sensiblement depuis le début du confinement avec une moyenne de 27,7% de parts de marché au cours des huit dernières semaines contre environ 23% il y a un an à la même époque. Et pourtant, les conditions de production sont difficiles pour les équipes sur le terrain, le télétravail est largement déployé et les grilles sont bousculées. La RTBF n’a cependant pas eu recours au chômage économique : "Le service public dispose d’un financement spécifique, laissons les garde-fous de la sécu à ceux qui en ont prioritairement besoin", commente son patron, Jean-Paul Philippot.

"On travaille aujourd’hui sur nos grilles d’été et de rentrée avec ce défi qu’il n’y aura pas de sport cet été puisque beaucoup d’événements ont été reportés à la rentrée, poursuit-il. Cet été, on aura donc une offre différente et plus originale que les années précédentes avec de nouvelles émissions, tandis qu’il y aura surchauffe à la rentrée."

La RTBF entend donc maintenir sa capacité de production, "car, dit Jean-Paul Philippot, la Belgique aura besoin de médias pour couvrir la reprise économique, culturelle et touristique, d’autant que le Belge va passer ses vacances en Belgique."

Plan "re-start"

Vendredi, le patron de Reyers a ainsi présenté au conseil d’administration un plan de 25 pages baptisé "re-start". Il consiste à injecter 8,1 millions d’euros pour de nouveaux projets, notamment dans le secteur de la production audiovisuelle indépendante.

8,1
millions €
C'est le montant que compte allouer dans les 18 mois à venir la RTBF pour de nouveaux projets dans le secteur de la production audiovisuelle indépendante.

Environ cinq millions seront investis cette année, le solde et trois autres l’an prochain. À ces huit millions s’en s’ajouteront 5,4 autres venant de la réallocation de budgets existants. Le plan sera opérationnel dès ce lundi avec une campagne de promotion pour la réouverture des musées d'une valeur de 100.000 euros en espaces publicitaires. "Nous allons lancer des appels à projets pour des podcasts, de la web fiction, du web documentaire, etc.", détaille Jean-Paul Philippot. Au programme également, des showcases exclusifs d'artistes de la FWB, 10 captations supplémentaires de spectacles des arts de la scène, une édition spéciale multimédia du Festival Musiq3, etc. La RTBF ambitionne aussi de diffuser quatre séries en 2021 contre deux cette année. 

Pour financer cette initiative, la RTBF n’a pas demandé d’accéder au plan d’aide au secteur de cinq millions mis en place par la ministre des médias de la Fédération Wallonie-Bruxelles Bénédicte Linard. Il est vrai qu'elle n’est pas une entreprise en difficulté, même si ses revenus publicitaires s’effondrent depuis le début de la crise.

"Nous voulons soutenir les secteurs culturel et événementiel, qui sont dans un état cataclysmique."
Jean-Paul Philippot
administrateur général de la RTBF

Elle compte notamment faire des économies sur les frais généraux d’un montant de cinq millions courant sur les exercices 2020 et 2021. Mais aucune mesure en matière d’emploi n’est prévue. "Au contraire, on a un programme de production ambitieux", assure Jean-Paul Philippot, "car nous voulons soutenir les secteurs culturel et événementiel, qui sont dans un état cataclysmique."

Lire également

Publicité
Publicité