La température sociale sous contrôle dans les supermarchés

Quatre Delhaize - trois à Bruxelles et celui de Jambes - sont restés portes closes mercredi. ©Photo News

Le préaccord revu et corrigé entre les syndicats et la direction de Delhaize passe la rampe. Les quatre supermarchés intégrés en grève ont rouvert. Chez Carrefour, les discussions avancent bien mais ne sont pas terminées.

Conditions de travail dégradées, craintes du personnel face au risque de contamination par les clients: depuis quelques jours, le climat social s'est singulièrement tendu dans la distribution. La semaine dernière, les syndicats avaient tenté de négocier un accord sur des compensations avec Comeos, la fédération sectorielle. Sans résultat.

La balle a donc été renvoyée dans le camp des différentes enseignes. Et chacune avance à son rythme.

En ordre dispersé

Chez Colruyt, par exemple, syndicats et direction doivent négocier ces jeudi (pour les employés) et vendredi (pour les ouvriers). La direction affirme avoir dégagé un budget permettant de "récompenser les efforts déployés dans la vente, la logistique et la production". Outre un volet financier, un supplément de cinq jours de congé est sur la table.

5
jours
Dans la plupart des enseignes, le personnel se voit proposer, outre des compensations financières, cinq jours de congé supplémentaires.

Le plus avancé est peut-être Aldi. Le protocole d'accord conclu mardi, qui prévoit une prime de 300 euros par travailleur en bons d'achat, un relèvement d'un euro des chèques-repas et 5 jours de congé supplémentaires en fonction du nombre d'heures prestées, a été présenté au personnel. Celui-ci a remis un avis mitigé, les travailleurs réclamant des précisions sur les conditions d'octroi des bons d'achat. "A priori, seuls les gérants bénéficieraient de l'intégralité puisqu'ils sont les seuls à travailler à temps plein", précise Romuald Geury, permanent CNE.

Chez Mestdagh, syndicats et direction se sont entendus sur un texte prévoyant notamment l'octroi de cinq jours de congé supplémentaires, une compensation financière sous forme de bons d'achat supplémentaires pour le personnel en avril, mai et juin, et une compensation financière pour les travailleurs mis au chômage temporaire pour cause de quarantaine. Le personnel doit être consulté ce jeudi.

Du côté de Carrefour, les discussions sont encore en cours. Selon une porte-parole, quelques détails doivent encore être affinés avant d'être mis sur papier et soumis au personnel. Même son de cloche du côté de la CGSLB, on l'on se dit plutôt optimiste sur l'issue des négociations.

Delhaize rouverts

25%
du personnel
Chez Delhaize, la direction doit faire face à l'absence de 20 à 25% du personnel - selon les magasins - pour cause de maladie.

La journée de mercredi a été plus agitée chez Delhaize. Les discussions entre partenaires sociaux avaient débouché, mardi, sur des mesures telles que 5 jours de congé supplémentaires, des bons de réduction supplémentaires, un relèvement de 0,55 euro des chèques-repas durant 4 mois et la fermeture des magasins à 20h tous les jours, au lieu de 21h le vendredi.

Les syndicats ont présenté le protocole d'accord à leur base. Il n'est pas passé partout: quatre magasins - les Delhaize bruxellois de Flagey, Westland et Veeweyde, ainsi que celui de Jambes - sont restés portes closes mercredi. Au grand dam de la direction, qui doit déjà faire face à l'absence pour maladie de 20 à 25% du personnel selon les magasins.

Selon Roel Dekelver, le porte-parole de l'enseigne, cette situation reste toutefois gérable, d'autant que les chiffres d'absentéisme se sont stabilisés. L'enseigne s'efforce de pallier les effectifs manquants en recourant à des intérimaires, à des étudiants et via des réaffectations en interne.

Une nouvelle proposition a été dégagée mercredi soir. En voici les grandes lignes:

5 jours de congés supplémentaires. La direction précise que les congés légaux, les petits chômages et récupérations prises pendant la période seront assimilés à des jours de travail.
• Les chèques repas seront de 8 euros jusqu'au mois de février inclus. La CNE parle, par rapport à la proposition initiale, d'un gain de quelque 70 euros (net) pour un travail 4 jours/semaine ou de 90 euros pour un travail de 5 jours/semaine.
• Le pourcentage des réductions restera jusqu'à la fin décembre de 25% sur un caddy de 100 euros/mois jusqu'à la fin juin, et sur un caddy de 50 euros/mois jusqu'en décembre.
• Des masques seront mis à disposition du personnel dès ce weekend.
• Les supermarchés seront fermés en zones touristiques le dimanche.

La direction attendait une réponse à ses propositions pour ce jeudi midi.  La centrale chrétienne des employés (CNE), son équivalent flamand LBC, le syndicat libéral et le SETCa ont marqué leur accord avec les nouvelles propositions. Le conflit est donc résolu chez Delhaize.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité