1. Dossiers
  2. Coronavirus

Le confinement prolongé deux semaines, la police va sanctionner plus strictement

Les mesures de confinement sont prolongées jusqu'au 19 avril dans notre pays et pourront être de nouveau prolongées de deux semaines selon l'évolution de la situation. "A court terme, nous allons mettre en place un système de perception des amendes", a également indiqué Sophie Wilmès.
  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    • Les mesures de confinement sont prolongées jusqu'au 19 avril dans notre pays et pourront être de nouveau prolongées de deux semaines selon l'évolution de la situation. "A court terme, nous allons mettre en place un système de perception des amendes", a également indiqué Sophie Wilmès lors d'une conférence de presse. >> Les détails ici Confinement probable jusqu'au 3 mai
    • La pandémie de coronavirus a tué 345 personnes aux Etats-Unis durant les dernières 24 heures, un record, portant le bilan dans le pays à 1.438 morts. Les Etats-Unis, désormais premiers en nombre de cas officiellement déclarés dans le monde (94.238) ont aussi recensé près de 18.000 cas en une journée.
    • En France, le coronavirus a causé 299 nouveaux décès en 24 heures, portant le bilan à 1.995 morts depuis le début de l'épidémie. Le confinement y a été renouvelé pour "au moins" 15 jours jusqu'au 15 avril.
    • L'Italie a, elle, annoncé une hausse record de près de 1.000 morts du coronavirus en 24 heures, un bilan qu'aucun pays au monde n'avait atteint jusqu'à présent. Le nombre total de décès s'élève désormais à 9.134, en hausse de 969 par rapport à jeudi. La contagion continue toutefois de ralentir, avec une hausse de 7,4% du total des cas positifs (86.498), le plus faible taux depuis le début de la pandémie en Italie il y a plus d'un mois.
    • En Belgique, plus de 3.000 personnes (3.042) sont actuellement hospitalisées en raison du coronavirus. On dénombre ainsi 490 patients supplémentaires au cours des dernières 24 heures. Dans le même temps, 183 patients sont sortis de l'hôpital (858 depuis le début de la crise). 690 personnes se trouvent actuellement en soins intensifs (+85 patients en un jour). Quant aux lits disponibles en soins intensifs, on dénombre à ce jour 690 lits occupés pour une capacité totale de 2.081 lits. 69 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan à 289 décès pour l'ensemble de la Belgique depuis le début de la crise.
    • Trois gardiens de prison ont été blessés après un "incident très grave" avec des détenus à Lantin. Les gardiens ont entamé à 22h une grève de 24 heures à la suite de ces incidents.
    • Le Premier ministre britannique Boris Johnson a été testé positif au coronavirus Covid-19. Il présente de "légers symptômes" et a fait savoir qu'il continuerait à diriger le gouvernement britannique, notamment pour gérer la crise déclenchée par l'épidémie.
  • Gardons la tête froide et le cœur ouvert

  • Le virologue Marc Van Ranst soutient la prolongation du confinement

    Le virologue Marc Van Ranst affirme comprendre le choix du Conseil national de sécurité de prolonger les mesures contre le coronavirus de deux semaines et non pas immédiatement d'un mois. "Je suis sûr que d'ici deux semaines, nous en saurons beaucoup plus quant à l'évolution de cette épidémie", a-t-il déclaré à VTM Nieuws. "Nous pourrons alors analyser tous les faits et tout ce qui aura changé. Les semaines à venir sont cruciales".

    Il est avant tout important que les mesures de protection soient maintenues et respectées, souligne le virologue. Comme son collègue Steven Van Gucht, il relève des éléments qui indiquent que les mesures strictes font effet. "Les gens suivent très bien les mesures et nous commençons à en voir les résultats. Le nombre de cas va continuer à augmenter, mais il augmenterait beaucoup plus vite sans ces efforts", indique-t-il.

  • Le portail Immoweb réduit ses tarifs pour les agents immobiliers

    Le site internet d'annonces immobilières Immoweb donne temporairement 50% de ristourne sur les forfaits mensuels que paient les agents immobiliers pour diffuser leurs annonces, indique son CEO Valentin Cogels. Il avait accordé une réduction de 35% dans un premier temps, ce qui avait hérissé certains agents. Le secteur immobilier est, comme d'autres, à l'arrêt en raison des mesures sanitaires pour lutter contre la pandémie de covid-19. Les agents ne peuvent pas organiser de visites ni d'estimations de biens pour le moment.

    Le groupe Facebook "Stop Immoweb" revendiquait un soutien de la part du portail. Son administrateur, l'agent immobilier Frédéric Theral, demandait que le site diminue son forfait de moitié. Il réclamait aussi que les agents immobiliers qui n'ont pas de forfait et qui paient à l'annonce puissent les retirer, sans s'acquitter des frais de publication.

    "La prolongation de la crise m'a permis de négocier une réduction plus importante avec les actionnaires en Allemagne, qui a été touchée plus tard par le confinement", affirme Valentin Cogels.

  • Maxime Prévot "déçu" des décisions prises par le Conseil national de sécurité

    "Je suis un peu déçu. Je reste sur ma faim", a déclaré le président du cdH Maxime Prévot, vendredi soir sur RTL-TVi. "Je pensais que c'était l'occasion de pouvoir passer à une étape supérieure d'autant que les esprits étaient mûrs (...) et pourtant, on a juste deux semaines de prolongation et le rappel des mesures existantes", a-t-il déploré, en réaction aux mesures annoncées par la Première ministre Sophie Wilmès.

    "Je m'attendais aussi à quatre ou cinq signaux clairs qui auraient facilité la vie des bourgmestres, comme celle des citoyens", a ajouté celui qui est aussi bourgmestre de Namur. "Par exemple, la France a déterminé qu'une sortie ne pouvait durer qu'une heure dans un rayon de un à deux kilomètres. Pour les écoles, on savait tous que le système de garderie allait être prolongé. Mais on ne sait pas encore si l'on pourra compter sur les professeurs et sur les instituteurs."

    "Sur les masques. Pas un mot. Sur le dépistage, pas un mot non plus", a encore regretté Maxime Prévot.

  • Les opérateurs prolongent les avantages commerciaux pour leurs clients

    Plusieurs opérateurs télécom ont décidé de prolonger jusqu'au 19 avril les avantages offerts à leurs clients, alors que le gouvernement fédéral a annoncé la prolongation du confinement en raison de l'épidémie de coronavirus.

    • Proximus confirme qu'il maintient les mesures de soutien, sans aucune modification tarifaire, afin que ses clients restent connectés avec leurs proches, travaillent à domicile, suivent des cours en ligne et se divertissent. L'opérateur prévoit notamment la possibilité de téléphoner de façon illimitée, à partir d'un appareil fixe ou mobile, vers les lignes fixes ainsi que l'usage illimité de la connexion internet fixe à la maison.
    • Les avantages commerciaux sont également prolongés pour les clients Scarlet, avec des appels gratuits sur toutes les lignes fixes en Belgique.
    • Chez Orange, le supplément de 5GB pour les clients B2C et B2B a été activé le 25 mars et est donc valable jusqu'au 26 avril.
    • Mobile Vikings prolonge par ailleurs la gratuité des appels jusqu'au 30 avril.
    • Telenet et Base maintiennent aussi les mesures en faveur de leurs clients. Telenet propose notamment des films gratuits pour tous les clients TV francophones.
  • L'économie belge se contractera de 9,5 % en 2020, selon KBC

    "Une très grave récession." C’est ce qui attend l’économie belge si l’on en croit les nouvelles perspectives économiques de KBC. "Il y a peu de chances que le gouvernement puisse lever les mesures de quarantaine avant l’été", souligne Jan Van Hove, économiste en chef de KBC.

    "C’est pourquoi nous avons considérablement réduit nos perspectives de croissance. Les conséquences indirectes des mesures de quarantaine vont plus loin que prévu. Dans notre scénario de base, nous prévoyons maintenant que l’économie belge se contractera de 9,5 % en 2020."

    Mais Van Hove apporte également de bonnes nouvelles. "Grâce à des mesures gouvernementales de grande envergure, nous nous attendons à une très forte reprise." KBC prévoit que l’économie belge connaîtra une croissance de pas moins de 12,3 % en 2021. "La reprise sera plus forte en Belgique que dans d’autres pays, car nous pouvons compter sur des stabilisateurs automatiques puissants et une politique active."

  • Prématuré de dire si la rentrée des classes aura lieu le 20 avril, dit Jeholet

    "Il est prématuré de dire si la rentrée des classes aura lieu le 20 avril", a déclaré le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet (MR) sur la RTBF, ce vendredi soir.

    Le Conseil national de sécurité a décidé, vendredi, de prolonger jusqu'au 19 avril les mesures de confinement en vigueur depuis le 18 mars. Une prolongation jusqu'au 3 mai est envisagée. "Il y aura un monitoring au quotidien. La priorité reste la santé publique. On verra, via ce monitoring, s'il est nécessaire de prolonger encore les mesures de quinze jours", a déclaré Jeholet. Les écoles devront toutefois s'organiser pendant les vacances de Pâques, prévues du 6 au 17 avril. La garde des enfants de personnes travaillant dans les secteurs des soins de santé et de la sécurité doit être maintenue, a décidé le Conseil national de sécurité.

    "L'objectif est de permettre à tous les travailleurs de première ligne de faire garder leurs enfants. Et les scientifiques nous ont dit qu'il fallait changer le moins possible l'environnement existant. Je sais que c'est un peu nouveau, mais on a besoin de solidarité."

  • Record de 345 décès et près de 18.000 nouveaux cas en 24H aux Etats-Unis

    La pandémie de coronavirus a tué 345 personnes aux Etats-Unis durant les dernières 24 heures, selon le comptage de l'université Johns Hopkins, un record, portant le bilan dans le pays à 1.438 morts. Les Etats-Unis, désormais premiers en nombre de cas officiellement déclarés dans le monde (94.238) ont aussi recensé près de 18.000 cas en une journée.

  • Plus de 15.000 dossiers rentrés ce vendredi par des indépendants et PME wallons

    Ce vendredi à 17h, plus de 15.000 dossiers ont été rentrés par des PME et indépendants wallons afin de bénéficier de l'indemnité forfaitaire de 5.000 euros octroyée par la Région à ceux qui ont dû cesser leur activité en raison des mesures prises pour lutter contre le coronavirus. La plate-forme wallonne destinée à recevoir ces demandes d'indemnités a été mise en service ce vendredi matin.

    Les bénéficiaires potentiels disposent de 60 jours pour introduire leur demande qui fera ensuite l'objet d'un examen par les services de l'inspection du SPW Economie, précise-t-on du côté du cabinet du ministre wallon de l'Economie, Willy Borsus. Pour bénéficier de ce montant, les entreprises et indépendants doivent toutefois répondre à plusieurs conditions, dont celles d'être basés en Wallonie et de faire partie d'un des secteurs définis (horeca, agences de voyage, voyagistes, services de réservation, commerce de détail, coiffeurs, esthéticiennes, autocaristes, attractions touristiques, papeteries, forains, car-wash, auto-écoles, secteur événementiel, ...)

    Cette liste de secteurs ne fait pas que des heureux, certains - dont des plaines de jeux couvertes ou encore des kinésithérapeutes - s'en estimant injustement exclus. A ce stade, il n'y a pas d'extension envisagée, indique-t-on au cabinet Borsus où l'on rappelle que le numéro 1890 - porte d'entrée régionale unique d'information et d'orientation pour les entrepreneurs wallons étendu depuis le début du mois de mars aux questions sur le coronavirus - sera également accessible ce samedi entre 9h et 14h.

  • Les hôpitaux dotés d'un budget pour ramener les patients guéris à leur domicile

    Le SPF Santé publique a alloué un budget aux hôpitaux pour le transfert des patients guéris vers leur domicile en taxi ou en ambulance. Certains peuvent quitter l'hôpital mais ne sont pas en mesure de rentrer chez eux par leurs propres moyens ou avec l'aide d'un proche. Les services d'ambulance pour le transport non urgent de patients sont de plus en plus occupés, notamment pour des transferts de personnes infectées par le coronavirus entre les établissements hospitaliers ou depuis les maisons de repos par exemple.

    "Nous transportons également de plus en plus de patients qui sortent de l'hôpital", ajoute Evi Degheldere du Centre ambulancier d'Anvers. "Une nouvelle directive stipule que les hôpitaux peuvent faire appel à nous pour ces personnes, à un prix fixe." Le prix fixe (maximum) est de 60 euros par trajet dans la région de l'hôpital. Pour un trajet plus long, ce montant peut augmenter de 40 euros pour dix kilomètres supplémentaires.

    Le SPF Santé publique a confirmé ce vendredi que les hôpitaux recevraient un budget pour faire face à ces dépenses. "Les patients guéris peuvent bien sûr être récupérés par un membre de la famille", ajoute le porte-parole Jan Eyckmans. "Mais cela n'est pas toujours possible. Pour que les lits des patients guéris soient libérés le plus rapidement possible, les hôpitaux peuvent organiser un transfert en taxi ou en transport non urgent afin de ramener ces personnes à la maison."

  • Uber réduit ses tarifs pour le personnel de santé

    Le service de transport de particuliers Uber a activé une nouvelle option ce vendredi, intitulée Uber Medics et destinée aux personnes travaillant dans les soins de santé. Elle permettra à celles-ci de se déplacer à moindre coût pendant la durée de la crise du coronavirus.

    Concrètement, le service reste exactement le même, au détail près que les utilisateurs éligibles à cette option bénéficieront de 25% de réduction sur le tarif de leur course. La société de transport avait proposé cette option en France dans la matinée et a étendu le service à Bruxelles (seule ville belge où Uber est actif) au cours de l'après-midi.

    Elle assure à ses chauffeurs que leur rémunération restera inchangée, ce qui implique donc que l'entreprise abandonne la perception de sa commission sur ces courses.

  • Près de 300 nouveaux décès en France, 3.787 patients en réanimation

    Le coronavirus a causé 299 nouveaux décès enregistrés à l'hôpital en 24 heures en France, portant le bilan à 1.995 morts depuis le début de l'épidémie, ont annoncé les autorités sanitaires françaises.

    Selon le directeur général de la Santé français Jérôme Salomon, 15.732 patients sont hospitalisés dont 3.787 en réanimation, soit un nouvel afflux de 412 personnes en une seule journée.

  • Trois gardiens de prison blessés après un incident avec des détenus à Lantin

    Trois gardiens de prison ont été blessés après un "incident très grave" avec des détenus à Lantin. "Les trois gardiens sont à l'hôpital", indique Kathleen Van De Vijver, la porte-parole de l'Administration pénitentiaire.

    "Six détenus sont montés sur le toit du préau. Ils ne peuvent pas s'évader", a-t-elle ajouté.

    Les gardiens vont entamer à 22h une grève de 24 heures à la suite de ces incidents.

  • Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Sophie Wilmès

    "Merci à tous les Belges de respecter les mesures que nous avons prises", a déclaré d'emblée Sophie Wilmès. "Chacun à son niveau participe à la lutte contre le coronavirus, notamment en restant chez vous alors qu'il fait beau", a-t-elle indiqué avant de remercier le personnel soignant et l'ensemble des personnes qui "permettent à ce pays de fonctionner".

    "Les scientifiques nous rapportent qu'il est trop tôt pour dire que l'épidémie est sous contrôle, nos efforts ne font que commencer. C'est pourquoi les mesures prises vont être prolongées jusqu'au 19 avril et pourront être prolongées de 2 semaines, jusqu'au 3 mai."

    • "Seuls les déplacements nécessaires sont autorisés: faire ses courses, aller chez le médecin ou aller travailler quand le télétravail n'est pas possible. Pour l'activité physique en plein air, l'objectif est de bouger, pas de rester dans les parcs pendant des heures. Après l'activité, il faut rentrer chez soi, sinon il y aura des verbalisations. Il ne s'agit donc pas de se rendre dans les Ardennes ou à la mer pour la journée."
    • "A court terme, nous allons mettre en place un système de perception des amendes. Ce n'est plus une phase de prévention, c'est important pour la santé de tout le monde. Malheureusement, il reste quelques personnes qui ne comprennent pas la gravité de la situation. Les 'lockdown parties' ne sont pas possibles, elles ont des conséquences graves sur notre santé et celle des autres. Beaucoup de jeunes ne se sentent pas concernés, quand on est jeune on se croit invincible. Il y a 15 jours, des jeunes étaient dans des cafés et aujourd'hui, ils sont aux soins intensifs, c'est la réalité."
    • "Le télétravail est obligatoire pour toutes les entreprises non-essentielles. Quand le télétravail n'est pas possible, les conditions de distanciation sociale doivent être remplies strictement, sinon les entreprises vont être sanctionnées puis fermées. Il faut tenter de garder notre pays en activité, mais ce qui prime, c'est la santé de nos concitoyens."
    • "Pour les écoles, la garderie des enfants doit être assurée pendant la période de Pâques. Si ce n'est pas possible, une autre forme de garderie pourra être assurée à certaines conditions. Les enfants mis ensemble actuellement devront rester ensemble. Il faudra que les enfants soient gardés par les mêmes personnes qu'actuellement."

    "Nous demandons à tous de faire preuve de courage et de patience. Nous devons nous soutenir les uns les autres. Prenez soin de vous et des autres", a conclu Sophie Wilmès.

  • La conférence de presse va démarrer dans quelques minutes

    Les ministres-présidents wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles Elio Di Rupo et Pierre-Yves Jeholet se sont déjà exprimés à leur sortie du Conseil national de sécurité. Ils ont indiqué que de nouvelles mesures ne sont pas prises, mais que celles en place vont être renforcées.

    Ainsi, les amendes pour non-respect du confinement vont être durcies. Des garderies vont être organisées dans les écoles pendant les vacances de Pâques pour soulager le personnel soignant en première ligne dans la crise. Par contre, aucune restriction de distance pour les sorties liées à l'exercice physique ne sera mise en place.

    De son côté, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a indiqué que les parcs allaient rester ouverts pour permettre aux Bruxellois de continuer à s'aérer pendant cette période difficile.

  • Les mesures de confinement prolongées jusqu'au 19 avril en Belgique

    Le Conseil national de sécurité est encore en cours, mais une décision est d'ores et déjà confirmée. Les mesures de confinement vont être prolongées jusqu'au dimanche 19 avril inclus dans notre pays. De nouvelles mesures ne vont pas être annoncées, mais celles qui sont en place actuellement vont être renforcées.

    Une conférence de presse est attendue dans la soirée.

  • Bpost réduit son dividende

    Le conseil d’administration de bpost a décidé de se montrer un peu moins généreux envers ses actionnaires en raisons de la crise du coronavirus et de son impact sur ses résultats. Il proposera à l’assemblée générale ordinaire du 13 mai prochain de limiter la distribution du dividende à 0,62 euro brut par action, et non plus 0,73 euro comme il l’avait annoncé le jour de la publication de ses résultats annuels le 17 mars dernier.

    Autrement dit, le dividende de 0,62 euro versé comme acompte le 9 décembre 2019 constituera la seule forme de rémunération pour l’actionnaire au titre des résultats 2019. Le conseil a décidé cette mesure "compte tenu de l’incertitude relative à la durée et l’ampleur de la crise Covid-19 ainsi qu’à son impact sur le groupe bpost". Il tient à garantir en priorité "la solidité de son bilan et de ses réserves de liquidités sur le long terme". Il ajoute qu’en raison des incertitudes du moment, il n’est pas en mesure actuellement d’estimer avec précision l’impact quantitatif de l’impact de la crise sur ses opérations et ses finances.

  • Annulation massive de jours de congé

    Les travailleurs annulent ou déplacent en masse leurs jours de congé déjà planifiés en raison de la situation liée au coronavirus, affirme le prestataire de services RH SD Worx. Les modifications ne peuvent se faire que sur base d'un commun accord entre employeur et salarié, rappelle-t-il. SD Worx a relevé un redoublement des annulations de jours de congés parmi les salariés qui enregistrent eux-mêmes leurs absences dans son application HR Selfservice.

    À partir du 16 mars, le nombre de jours de congés annulés ou déplacés a triplé ou quadruplé. Depuis lundi, les annulations ou modifications de jours de congés ont même décuplé, affirme le prestataire sur base d'un sondage mené auprès de 75.000 salariés. Si certains annulent parce que leurs projets de vacances sont tombés à l'eau à la suite des mesures de confinement, d'autres sont eux contraints de continuer à travailler, souligne SD Worx.

  • L'activité physique intense à éviter

    Toute activité physique intense est à éviter en cette période d'épidémie de coronavirus. "Chacun doit être prudent vis-à-vis de ses activités physiques qui doivent rester modérées dans l'intensité (jusqu'à 80%) et dans la durée", expliquent des membres du service pluridisciplinaire de médecine et traumatologie du sport du CHU et de l'Université de Liège.

    L'activité intense pourrait diminuer l'immunité et faire en sorte que le coronavirus se développe. "On pourrait très bien imaginer un porteur sain (du Covid-19) qui, fournissant un effort intense, va s'épuiser et développer la maladie dans la foulée", illustre le professeur Jean-François Kaux. M. Kaux et ses collègues rappellent que même à la suite d'une grippe saisonnière, il est déconseillé de faire du sport intense en cas de fièvre et dans les huit jours qui suivent un épisode grippal.

    En outre, faire une activité physique alors que l'on est infecté par le Covid-19 pourrait être dangereux pour le cœur. Le Collège Américain de Cardiologie a récemment mis en évidence que des marqueurs biologiques de nécrose cardiaque et d'insuffisance cardiaque étaient très souvent élevés chez des patients atteints du coronavirus.

  • Le syndicat socialiste demande que tous les guichets de la SNCB soient fermés "rapidement"

    La CGSP-Cheminots demande que tous les guichets à la SNCB soient fermés "rapidement", estimant que la présence d'agents commerciaux à cet endroit n'est pas essentielle à la circulation des trains. Dans un communiqué, le syndicat socialiste salue la mise en place par la SNCB, depuis le lundi 23 mars, d'un plan de transport adapté. Mais "dans un souci de protection la santé de tous et de limiter au maximum la propagation du coronavirus", la CGSP considère que seules les tâches essentielles à la bonne exécution du plan de transport d'intérêt national doivent être exécutées.

    A cet égard, le syndicat regrette qu'une partie des agents commerciaux soient occupés, selon lui, à des tâches de rangement non-urgentes et dénonce cette initiative "qui expose inutilement des travailleurs à des risques sanitaires."

  • La police de la route a bloqué plus de 2.000 véhicules sur les autoroutes

    La police fédérale de la route a déjà bloqué plus de 2.000 véhicules sur les autoroutes, car ils effectuaient un trajet non essentiel, ressort-il de données de la police fédérale. Depuis vendredi de la semaine dernière, la police contrôle aux postes frontières l'application de l'interdiction des déplacements non essentiels en raison du nouveau coronavirus.

    La police routière a inspecté un total de 39.193 véhicules entre samedi 6 heures du matin et ce vendredi 7 heures du matin et bloqué 2.162 d'entre eux. Le nombre réel depuis le début des contrôles est encore plus élevé, mais les données de vendredi dernier manquent pour le moment.

    Les contrôles ont été renforcés ces derniers jours. Quelque 15.000 contrôles ont ainsi été menés sur base quotidienne mercredi et jeudi, pour respectivement 702 et 562 véhicules bloqués.

  • En Italie, près de 1.000 morts, pire bilan en 24 heures dans un pays

    L'Italie annonce une hausse record de près de 1.000 morts du coronavirus en 24 heures, un bilan qu'aucun pays au monde n'avait atteint jusqu'à présent, selon des données officielles de la Protection civile.

    Le nombre total de décès s'élève désormais à 9.134, en hausse de 969 par rapport à jeudi. La contagion continue toutefois de ralentir, avec une hausse de 7,4% du total des cas positifs (86.498), le plus faible taux depuis le début de la pandémie en Italie il y a plus d'un mois.

  • Plus qu'un seul Thalys vers Paris et Amsterdam à partir de mardi

    Thalys adapte encore son offre à la crise du coronavirus. A partir de mardi, il n'y aura plus qu'un aller-retour par jour entre Bruxelles et Paris et un entre la capitale belge et Amsterdam. Le nombre de places à bord des trains est par ailleurs réduit, de manière à ce que les voyageurs puissent respecter les distances de sécurité pour éviter la propagation du Covid-19.

    D'autres réductions de l'offre ont déjà été annoncées sur le rail européen. La gare de Lille-Europe n'est ainsi plus desservie par l'Eurostar. Les trains ICE entre la Belgique et l'Allemagne ont eux été réduits à deux liaisons par jour dans chaque sens entre Bruxelles et Francfort. Les TGV entre les deux villes ne circulaient déjà plus depuis le 21 mars. 

  • Le nombre de faillites en hausse de 8% en 2020 en Belgique

    Le nombre de faillites va progresser de 8% en Belgique en 2020 par rapport à l'année précédente qui constituait quasiment un record, selon une estimation publiée par l'assureur-crédit Euler Hermes. Au pic provisoire de la pandémie de coronavirus fin mars, le chiffre d'affaires des entreprises dans la zone euro chuterait de -15% à -25% par rapport à l'année dernière, selon les économistes du géant français, propriété du groupe Allianz.

    Malgré les interventions des gouvernements, les faillites vont augmenter partout sur le continent: +21% aux Pays-Bas, +18% en Italie, +17% en Espagne, +8% en France et +7% en Allemagne. En Belgique, Euler Hermes tablait, avant la pandémie, sur 10.800 dépôts de bilan en 2020, soit 2% de plus que l'année précédente. La prévision concerne désormais 11.400 entreprises.

    Le risque de faillite en Belgique est particulièrement élevé dans la construction (pour 20% des entreprises), les services (15%), l'agroalimentaire (10%) le commerce de détail (9%) et les transports (9%). Ailleurs dans le monde, l'augmentation du nombre de faillites devrait, selon les estimations actuelles, atteindre 12% aux Etats-Unis et 21% en Chine.

  • Certaines dessertes locales de la Stib supprimées ce week-end

    Ce week-end, l’offre de la Stib se concentrera sur les lignes les plus fréquentées du réseau bus, tram et métro. Afin de préserver les distances sociales entre les voyageurs, la Stib rappelle que les transports publics sont uniquement réservés aux déplacements essentiels et qu’il est impératif de respecter le nombre maximal de personnes par véhicule. Seront privilégiées les lignes essentielles desservant hôpitaux, lieux de soin et zones commerciales essentielles.

    Certaines lignes de dessertes locales dont la fréquentation a chuté et pour lesquelles il existe des alternatives seront supprimées. Il s'agit des bus 12, 17, 20, 21, 33, 43, 45, 54, 72, 75, 76, 77, 86. Pour le tram, toutes les lignes seront assurées mais les lignes les plus fréquentées (ex: ligne 55) seront privilégiées en termes de fréquences. Les quatre lignes de métro circuleront à une fréquence de 10 minutes sur les antennes périphériques et de 5 minutes sur les troncs communs du centre-ville.

  • "Une grande majorité des gens respecte les mesures actuelles"

    Le vice-Premier et ministre des Finances Alexander De Croo (Open Vld) a indiqué à son arrivée à un Conseil national de sécurité très attendu que les données montrent qu'une "énorme majorité" des citoyens "respecte très bien les mesures" édictées lors d'un Conseil précédent.

    Les données télécom fournies par les opérateurs permettent entre autres d'observer que "le social distancing est bien respecté", a précisé Alexander De Croo. Il ne semble d'ailleurs pas être en faveur d'une multiplication des mesures restrictives. "Nous voyons que l'énorme majorité des gens respecte très bien les mesures (...) Je préfère me baser là dessus que d'aller toujours dans une surenchère", conclut le vice-Premier ministre.

    Le Conseil national de sécurité, qui se réunit depuis peu avant 15h, doit prendre connaissance des dernières évaluations du "risk management group" et décider, le cas échéant, d'un prolongement des mesures et d'éventuelles nouvelles restrictions.

  • "Les taximans indépendants bruxellois doivent pouvoir arrêter leur activité"

    Les taximans indépendants bruxellois qui souhaitent interrompre leur activité par crainte du coronavirus doivent en avoir la possibilité, avec une suspension du paiement de leur redevance, plaide la CSC-Transcom dans un communiqué. Cette option n'est actuellement pas autorisée par Taxi Verts, la plateforme où la plupart d'entre eux sont contractuellement affiliés. Ils sont donc obligés de continuer à travailler alors qu'il y a peu ou pas de travail et donc pas de revenus, dénonce le syndicat chrétien.

    Contrairement à ce qui a pu être laissé entendre jeudi, la CSC, pas plus que le Collectif des ouvriers Taxi, ne revendique l'arrêt complet du secteur, précise-t-elle. La CSC-Transcom estime qu'il revient aux chauffeurs de décider de poursuivre ou non leur activité, et a interrogé le gouvernement bruxellois à ce sujet. "Nous ne sommes pas opposés à ce que certains conducteurs indépendants continuent à conduire, à condition que les directives du gouvernement fédéral puissent être respectées. Mais nous défendons également le droit de ceux qui souhaitent s'arrêter et suspendre le paiement de leur redevance pendant cette interruption pour ensuite reprendre automatiquement, dès que la force majeure sera terminée", précise le syndicat.

  • Confinement renouvelé en France pour "au moins" 15 jours jusqu'au 15 avril

    Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce vendredi le renouvellement du confinement en France pour deux semaines à compter de mardi, soit jusqu'au 15 avril, précisant que cette période pourrait encore être prolongée.

    "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain, soit jusqu'au mercredi 15 avril" dans les mêmes conditions, a-t-il déclaré, à l'issue d'un Conseil des ministres. "Cette période pourra évidement être prolongée si la situation sanitaire l'exige".

  • Les ministres attendent l'avis des experts pour d'éventuelles mesures additionnelles

    Doit-on s'attendre, au-delà d'un prolongement des mesures de confinement et de distanciation édictées le 17 mars, à ce que le Conseil national de sécurité de cet après-midi débouche sur des mesures supplémentaires, plus strictes? "Nous allons voir la proposition des experts et des scientifiques", a brièvement indiqué à son arrivée le ministre-président de Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet, qui a fustigé le comportement "irresponsable" de ceux qui ne respectent pas les mesures actuelles pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

    Aussi bien Pierre-Yves Jeholet que ses homologues bruxellois et wallon ont confirmé à leur arrivée à la réunion que la prolongation des mesures restrictives est en tout cas plus que probable. "Tout le monde pense qu'on ira au moins jusqu'après les vacances de Pâques" (20 avril, donc), a commenté Rudi Vervoort, tandis qu'Elio Di Rupo prenait pour exemple le début du mois de mai. "Les chiffres sont tels que vraisemblablement nous sommes obligés de prolonger", a constaté Elio Di Rupo, qui a également laissé entendre que, le moment venu, il s'agira de sortir du confinement en "gradation": "on ne va pas tout rouvrir du jour au lendemain".

    "Il y a des propositions pour aller plus loin", a exposé le ministre-président wallon sans les détailler. "Nous attendons l'avis des experts pour d'éventuelles mesures additionnelles".

  • 37,5%
    .
    Selon le bureau d'études de marché Nielsen, les ventes dans les grandes surfaces alimentaires et les magasins de proximité belges ont augmenté de 37,5% la semaine dernière par rapport à la période correspondante de 2019. Cela représente un surplus de 94 millions d'euros. Depuis le début de la crise, Nielsen évalue à 250 millions d'euros le chiffre d'affaires additionnel pour le secteur.

  • Il est "clair" que l'économie mondiale est désormais entrée en récession, selon le FMI

    Il est "clair" que l'économie mondiale est désormais entrée en récession, conséquence de la pandémie de coronavirus qui se propage dans le monde, a annoncé la directrice générale du FMI Kristalina Goergieva, ajoutant que la récession sera "plutôt profonde" en 2020.

    La patronne du FMI s'attend toujours en revanche à une reprise en 2021 à condition que les gouvernements prennent des mesures adéquates et "coordonnées". Elle a par ailleurs souligné le grand besoin de financement pour les pays émergents, avançant le chiffre de 2.500 milliards de dollars.

  • Des hôpitaux académiques belges appellent aux dons pour assurer la recherche

    Cinq hôpitaux académiques belges lancent un appel aux dons pour leur permettre de continuer leur travail de recherche, notamment concernant les maladies infectieuses. Les hôpitaux académiques déploient la majorité de leur personnel dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, afin de soigner les patients. Cela a pour conséquence de diminuer leurs activités académiques et peut se répercuter sur les soins de santé dans le futur.

    Les Cliniques universitaires Saint-Luc, le CHU de Liège, l'hôpital Erasme, l'hôpital universitaire de Bruxelles et celui d'Anvers collaborent pour la première fois dans le cadre d'une action de récolte de fonds commune pour soutenir leurs activités. Les dons peuvent se faire sur le site www.clapandact.be.

  • Consommation d'électricité en baisse de 16%

    La baisse de la consommation d'électricité en Belgique ressentie depuis l'adoption des mesures de confinement s'est encore accentuée ces derniers jours et atteint en moyenne 16% par rapport au début du mois mars, annonce Elia.

    "Après l'annonce des premières mesures liées au coronavirus le 12 mars 2020, nous avons pu constater une diminution claire de la consommation en journée de 5 à 10%. À partir du 17 mars 2020 (mesures renforcées), l'effet s'est accentué avec une diminution de 10 à 15% les premiers jours. Depuis le début de cette semaine, la consommation électrique moyenne a diminué de 16% par rapport à la première semaine de mars", indique Elia, qui constate même par moments, en journée, des creux lors desquels la baisse de consommation atteint 25%.

    Le gestionnaire du réseau haute tension assure que la stabilité du système et la sécurité d'approvisionnement sont garanties. En effet, la consommation électrique a diminué progressivement, ce qui a laissé le temps aux acteurs de marché d'adapter leurs prévisions. Enfin, la crise liée au coronavirus a également des conséquences sur le prix de l'électricité sur le marché à court terme (marché day ahead), constate Elia. Face à une production électrique suffisante et à une demande en baisse, le prix du MWh est tiré vers le bas. Une situation qui pourrait durer tant que la demande restera aussi basse.

  • 25.066
    décès
    La pandémie de coronavirus a tué 25.066 personnes dans le monde, ce vendredi à 15h30, dont une nette majorité en Europe (17.314). Avec 8.165 morts, l'Italie est le pays le plus touché par la pandémie de Covid-19 devant l'Espagne (4.858) et la Chine (3.292), foyer initial de la contagion. Au moins, 547.034 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans le monde depuis fin décembre.

  • La Ville de Mons ferme ses parcs

    La Ville de Mons a décidé de procéder à la fermeture de l'ensemble de ses parcs dès ce vendredi pour des raisons de santé publique, dans le cadre de la crise du coronavirus.

    "Il est nécessaire de les fermer afin de favoriser le respect de la distanciation sociale et donc d'être plus efficace dans la lutte contre la propagation du coronavirus", ont indiqué les autorités dans un communiqué, soulignant que "des personnes continuent de se rendre en groupe dans les parcs, faisant fi des efforts réalisés collectivement afin de préserver la santé de chacun".

  • Citrons, figues, fruits de la passion... risquent de se raréfier dans nos magasins

    Les supermarchés éprouvent certaines difficultés à se fournir en fruits et légumes provenant des pays du sud de l'Europe, selon un coup de sonde réalisé dans le secteur de la grande distribution. La plupart des enseignes parviennent tout de même jusqu'ici à avoir une offre suffisante.

    Il devient de plus en plus difficile d'acheminer certains produits en Belgique. Cela pourrait tirer des prix vers le haut et certains fruits, comme les citrons, pourraient se faire plus rares dans les magasins. La situation serait également problématique pour les figues, les fruits de la passion et certaines légumineuses.

    Les supermarchés confirment. "Nous faisons tout pour assurer l'approvisionnement", indique-t-on chez Delhaize. Un avantage est que la saison belge débute le mois prochain, souligne-t-on. "A ce moment-là, les fruits et légumes viendront principalement de Belgique et des pays voisins. Cela facilitera les choses. Encore mieux: il y aura davantage d'offre. Mais les agrumes viennent des pays du Sud et là nous faisons face à un défi. Est-ce que cela va poser des problèmes? Nous ne le savons pas encore."

    • L'enseigne Carrefour dit donner la priorité aux produits belges et avoir pris des mesures pour sécuriser cet approvisionnement local.
    • De son côté, Aldi indique se tourner en partie vers d'autres pays du Sud pour les agrumes.
    • Colruyt met également en avant les liens noués avec ses fournisseurs. "Nous travaillons avec eux à des solutions. Une option est par exemple d'autoriser un plus large spectre de calibres, pour les agrumes, ou un autre emballage, de manière à garantir les volumes dont nous avons besoin."

    Le plus gros problème lié à l'approvisionnement en provenance de pays du Sud concerne le transport. Il prend beaucoup plus de temps, en raison notamment des files aux contrôles de frontière. Cela fait augmenter les coûts de transport. Est-ce que cela se traduira par des prix plus élevés en magasin? "C'est difficile à dire", répond le porte-parole de Delhaize. "Ce n'est pas parce que le transport est plus onéreux que cela se répercute sur le client."

  • La survie du secteur des bus et autocars "en danger"

    La suppression des activités impliquant des bus et autocars en raison de la crise du coronavirus entraînera déjà une perte de 136 millions d'euros pour le secteur d'ici à la fin mai, indique la fédération FBAA. "L'avenir du transport collectif privé est en danger", s'inquiète-t-elle.

    A l'exception de quelques missions pour les sociétés de transport en commun, les autocars sont quasiment tous à l'arrêt. "Une telle baisse d'activité, c'est du jamais vu", affirme Kim Taylor, porte-parole de la Fédération belge des exploitants d'Autobus et d'Autocars. "Nous avons expliqué la gravité de la situation aux autorités et réclamé d'être considérés comme un secteur en péril afin de bénéficier de mesures particulières."

    De son côté, l'Union professionnelle du transport et de la logistique (UPTR) a également avertit que le transport et la logistique ne se limitaient pas à l'approvisionnement des magasins alimentaires ou des hôpitaux et que beaucoup d'entreprises du secteur sont à l'arrêt. Elle demande que ces entreprises puissent elles aussi bénéficier d'une aide financière des autorités.

    "Dans l'état actuel des mesures de soutien financier, les trois Régions ont totalement oublié les transporteurs et logisticiens qui sont à l'arrêt du fait que les activités de leurs clients ont cessé", déplore le secrétaire général de l'UPTR, Michaël Reul. "Que le secteur Transport & Logistique n'ait pas été légalement contraint de cesser toute activité (comme l'horeca) n'est assurément pas une réponse acceptable pour les innombrables entrepreneurs dont les camions sont à l'arrêt", ajoute-t-il.

  • La Ville de Lommel ne laisse qu'un seul point de passage ouvert vers les Pays-Bas

    La Ville de Lommel (Limbourg) a décidé de ne laisser, jusqu'à nouvel ordre, qu'un seul point de passage ouvert vers les Pays-Bas. "En concertation avec la commune néerlandaise voisine de Bergeijk, il a été décidé de ne garder qu'un seul point de passage ouvert. Notre police n'a pas la capacité de surveiller en permanence les deux postes frontaliers", a déclaré le bourgmestre Bob Nijs.

    L'autre point de passage vers les Pays-Bas, ainsi que les pistes cyclables, seront complètement fermés au moyen de blocs de béton. Un contrôle permanent sera assuré au dernier poste frontière ouvert, au lieu-dit Lommel Kolonie. Les personnes sont seulement autorisées à franchir la frontière pour les déplacements domicile-travail, pour la garde d'enfants dans un contexte de co-parentalité, pour prodiguer des soins à un membre de la famille ou à des animaux et pour les activités agricoles.

  • La zone de police de Bruxelles Nord saisit 5 véhicules immatriculés à l'étranger en 24h

    La zone de police de Bruxelles Nord a procédé au cours des 24 dernières heures sur le territoire de Schaerbeek à la saisie administrative de cinq véhicules de conducteurs résidant à l'étranger. Motif: non respect de l'arrêté ministériel pris le 23 mars dernier dans le cadre des mesures de confinement. "Ces conducteurs venant de l'étranger se sont rendus sur notre territoire afin de s'y promener sans autre justification. La saisie se fait pour une durée de cinq jours. Il s'agit donc bien de saisies administratives comme lors des saisies pour rodéo, mais ici effectuées dans le cadre du confinement", a commenté le directeur de cabinet de la bourgmestre faisant fonction Cécile Jodogne (DeFI).

    Selon celui-ci, de trop nombreux citoyens semblent encore ignorer ou refuser d'appliquer les règles de confinement. Les zones de police bruxelloises "font un travail extrêmement important à ce niveau". Sur le territoire de la zone de Bruxelles Nord, depuis le 19 mars dernier, plus de 572 PV en vue de Sanctions Administratives Communales (SAC) ont été dressés. La zone de police de Bruxelles Nord autorise sans retenue les citoyens ayant connaissance de rassemblement ou d'infraction aux règles de confinement à appeler le central de la police qui pourra également intervenir.

    "Des appels de citoyens fâchés et choqués du non-respect des règles font fréquemment parvenir des informations sur les endroits plus critiques. Cela permet aux forces de l'ordre d'intervenir de manière plus rapide et de manière ciblée. Il s'agit clairement selon nous d'assistance à personnes en danger", a commenté à ce propos le chef de cabinet de la bourgmestre.

  • Myconsultation.be met gratuitement en ligne un système de téléconsultation médicale

    La plateforme MyConsultation.be offre la téléconsultation gratuitement à tous les médecins de Belgique et leurs patients afin d'assurer la continuité des soins de santé durant la crise sanitaire du coronavirus. La plateforme, lancée par une start-up liégeoise, existe depuis quelques temps et permet de faciliter l'accès aux soins de santé en optimisant l'organisation des prises de rendez-vous chez les praticiens.

    Elle lance à présent un système de consultation en ligne, qui peut se faire téléphoniquement ou par vidéo. Celui-ci répond de façon spécifique aux besoins émis par les professionnels de la santé, assure la jeune entreprise, et permettra une consultation à distance des patients qui présentent les symptômes du virus, appuie-t-elle.

    Le service est disponible sur ordinateur, tablette et smartphone. Jeudi, Doctena, une autre plateforme digitale de prise de rendez-vous, et Proximus avaient déjà annoncé la mise à disposition gratuite d'une solution de vidéo-consultation pour tous les médecins.

  • 3,5%
    .
    L'économie belge va subir un impact négatif de 3,5% en 2020 en raison de la crise liée au coronavirus, selon les estimations de BNP Paribas Fortis. La construction et l'immobilier sont les secteurs qui vont le plus peser sur le produit intérieur brut.

    A l'exception de la "santé humaine et action sociale", qui représente 6% du PIB, l'impact est négatif dans tous les secteurs. La construction et l'immobilier (près de 13% du PIB ensemble) devraient fortement ralentir. Les autres secteurs - soit au total plus de 80% du PIB - connaîtront un coup de frein qui évoluera en fonction des mesures prises pour lutter contre l'expansion du virus, selon la banque.

    "L'ampleur de la crise est telle et le choc si soudain qu'il est très difficile de réaliser des estimations de croissance réalistes en utilisant l'approche habituelle basée sur les dépenses", explique BNP Paribas Fortis. "Nous avons donc utilisé l'approche basée sur la production, en intégrant la valeur ajoutée par secteur."

    La banque est partie du principe que les mesures extrêmes seront adoucies après avril, pour plus ou moins se normaliser au cours du mois de juillet. Par trimestre, la contraction de l'économie atteint -4,1% au premier et -11,3% au deuxième, avant une reprise de +18,6% au troisième et une normalisation au quatrième (+0,2%). Ces estimations sont cependant "sujettes à de nombreuses incertitudes", concède BNP Paribas Fortis.

  • A-t-on trop sabré dans les soins de santé?

    Les économies dans les soins de santé ont-elles été trop importantes au cours des dernières années? En pleine crise sanitaire, cette question revient souvent. L'Echo tente d'y apporter des éléments de réponse.

  • Le Groupe des 10 s'entend sur une liste "affinée" des entreprises essentielles

    Le Groupe des 10, réunissant les partenaires sociaux, s'est entendu sur une "liste affinée" des entreprises essentielles qui doivent continuer à fonctionner en pleine crise du coronavirus. Cette liste a été envoyée au gouvernement quelques heures avant le début de la nouvelle réunion du Conseil national de sécurité, selon Robert Vertenueil, le président de la FGTB.

     "Les deux premières listes édictées par le gouvernement se basaient uniquement sur des numéros de commissions paritaires. Au sein du Groupe des 10, nous avons convenu d'affiner ces listes et de travailler à l'intérieur des commissions paritaires, en définissant que telle ou telle entreprise d'un secteur est essentielle ou qu'elle l'est pour tel ou tel service", a expliqué le patron du syndicat socialiste.

  • Infrabel va mettre en veille des chantiers

    HR Rail indiquait mardi qu’il existait du personnel "de réserve" afin d'assurer la mise en œuvre du plan de transport en cas d'absences ou de travail supplémentaire. Infrabel confirme aujourd’hui constater "que les agents de la voie sont eux aussi touchés par le virus". La société remarque "une augmentation du taux d’absentéisme pour cause de maladie. Nous anticipons les problèmes de manque de contingent à venir en constituant une réserve de personnel, afin de remplacer les agents malades."

    Comme dans la construction, il est compliqué, voire impossible, de garder des distances sociales entre cheminots sur toute une série de tâches. Priorité est donc donnée aux travaux essentiels d’entretien à l’infrastructure - les voies (rails, ballast, aiguillages), les caténaires et la signalisation, mais également les travaux de renouvellement urgents.

    Évidemment, sur les grands travaux et les grands chantiers, Infrabel rencontre plus de problèmes. Certains contractants ne pouvant pas remplir leurs obligations, Infrabel envisage donc de laisser certains chantiers en stand-by selon des "critères stricts". L’ambition est que ces chantiers puissent redémarrer immédiatement, une fois la crise sanitaire dernière nous. Reste à voir quel sera l’état de ces chantiers à la sortie de la crise. "Les employés d’Infrabel qui sont concernés par de tels chantiers vont ainsi rejoindre la réserve de personnel", détaille Infrabel. (Benjamin Everaert)

  • 112 nouveaux décès en 24 heures aux Pays-Bas

    Le nombre de décès aux Pays-Bas est passé à 546 après les 112 nouveaux morts rapportés au cours des dernières 24 heures, selon le bilan quotidien de l'Institut national pour la santé publique et l'environnement (RIVM).

    Depuis le début de l'épidémie, 8.603 personnes atteintes du Covid-19 ont été admises dans les hôpitaux, soit 1.172 de plus que ce qui était connu jeudi. L'institut rappelle que les chiffres des personnes décédées ou hospitalisées ne rapportent pas les cas réels puisque tous ne sont pas communiqués directement à l'institut.  

  • Boris Johnson et son ministre de la Santé positifs au Covid-19

    Le Premier ministre britannique Boris Johnson a été testé positif au coronavirus Covid-19. Il présente de "légers symptômes" et a fait savoir qu'il continuerait à diriger le gouvernement britannique, notamment pour gérer la crise déclenchée par l'épidémie.

    Un peu plus tard, c'était au tour du ministre britannique de la Santé, Matt Hancock, d'annoncer qu'il a également été testé positif. "J'ai été testé positif. Heureusement mes symptômes sont légers et je travaille depuis chez moi et je m'isole", a déclaré Matt Hancock sur Twitter.
     

  • Des mesures pour le fret aérien

    Le gouvernement a décidé une série de mesures pour venir en aide aux sociétés de manutention aérienne et à l'activité de fret. François Bellot, ministre de la Mobilité, a prévenu les directeurs d’aéroports "dès mardi soir et mercredi matin" d’une série de dispositions valables pendant la crise du Covid-19.

  • Débat: comment contenir l'impact économique de la crise du coronavirus? (en direct vidéo)

    Ce vendredi dès 14h, l'Institut interdisciplinaire d'Innovation en Santé réunit sept experts pour débattre des mesures indispensables pour anticiper une sortie de crise raisonnée et contenir l'impact économique du Covid-19.

    À suivre en streaming sur L'Echo

  • Chute du marché automobile en Europe occidentale

    Le marché automobile va fortement souffrir du coronavirus en 2020. Selon Moody’s, il devrait se contracter alors que l’agence de rating s’attend à une demande en berne et une récession économique mondiale de 0,5% cette année. "La plus lourde chute devrait arriver en Europe de l’Ouest", détaille Moody’s qui s’y attend à une baisse des ventes de 21%.

    Les constructeurs automobiles principalement actifs sur le Vieux Continent, comme le groupe PSA, devraient donc fortement souffrir. 

     En Belgique, lors de la publication de ses résultats annuels, il y a trois bonnes semaines, D’Ieteren ne s’attendait pas à un effet trop important du coronavirus. "Le marché de l’automobile belge va baisser d’un nombre à un chiffre en 2020, mais on veut augmenter notre part de marché", disait alors le CEO de D’Ieteren Francis Deprez à l’occasion de ses résultats 2019. Nul doute que cela va changer, surtout que le confinement n’encourage pas non plus à sortir sa voiture, ce qui devrait aussi impacter Belron(Benjamin Everaert) 

  • AB InBev dégringole de 11% | Le Bel 20 s'enfonce | Repli en vue à Wall Street

    Séance difficile à la Bourse de Bruxelles. L'indice Bel 20 s'enfonce et perd plus de 5% (-5,5% à 2.838 points). Lanterne rouge vif de l'indicateur bruxellois, AB InBev dégringole de 11% à 37,82 euros. Les investisseurs s'inquiètent pour le dividende du brasseur.

    Ailleurs en Europe, les replis dépassent 3%. Wall Street est attendue en forte baisse. 

  • Le bilan des dernières 24 heures en Belgique

    7.284
    Le nombre total de cas confirmés en Belgique
    Ce jeudi, 1.049 patients ont été testés positifs au Covid-19, dont 772 en Flandre, 137 à Bruxelles et 131 en Wallonie (pour 9 personnes, l'origine n'est pas connue). Le nombre total de cas confirmés s’élève à 7.284.

    Plus de 3.000 personnes (3.042) sont actuellement hospitalisées en Belgique en raison du coronavirus. On dénombre ainsi 490 patients supplémentaires au cours des dernières 24 heures. Dans le même temps, 183 patients sont sortis de l'hôpital (858 depuis le début de la crise). 690 personnes se trouvent actuellement en soins intensifs (+85 patients en un jour). 

    Quant aux lits disponibles en soins intensifs, on dénombre à ce jour 690 lits occupés pour une capacité totale de 2.081 lits. "La possibilité d'étendre ce nombre existe et nos services ont également la capacité de redistribuer les patients ailleurs si certains hôpitaux sont saturés", précise Benoît Ramacker, le porte-parole du Centre de crise. 

    69 personnes sont décédées au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le bilan à 289 décès pour l'ensemble de la Belgique depuis le début de la crise.   

    "Le nombre de cas sur notre territoire continue à augmenter, cette tendance s’accentuera encore dans les prochains jours. Le nombre d’hospitalisations va également continuer à augmenter", ont précisé le Centre de crise et le SPF Santé publique lors de leur bilan quotidien. 

  • De Wever: "Laissez la police locale et les services de contrôle travailler avec bon sens"

    Le bourgmestre d'Anvers Bart De Wever demande aux ministres fédéraux de ne pas tenir des "déclarations contradictoires" à propos des mesures de lutte contre le Covid-19. "L'affinage constant des mesures et la réinterprétation dans les moindres détails des FAQ (questions fréquemment posées) mènent au chaos sur le terrain pour les services de sécurité", a-t-il déclaré après la réunion de la cellule de crise anversoise.

    L'arrêté ministériel sur l'interdiction des rassemblements est, selon lui, "très clair" et il n'est pas nécessaire d'enter davantage dans les détails. "Pour l'exécution, laissez simplement la police locale et les services de contrôle travailler avec bon sens", a-t-il ajouté. À ses yeux, il en va de l'adhésion de la population à ces mesures. Or, elle pourrait être troublée par des déclarations contradictoire, estime-t-il.

    Le bourgmestre, également président de la N-VA, demande que la mise en œuvre de l'interdiction de rassemblement puisse s'appuyer sur les sanctions administratives communales, dispositif plus simple qui permet de ne pas tout renvoyer à la justice.

    "Les interventions illogiques, inexplicables sont néfastes. (...) Le pêcheur solitaire, le jeune sportif qui joue seul au basket, le senior qui se détend sur un banc, le cycliste qui roule quelques dizaines de kilomètres: nous devons cesser d'imaginer des règlements qui interdisent ça dans les faits."
    Bart De Wever
    Bourgmestre d'Anvers

  • Les 20 km de Bruxelles reportés

    C’était inéluctable. La 41e édition des célèbres "20 km de Bruxelles", la course phare du calendrier running belge, a été reportée. La course devait se dérouler le dimanche 31 mai et réunir entre 30.000 et 40.000 participants. L’organisateur, le Syndicat d’initiative Bruxelles Promotion, dit étudier, en accord avec les autorités, une nouvelle date. Ce serait probablement à la rentrée, même si le calendrier s’annonce très chargé à ce moment-là en termes d’événements. (Jean-François Sacré) 

  • La chute du tourisme international

    La pandémie du nouveau coronavirus va entraîner une chute des visites touristiques de 20 à 30% en 2020, chiffre l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), qui s'attendait jusqu'à présent à une baisse de 1 à 3% par rapport à 2019. Il est ainsi question d'une perte estimée entre 300 et 450 milliards de dollars (272 à 408 milliards d'euros) pour les rentrées touristiques, ce qui équivaudrait à environ un tiers des recettes générées en 2019.

  • La Wallonie envisage un assouplissement du précompte immobilier et des droits de succession

    Le ministre wallon des Finances Jean-Luc Crucke a demandé au ministre fédéral des Finances Alexander De Croo, toujours compétent pour l’enrôlement de certains impôts régionaux, de prendre certaines mesures d’assouplissement. La Wallonie vise plus particulièrement:

    → Le précompte immobilier: elle propose de décaler les premiers envois d’avertissements-extraits de rôle jusque début août.
    → Les droits de succession: l’exécutif wallon souhaite suspendre les délais de rigueur et de recours de trois mois à dater du 18 mars.
    → Les droits d’enregistrement, d’hypothèque et de greffe: là aussi la Wallonie envisage de suspendre les délais de rigueur et de recours de trois mois à dater du 18 mars.
     

    Le ministre Crucke reste ouvert à d’autres idées et attend le feu vert du cabinet De Croo afin de prendre ces mesures. (Mathilde Ridole)

  • "C'est maintenant qu'il faut tenir bon"

    Concernant le renforcement potentiel des mesures de confinement qui pourrait être décidé ce vendredi, le porte-parole du Centre de crise Benoît Ramacker a renvoyé au Conseil national de sécurité qui se tient dès 14h ce vendredi

    "Ce n'est pas le moment de flancher."
    Benoît Ramacker
    porte-parole du centre de crise

    Conscient que "les mesures ont un impact important sur notre vie quotidienne", Benoît Ramacker a cependant insisté: "C'est maintenant qu'il faut tenir bon pour en profiter par la suite. On appelle vraiment chacun à éviter toutes les idées créatives pour essayer de ne pas respecter les règles. Ces mesures sont difficiles mais c'est la seule façon que nous avons maintenant pour garder la situation sous contrôle pour nos hôpitaux". 

  • Le Covid-19 fait désormais plus de morts en Espagne qu'en Italie

    L'Espagne a enregistré 769 morts du coronavirus en 24 heures, un nouveau record dans le pays qui porte à 4.858 le nombre total de personnes tuées par la pandémie, selon le dernier bilan des autorités. Le nombre de morts quotidiens a dépassé celui de l'Italie qui a en dénombré 662 dans son dernier bilan publié jeudi soir. 

  • Le système Be-Alert activé

    Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de crise, a indiqué que le système Be-Alert serait activé dès aujourd'hui. Ce système permet aux personnes qui s'y sont inscrites de recevoir directement les informations des autorités sur leur smartphone ou par mail. Pour s'inscrire, rendez-vous sur www.be-alert.be.

  • Un cas de transmission de l'homme à son chat

    Emmanuel André, médecin et microbiologiste à la KULeuven, et porte-parole interfédéral pour la crise du Covid-19, a évoqué la découverte d'un cas de contamination d'un chat par son maître, atteint du Covid-19, par la faculté de médecine vétérinaire de l'ULiège. "Ce type de transmission de l'homme vers l'animal nécessite un contact rapproché au quotidien. Il s'agit d'un cas isolé, ce n'est pas la règle. Mais il y a des précautions à prendre, notamment pour les personnes infectées", a fait savoir le virologue, qui précisé qu'à ce stade, il n'y a pas de raison de penser que les animaux sont des vecteurs de l'épidémie.

  • "Nettoyer les surfaces de contact, notamment dans les lieux publics"

    Emmanuel André (médecin et microbiologiste à la KULeuven), porte-parole interfédéral pour la crise du Covid-19, a de nouveau insisté sur la nécessité de se laver régulièrement les mains lors de la conférence de presse quotidienne sur l'état de l'épidémie en Belgique. Il a également pointé l'intérêt du nettoyage des surfaces de contact, particulièrement dans les lieux publics très fréquentés.

    "Le virus peut survivre de quelques heures à quelques jours dans l'environnement. Cela dépend du type de surfaces et de la température. La meilleure façon de nous protéger, c'est de se laver les mains régulièrement et, quand c'est possible, de nettoyer les surfaces, notamment dans les lieux publics. Ces mesures vont permettre d'éviter la transmission du virus via les surfaces", a-t-il insisté.

  • Les explications du centre de crise

    le bilan belge

  • Les pouvoirs spéciaux ont passé le cap du Sénat

    La proposition de loi qui accorde au gouvernement les pouvoirs spéciaux pour faire face à la pandémie de coronavirus a été approuvée par le Sénat. La Haute Assemblée a décidé à l'unanimité de ne pas amender le texte. Celui-ci peut donc être soumis à la signature royale dans les meilleurs délais.

  • Le caddie des Belges plus rempli qu'en temps normal

    20%
    plus rempli
    Le panier des Belges était 20% plus rempli qu'en temps normal lors de leurs courses entre le lundi 16 et le dimanche 22 mars, selon de récents chiffres de l'institut d'études de marché et d'audit marketing GfK. Cela démontre que les consommateurs continuent à faire des stocks chez eux. La fréquence dans les magasins est, elle, revenue à la normale après un pic durant la semaine du 9 au 15 mars.

  • Les syndicats dénoncent le "flou" régnant dans le secteur de la construction

    Les syndicats de la construction appellent en front commun le gouvernement fédéral à établir une liste "claire et précise" des activités urgentes afin de mettre un terme au "flou" régnant, selon eux, dans le secteur. La construction a été reprise dans la liste des activités essentielles pour les travaux urgents. Une décision "prise sans la moindre concertation" et "incompréhensible" aux yeux des organisations syndicales, qui déplorent qu'aucune liste précisant quels sont ces travaux urgents n'existe.

    "C'est la porte ouverte à tous les abus. Et alors que nous applaudissions les entreprises qui, spontanément, avaient pris la bonne décision de stopper leurs activités, nous voyons déjà certaines de ces mêmes entreprises rappeler leurs travailleurs", dénonce le front commun CSC-FGTB-CGSLB. 

    "Dans la construction, le respect de la distanciation sociale est pratiquement impossible et le respect des autres mesures d'hygiène est impraticable sur un chantier. Or, pour ces activités jugées cruciales, les mesures sanitaires doivent être respectées, seulement dans la mesure du possible... Comprenne qui pourra! (...) Mais dans tous les cas, nous voulons que les normes de distanciation sociale et d'hygiène soient toujours respectées."
    Front commun syndical

  • Elio Di Rupo: "Nous allons devoir poursuivre les mesures actuelles"

    Elio Di Rupo, le ministre-président wallon, participera à la très attendue réunion du Conseil national de sécurité à 14h. S'y retrouveront la Première ministre, les ministres compétents, les ministres-présidents des Régions et Communautés ainsi que les représentants des instances publiques en charge de la crise. Selon le chef du gouvernement wallon, les mesures prévues jusqu'au 5 avril devraient être prolongées.

    "Une chose est certaine, nous allons devoir poursuivre les mesures actuelles. Le nombre de personnes hospitalisées augmente et on est loin du pic. Nous devons tout faire pour éviter que les hôpitaux soient saturés. Pour combien de temps? On verra en fonction de ce que les experts vont nous dire."
    Elio Di Rupo
    Ministre-président wallon au micro de La Première.

  • Le revenu universel pour amortir le choc du Covid-19?

    L'effet cataclysmique de la crise sanitaire sur l'économie interpelle notre modèle social, appelé à pallier les pertes de revenus d'une cohorte de Belges. Le revenu universel serait-il une bonne alternative aux allocations actuelles? 

    Lire: ANALYSE | Le revenu universel pour amortir le choc du Covid-19?

  • Un système de crowfunding à l'étude pour soutenir les entreprises en Wallonie

    Le gouvernement wallon planche actuellement sur un système de mobilisation de l'épargne privée afin de soutenir les entreprises une fois la crise du coronavirus passée, rapporte Le Soir sur son site internet. "Je veux en appeler à une forme de civisme économique. Le gouvernement wallon ne pourra pas tout. La solidarité doit jouer pleinement. Mais le monde aura changé après cette parenthèse. Les projets qui seront financés par cette voie seront vertueux", explique le ministre wallon du Budget Jean-Luc Crucke.

    L'idée est de créer un fonds d'urgence dans lequel le financement participatif serait la règle à travers les citoyens, les assureurs ou les institutions financières. Avec la bénédiction de l'Europe, ce modèle permettrait d'inscrire la démarche hors du périmètre d'endettement de la Wallonie. Les dépenses au profit de l'économie régionale ne viendraient pas grossir le déficit public. 

     Le ministre Crucke réfléchit aussi à la possibilité d'un bon à valoir que les clients verseraient aux entreprises de leur choix, comme s'ils payaient l'addition à l'avance. Leur apport serait garanti à concurrence de 50% par une structure publique. 

  • Les hôpitaux d'Ile-de-France saturés "sous 24h ou 48h"

    La capacité d'accueil des hôpitaux d'Ile-de-France atteindra ses limites "sous 24h, 48h", a estimé Frédéric Valletoux, le président de la Fédération Hospitalière de France (FHF).

    "Il va falloir faire preuve d'extrême solidarité entre les régions, entre les hôpitaux, multiplier les opérations de transfert de patients. (...) Si on laisse chaque hôpital se débrouiller tout seul, chaque territoire pris par l'épidémie se débrouiller tout seul, on va vers des catastrophes et ce serait inenvisageable."
    Frédéric Valletoux
    Président de la Fédération Hospitalière de France (FHF)

  • Christine Lagarde en quarantaine

    Selon l'agence Bloomberg, la présidente de la Banque centrale européenne s'est mise en quarantaine la semaine dernière après avoir été en contact avec une personne infectée par le coronavirus. À la BCE, personne ne commente cette information. Un porte-parole de la banque centrale précise simplement que Christine Lagarde (64 ans) a travaillé dans son bureau cette semaine.

  • L'Europe peine à se coordonner

    Après le chacun pour soi face au virus, les appels se sont multipliés pour que les dirigeants européens trouvent un mécanisme solidaire afin de faire face à la crise économique. Ils attendent un nouveau rapport de leurs ministres des Finances sous quinzaine.

  • La Chine et les États-Unis travaillent "étroitement ensemble"

    Le président américain Donald Trump s'est entretenu avec son homologue chinois Xi Jinping. "La Chine a traversé beaucoup de choses et a développé une grande compréhension du virus", a expliqué Donald Trump dans un message publié sur Twitter, ajoutant que les deux nations travaillaient "étroitement ensemble".

    Faisant part d'un entretien téléphonique entre les deux dirigeants, la télévision publique chinoise précise que Xi Jinping a déclaré à Donald Trump que Pékin s'était montré ouvert et transparent à propos de l'épidémie apparue en décembre dernier en Chine continentale. Le président chinois a dit à son homologue américain que la Chine était disposée à améliorer la coordination en matière de politique macro-économique afin de stabiliser les marchés et de protéger la croissance, a encore rapporté la télévision publique chinoise. 

  • Beaucoup moins de voitures sur les routes

    48,5%
    de voitures en moins
    Le nombre de véhicules recensés sur les routes du pays lundi dernier était en diminution de 48,5% par rapport au lundi 9 mars, indique VRT NWS qui relaie les premiers chiffres disponibles concernant le trafic autoroutier depuis la mise en place de mesures de confinement.

  • Des règles encore plus strictes en Belgique?

    Le Conseil national de sécurité se réunira à nouveau ce vendredi après-midi. La question principale qui devra être tranchée est de savoir si les mesures actuelles de confinement seront renforcées. Pour les experts scientifiques, il ne fait aucun doute que les mesures prises jusqu'au 5 avril doivent être prolongées, voire étendues. 

    Le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem (CD&V) n'a pas caché sa volonté d'encadrer plus sévèrement les recommandations en matière de promenades et de randonnées à vélo. Du côté de la police, on indique que les règles actuelles sont trop vagues pour maintenir l’ordre. La ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) n'est pas du même avis. Selon elle, la marche et le vélo peuvent se poursuivre normalement si la population respecte les règles de distanciation sociale. 

    Autre point important: la définition des services et métiers essentiels. La Première ministre Sophie Wilmès (MR) a annoncé ce jeudi à la Chambre que le Centre de crise allait consulter les partenaires sociaux sur d’éventuelles modifications de cette liste. 

  • Le recours au chômage temporaire dans la construction fait débat

    La semaine dernière, après l’annonce des mesures de confinement, la plupart des grandes entreprises de construction ont débrayé comme un seul homme. Dans la foulée, leurs représentants ont directement revendiqué le statut de force majeure pour tous les ouvriers du secteur.

    Notre article: Le recours au chômage temporaire dans la construction fait débat

  • L'Allemagne passe la barre des 40.000 cas de coronavirus

    L'Allemagne a enregistré 5.780 nouveaux cas de contamination en l'espace de 24 heures, une progression de l'ordre de 16% qui porte le nombre total de patients infectés à 42.288, selon l'Institut fédéral Robert Koch. Le pays compte 55 morts de plus (+28%), ce qui porte le nombre de décès à 253 depuis le début de l'épidémie.

    L'Allemagne présente, à ce stade, un faible taux de mortalité par rapport à d'autres pays européens, une différence qui s'explique en partie par l'ampleur des tests de dépistage mis en œuvre outre-Rhin. Davantage de cas bénins y entrent donc dans les statistiques par rapport à ce que l'on peut voir ailleurs. 

  • Un nouveau partenariat pour le développement d'un vaccin

    Sanofi et Translate Bio vont coopérer pour le développement d’un nouveau candidat-vaccin contre le coronavirus. Les deux partenaires étudieront conjointement plusieurs candidats en vue de l’entrée en phase clinique d’un vaccin sûr et efficace contre le coronavirus SARS-CoV-2, précisent les deux entreprises dans un communiqué diffusé ce vendredi. Il s’agit de la deuxième collaboration du genre que noue Sanofi après l'union, annoncée le mois dernier, avec la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA).

  • La Justice sera sévère avec les employeurs peu scrupuleux

    Les employeurs qui n’autorisent pas le télétravail et permettent à leur personnel de travailler dans des conditions dangereuses, en ne respectant pas, par exemple, la distance de 1,5 m entre chaque employé, seront traduits en justice et traités sévèrement, a annoncé le Collège des procureurs généraux. 

    7 entreprises fermées par l'inspection du travail

    Certaines entreprises belges ne respectent pas pleinement les mesures de prévention dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus Covid-19, ressort-il des chiffres de la ministre fédérale de l'Économie Nathalie Muylle (CD&V).

    L'inspection du travail a reçu, entre le 23 et le 25 mars, 176 plaintes relatives aux mesures de prévention imposées dans le cadre de l'épidémie, rapportent plusieurs journaux flamands. Un contrôle téléphonique a été effectué auprès de 245 entreprises, et les inspecteurs ont rendu visite à 96 sociétés.

    Des infractions ont été constatées chez 84 d'entre elles. Septante-sept entreprises ont reçu un avertissement et devront fermer leurs portes si une nouvelle plainte les concerne. Dans une large proportion, un délai leur a été imposé pour se mettre en ordre. Dans le cas de sept entreprises, l'inspection a toutefois noté qu'aucune mesure n'avait été prise, et a ordonné leur fermeture.

    "Nous savons qu'il y a beaucoup d'entreprises qui respectent avec soin les mesures de prévention, mais les plaintes sont alarmantes et les résultats des contrôles ne sont pas bons", a commenté la ministre Nathalie Muylle (CD&V). "Aller travailler est très important, mais cela doit se passer de manière sûre (...). La situation est trop grave que pour faire preuve de nonchalance avec la santé des personnes sur le lieu de travail", ajoute-t-elle.

  • New York, épicentre du coronavirus aux États-Unis

    On dénombre plus de de 23.000 cas confirmés et 365 morts à New York où les hôpitaux sont sous tension, mais parviennent encore à faire face. Selon des chiffres publiés jeudi, 44% des malades à New York ont entre 18 et 44 ans, même s'ils ne représentent "que" 4% des décès.
     

  • Le résumé de la journée de jeudi

    ► En Belgique, le pic de l'épidémie n'est pas en vue. 42 nouveaux décès liés au Covid-19 ont été recensés ces 24 dernières heures, portant à 220 le nombre de personnes ayant succombé au coronavirus dans notre pays. Le nombre d'hospitalisations a augmenté à 2.652 (+536 en 24h). Le pic de l'épidémie n'est attendu que "dans les prochaines semaines", selon les autorités, qui appellent les Belges à rester confinés. Pour l'épidémiologiste Marius Gilbert, on ne constate "toujours pas d'effet mesurable des mesures" de confinement à ce stade, la courbe des contaminations continuant à grimper significativement. > En graphiques, le point sur la situation belge.

    ► La Chambre a approuvé en séance plénière la proposition de loi qui donne au gouvernement des pouvoirs spéciaux pour faire face à la crise du Covid-19 par 104 voix pour, 8 contre (PTB) et 16 abstentions (Vlaams Belang). >> Les détails ici: Après la confiance, Wilmès II décroche les pouvoirs spéciaux

    ► La Première ministre Sophie Wilmès a demandé aux partenaires sociaux du Groupe des 10 de se mettre en contact avec le Centre national de crise afin d'affiner la liste des secteurs économiques essentiels en vue de la réunion du Conseil national de sécurité de ce vendredi.

    ► Le déficit explose. L'effet de paralysie de la crise du coronavirus sur l’économie belge pousse nos finances publiques dans le rouge. Le déficit public passerait de 2 à 7% du PIB, soit 30 milliards d'euros, selon De Tijd. Le ministre du Budget David Clarinval estime ce chiffre "prématuré".

    ► Moody's révise à "négative" sa perspective pour le système bancaire belge. L'agence de notation Moody’s a révisé sa perspective pour les 10 principaux systèmes bancaires en Europe. Les perspectives des systèmes bancaires belge, danois, néerlandais, français, italien et espagnol passent de stables à négatives.  

    ► Les États-Unis en probable récession. Le président de la Fed Jérôme Powell estime que "les États-Unis sont probablement en récession". Le nombre de demandes d'allocations de chômage a explosé, selon les chiffres publiés ce jeudi. Elles s'envolent à 3,28 millions de demandeurs, contre 282.000 la semaine précédente.

    ► Après plus de six heures de discussion par visioconférence, les chefs d'État et de gouvernement des Vingt-Sept ont abouti ce jeudi soir à un accord sur les étapes à suivre pour aborder les conséquences économiques et financières de la crise du coronavirus. >> Les détails ici L'Europe en quête d'une gestion de crise solidaire

    Selon le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem, les festivals d'été ne pourront probablement pas avoir lieu.

    ► La ministre de la Santé Maggie De Block s'est prononcée contre toute limitation des déplacements à vélo pour autant que les cyclistes gardent des distances de sécurité suffisantes entre eux. "Il faut que tout cela (les mesures de sécurité sanitaire, NDLR) reste vivable", a-t-elle plaidé, contredisant ainsi son collègue de l'Intérieur, qui n'avait pas exclu un peu plus tôt dans la journée que le Conseil national de sécurité de ce vendredi impose aux gens une restriction de distance pour les sorties en extérieur.

    ► L'Italie a annoncé une nouvelle hausse du nombre de contaminations au coronavirus, après quatre jours consécutifs de baisse. Le pays compte désormais 62.013 contaminations, en augmentation de 4.492 en 24 heures. En France, le coronavirus a causé 365 décès enregistrés à l'hôpital en 24 heures dont, "pour la première fois, une jeune fille de 16 ans" en Ile-de-France, portant le bilan à 1.696 morts depuis le début de l'épidémie.

    ► Lourds bilans en Espagne et aux États-Unis. Le nombre de morts dus au coronavirus en Espagne a passé la barre des 4.000, avec 655 décès en 24 heures, ce qui porte le bilan à 4.088 morts, selon les chiffres officiels. 56.188 cas ont été confirmés, en augmentation de 19% de mercredi à jeudi, une progression toutefois moins forte que les 27% de la veille. Aux États-Unis, le nombre de morts a grimpé en quelques heures de 827 à 1.031. La première économie mondiale compte à présent 68.572 cas confirmés, selon un décompte de l'université Johns Hopkins. Les États-Unis arrivent au troisième rang des pays pour le nombre de cas confirmés, derrière l'Italie et la Chine.

    ► Trois entreprises technologiques du nord du pays ont développé ensemble une application afin d'endiguer "plus rapidement et plus efficacement" la propagation du coronavirus. Intitulée "Flattening The Curve" et disponible gratuitement à partir de la semaine prochaine, elle préviendra les utilisateurs des endroits répertoriant de nombreuses contaminations ou encouragera à consulter un médecin lors de l'apparition de symptômes du Covid-19.

    ► Après Lidl, Aldi et Carrefour ont également décidé d'ajuster leurs heures d'ouverture aussi longtemps que les mesures pour endiguer la propagation du coronavirus seront d'application.

    ► La ministre de la Jeunesse et des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny (MR), a décidé de l'annulation de tous les stages, activités et rassemblements dans les domaines du sport et de la jeunesse jusqu'au 19 avril inclus, soit la fin des vacances de Pâques.

  • Bonjour et bienvenue

    Pour retrouver toutes les informations de la journée de jeudi sur la pandémie de coronavirus Covid-19, rendez-vous ici.

    Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

    La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

    Par thématique:

    ©Photo News

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés