Le Liégeois Kaneka Eurogentec prêt à aider pour 5 millions de tests

Eurogentec est à l'origine une spin-off de l’ULiège, aujourd’hui intégrée dans le groupe japonais Kaneka. ©EUROGENTEC

L’entreprise liégeoise est en mesure de fournir des réactifs pour réaliser jusqu'à 5 millions de tests suivant la méthode élaborée par l’Université de Namur. Mais la Belgique manque d’écouvillons buccaux pour monter en puissance.

Face à la pénurie de réactif qui empêche de procéder à des tests en quantité suffisante, la Belgique s’organise. La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) a lancé ce weekend une taskforce sous la direction du ministre De Backer. Ce groupe devra élargir au maximum la capacité belge de tests en encourageant la collaboration entre les laboratoires cliniques et hospitaliers, les universités, les entreprises biotechnologiques et pharmaceutiques ainsi que les fournisseurs de machines et de réactifs.

La piste la plus concrète à court terme pour augmenter le nombre de tests est celle fournie par l'Université de Namur, qui a mis au point une technique qui permet de se passer des réactifs en pénurie, mais demande plus de main-d’œuvre que la technique traditionnelle. Le problème des réactifs manquants est qu’ils sont conditionnés pour être utilisés par des machines dédiées, dont l’approvisionnement dépend des fabricants qui pour l’instant, ne sont plus en mesure de livrer en quantité suffisante. Le protocole de l’UNamur repose quant à lui sur un procédé d'extraction manuelle du code génétique du virus, qui nécessite des réactifs similaires mais utilisables manuellement par les laborantins.

Un problème de plus

L’université namuroise s’est tournée vers une société liégeoise, Kaneka Eurogentec, spécialisée dans les produits et services dans les domaines de la génomique et de la protéomique et également active comme CMO (contract manufacturing organisation) dans le secteur des biomédicaments et vaccins.

"Eurogentec collabore aux efforts internationaux visant à développer un vaccin contre le Covid-19."
Lieven Janssens
Président et managing director d’Eurogentec

Eurogentec, une spin-off de l’ULiège à son origine, aujourd’hui intégrée dans le groupe japonais Kaneka, se dit prête à fournir dans la semaine des doses de réactifs pour réaliser un demi-million de tests suivant le protocole de l’UNamur. Mieux: "Grâce à un site d'Eurogentec en Grande-Bretagne et à notre site de Liège, nous pouvons fournir dans les semaines qui viennent des doses de réactif qPCR pour réaliser jusqu’à 5 millions de tests de diagnostic. Cela dépendra de la quantité de tests à réaliser", nous a indiqué Lieven Janssens, président et managing director d’Eurogentec. Le CEO précise par ailleurs que la société liégeoise "collabore aux efforts internationaux visant à développer un vaccin contre le Covid-19". 

Quelque 600 de ces tests ont déjà été réalisés à l’université namuroise et d'autres centres sont prêts à suivre. Mais d’après nos informations, ce bel élan est actuellement interrompu en raison d’une pénurie d’écouvillons buccaux, qui servent au prélèvement d’échantillons sur les patients malades suspectés de souffrir du Covid-19. Un problème de plus à résoudre dans la lutte contre le coronavirus….

Lire également

Publicité
Publicité