La livraison à domicile pour sauver l'horeca

Albert Michiels, le patron de Restauration Nouvelle, attend de vraies mesures de la part du gouvernement. ©Debby Termonia

La Région bruxelloise encourage les restaurateurs à proposer leurs plats à emporter. Albert Michiels (Restauration Nouvelle), lui, fait grise mine.

"On en a le souffle coupé". Au lendemain de l'annonce faite par la Première ministre Sophie Wilmès de fermer tous les restaurants et les cafés pour une période de trois semaines, Albert Michiels, le patron de Restauration Nouvelle n'en revient toujours pas. "Je trouvais le ton du président français Emmanuel Macron et ses solutions beaucoup plus justes", nous a-t-il expliqué. "Je ne comprends pas pourquoi on nous met hors circuit pendant trois semaines", a ajouté celui qui gère au quotidien 12 restaurants et 4 lieux de réception. "C'est la catastrophe, notre personnel n'en revient pas, je me demande comment nous allons en sortir". A priori, les 200 travailleurs du groupe vont être mis au chômage économique en attendant que passe la crise.

"Pire que les attentats"

"Ce qui m'inquiète, c'est le moral de mes troupes, il est au plus bas", raconte encore Albert Michiels pour qui la crise que traverse actuellement le secteur est pire que celle vécue après le lockdown et les attentats de Bruxelles de mars 2016. "Cela surpasse tout. On commençait à sortir la tête hors de l'eau et voilà ce qui nous tombe dessus. Je ne sais plus quoi faire." 

Au passage, le restaurateur en profite pour demander au gouvernement de vraies mesures. "Le report de deux mois de la TVA ou du précompte", ne sont pas de vraies mesures", précise celui redoute que certains acteurs ne se relèvent pas de cette crise. "J'espère que le gouvernement va prendre de vraies mesures sinon cela risque d'être l'hécatombe au niveau de l'emploi", prévient-il.

"Cela surpasse tout. On commençait à sortir la tête hors de l'eau et voilà ce qui nous tombe dessus. Je ne sais plus quoi faire."
Albert Michiels
Patron du groupe Restauration Nouvelle

Il aurait également préféré qu'on laisse 72 heures au secteur horeca pour qu'il puisse écouler sa marchandise. "Je vais devoir mettre ce que je peux en chambre froide et je vais donner le reste à mon personnel." Enfin, Albert Michiels a expliqué qu'il réfléchissait à la possibilité de mettre en place un système de plats à emporter. Cette solution semble effectivement être une porte de sortie pour bon nombre de restaurateurs.

Deliveroo au taquet

Le message est d'ailleurs passé cinq sur cinq auprès d'acteurs de la livraison de plats à domicile comme Deliveroo. Vendredi, la société annonçait son intention d'aider autant que possible les restaurants en livrant les plats à domicile. "Les chefs de cuisine peuvent continuer à travailler et les stocks des restaurants peuvent être vendus", a précisé un porte-parole de la société, qui a ajouté que le système permettait la livraison de plats sans contact. Dans la foulée, Gault & Millau ajoutait sa pierre à l'édifice en annonçant l'ouverture prochaine d'une page spéciale "Chef's Take Away Collection" regroupant les établissements de la sélection du guide proposant des plats à emporter. 

"L'objectif est de trouver un équilibre entre la santé publique et les conséquences économiques."
Nicolas Roelens
Porte-parole de la secrétaire d'Etat bruxelloise à la transition économique

Enfin, du côté du gouvernement bruxellois, on confirme que les restaurants peuvent continuer leurs activités en proposant uniquement des plats à emporter. À partir du moment où les clients ne mangent pas à l'intérieur, ce n'est pas interdit, mais cela devra se faire en bonne intelligence et dans le respect de la logique des mesures élémentaires du "social distancing", a précisé Nicolas Roelens, le porte-parole de la secrétaire d'Etat bruxelloise à la transition économique, Barbara Trachte (Ecolo), qui rappelle que l'objectif est de trouver un équilibre entre la santé publique et les conséquences économiques

"On en appelle à la créativité et à l'imagination des gérants pour trouver des systèmes qui ne créent pas de files à l'intérieur de leur restaurant", a encore précisé le porte-parole. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

Voyages à l'étranger suspendus, événements annulés, activité ralentie: la propagation du nouveau coronavirus affecte de plus en plus la vie quotidienne des Belges, inquiets, mais aussi l'économie dans son ensemble.

> Toutes les infos dans notre dossier

Lire également

Publicité
Publicité