Le fret aérien belge épargné par la crise

L'e-commerce profite de la crise et cette activité se porte donc très bien. ©Photo News

Bien loin de son cousin du transport aérien de passagers, le fret se porte bien à Zaventem et à Liège.

Si le secteur du transport aérien de passagers est de plus en plus cloué au sol, il n’en va pas de même pour le fret aérien en Belgique. Selon nos informations, sur les 18 jours de début mars, le fret à l’aéroport de Liège n’a pas été impacté par la crise, que ce soit pour l’import ou l’export. Au mois de février, ce même fret était même en hausse par rapport à 2019. Quant à l'impact de la Chine, on ne l'a vu qu'à la marge et seulement pour l'export à Bierset. 

Le demande de fret aérien est en hausse, mais mettre du fret dans les avions de passagers qui ne volent plus n'est plus possible à Zaventem.

Il faut dire que le fret aérien ne fait l’objet d’aucune mesure restrictive, si ce n’est un accent accru sur l’hygiène. "La demande pour le fret a augmenté ", confirme Nathalie Pierard, porte-parole de Zaventem. Le fret à Bruxelles "fonctionne de manière presque normale, voire est amplifié ", ajoute-t-elle. Un note positive dans un tableau sombre pour l’aéroport national. Zaventem s’est notamment spécialisé sur des produits forts demandés pour le moment comme les denrées périssables, les produits pharmaceutiques et l’e-commerce.

Si le tonnage devrait s’afficher en hausse à Zaventem sur l'e-commerce et le full cargo, cela ne veut pas dire qu’il y a plus d’avions ou de vols cargo qui y sont opérés, nous explique-t-on. Les avions sont tout simplement encore plus remplis que d’habitude. Évidemment, il y a aussi des effets négatifs de la crise. 

Le cargo "belly" qui est transporté à bord des avions de passagers n’est plus possible sur les nombreux vols annulés. Mais le full cargo ou les avions de l’e-commerce tournent à plein régime, alors que le fret vers la Chine reprend à Bruxelles. 

Lire également

Publicité
Publicité